Monthly Archives: avril 2013

You are browsing the site archives by month.

Traverser le Mur du Con

Aucun « Con » pour l’instant n’a pris la chose avec humour, et c’est bien triste pour les intéressés. Car les réactions virulentes et revanchardes donnent encore plus de crédit à ce  tableau bien cocasse.

 

Ô rage ! Ô désespoir !

Ô vieillesse ennemie !

N’ai-je donc tant vécu que pour cette infamie ?… 

.
.

C’est sur ce mode théâtral tragique que l’on pourrait résumer les réactions des protagonistes du fameux MUR DES CONS découvert dans une des salles du syndicat de la magistrature.

Aucun « Con » pour l’instant n’a pris la chose avec humour, et c’est bien triste pour les intéressés. Car les réactions virulentes et revanchardes donnent encore plus de crédit à ce  tableau bien cocasse.

.

Le con, mode d’emploi

On est toujours le con de quelqu’un.

Je suis le con de Tartempion ; Tartempion est le con de Truc Muche ; Truc Muche est le con d’Untel et ce dernier est mon con à moi. C’est un phénomène naturel, au même titre que la chaine alimentaire, que d’avoir cette liberté de penser. Avoir un con, c’est comme avoir un doudou, ça rassure. Le con est donc essentiel à la société, car comme disait Deniau :  Parfois les cons sont utiles, ils mettent en valeur. 

.

Quand la chaine se rompt 

C’est justement quand les plus puissants ont compris que les cons sont utiles à la société que la chaine a commencé à se déséquilibrer. Et j’entends aussi le mot chaine au sens cathodique. Ce n’est pas Patrick Le Lay et Etienne Mougeotte, présents sur le mur, qui, dans les faits,  démontreront le contraire. C’est justement quand les plus puissants ont compris que les cons sont utiles à la société que la chaine a commencé à se déséquilibrer. Et j’entends aussi le mot chaine au sens cathodique. Ce n’est pas Patrick Le Lay et Etienne Mougeotte, présents sur le mur, qui, dans les faits,  démontreront le contraire. Car, vint une époque où l’on a commencé à prendre vraiment TOUS les gens pour des cons. Certains se souviendront du sketch « Les publicitaires » dans lequel Les Inconnus ont pour devise : Il ne faut pas prendre les gens pour des cons, mais il ne faut pas oublier qu’ils le sont. . C’est ainsi que les grands pontes de notre société se sont retrouvés avec de plus en plus de cons, donc bien rassurés, galvanisés même, dans leurs hautes fonctions. Pourtant, la connerie formant une chaine, il demeure évident que plus on a de cons, plus on est susceptible d’être le con de quelqu’un. C’est mathématique. Mais ils ont omis ce détail (de l’Histoire).

.

La connerie est humaine 

Je suis humaine, ma belle-mère est humaine, et il ne faudrait pas oublier que les magistrats sont aussi des êtres humains qui ont besoin de décompresser. J’ai le droit de cribler de fléchettes la photo de ma chef dans l’enceinte de mon intimité. Certains thérapeutes disent même que c’est très sain. Il me semble que lesdits magistrats n’ont pas étalé ce tableau au grand jour. On est venu le leur prendre, nuance.

Certes trôner sur le Mur des Cons est un grand coup dur pour ceux qui pensaient trôner en-haut de la chaine alimentaire. Toutefois, cela force à se montrer plus modeste, et en l’occurrence, en s’abstenant d’étaler sa colère au grand jour.

Alors, bien sûr, il aurait été plus discret de leur part, plutôt que dresser un Mur des Cons, d’avoir plutôt un Placard à Cons fermé à double tour. Mais après tout, aucune personne extérieure n’était censée le découvrir. Car il y a une règle élémentaire dans la chaine des Cons : le Con ne doit jamais savoir qu’il est con. « La mort, c’est un peu comme la connerie. Le mort ne sait pas qu’il est mort, ce sont les autres qui sont tristes. Le con, c’est pareil… » disait Philippe Geluck. Porter plainte contre la seule pensée d’autrui me paraît donc bien décalé. Peut-être même qu’il suffirait que nos personnalités se sentent les égales du peuple pour ne plus se faire épingler. Qu’ils se montrent juste humains. Alors bien sûr, de là à dire Casse-toi pauv’ con » lorsqu’on a une stature présidentielle ou ministérielle, il y a un monde.

.

Pourquoi ils s’indignent 

Dans l’adage « On est toujours le con de quelqu’un. Le tout est de ne pas être celui de tout le monde. », c’est surtout la deuxième partie qui est intéressante.

Parce que nos élites nous ont à tel point pris pour des cons qu’ils étaient à mille lieues d’imaginer que l’ont pouvait nous même avoir des Cons (c’est dire s’ils pensaient qu’on l’était !). Et encore moins que nos Cons à nous, ce soit eux !!! Nos élites nous ont à tel point pris pour des cons qu’ils étaient à mille lieues d’imaginer que l’ont pouvait nous même avoir des Cons (c’est dire s’ils pensaient qu’on l’était !), et encore moins que nos Cons à nous, ce sont eux !!! Sinon, pourquoi les aurions-nous élus au suffrage universel ? Peut-être parce que, comme le dit le dicton, c’est parce que la lumière va plus vite que le son que beaucoup de gens paraissent brillants avant d’avoir l’air con .

Certes trôner sur le Mur des Cons est un grand coup dur pour ceux qui pensaient trôner en-haut de la chaine alimentaire. Toutefois, cela force à se montrer plus modeste, et en l’occurrence, en s’abstenant d’étaler sa colère au grand jour. Car jusqu’à présent, ces Messieurs Dames n’étaient que les Cons de quelqu’un, au même titre que tout un chacun. Mais en venant à multiplier les réactions belliqueuses et procédurières, ils prendraient le risque d’être les Cons de tout le monde. Et çà, pour le coup, c’est vraiment con…

.

Ouvrons l’œil,

.Car jusqu’à présent, ces Messieurs Dames n’étaient que les Cons de quelqu’un, au même titre que tout un chacun. Mais en venant à multiplier les réactions belliqueuses et procédurières, ils prendraient le risque d’être les Cons de tout le monde. Et çà c’est con…

Estelle Bee.

Le don du sang selon Frigide

Hollande veut du sang ? Il en aura.HOLLANDE VEUT DU SANG ? IL EN AURA ! 

Telle est la dernière trouvaille de Frigide Barjot, lors de la manif du 12 avril dernier, pour faire parler d’elle. Pendant que le nouveau pape, en bon latino – natif de LA Terre de métissages – s’évertue à prôner la tolérance en évitant tout discours séparatiste, et en l’occurrence, en baisant les pieds d’une jeune musulmane, sa groupie faussement trash lançait cet appel à la violence.

.

Quand l’élève dépasse le maître

Cette réflexion m’a renvoyée à mes années lycée. J’ai passé un bac littéraire. Pendant mon année de terminale, j’étais moi aussi groupie… du prof de philo. Joli garçon, barbe de trois jours, drôle et cynique qui plus est, et même pas trentenaire… Autant dire que j’étais toujours au premier rang, buvais ses paroles, m’enivrais de ses prises de position culottées qui n’étaient qu’intellectuelles, mais qui m’en laissaient imaginer d’autres, plus pragmatiques et moins habillées… Imprégnée de citations, de lectures, et de l’engagement de mon prophète, je lançais continuellement mon index en direction des cieux pour que mon dieu de chair et de sang m’interroge et me bénisse d’un hochement de tête et d’un sourire encourageant et charmeur. Certains diraient que je m’adonnais à de la masturbation intellectuelle, et à ceux-là, je répondrais que… OUI, GRAVE ! Mais c’était quand même la première fois que cette pratique me laissait présager un 18/20 coefficient 7 au Bac, puisque, vous l’aurez compris, j’étais première de la classe.

Autant dire que j’étais toujours au premier rang, buvais ses paroles, m’enivrais de ses prises de position culottées qui n’étaient qu’intellectuelles, mais qui m’en laissaient imaginer d’autres, plus pragmatiques et moins habillées… Imprégnée de citations, de lectures, et de l’engagement de mon prophète, je lançais continuellement mon index en direction des cieux pour que mon dieu de chair et de sang m’interroge et me bénisse d’un hochement de tête et d’un sourire encourageant et charmeur.

Le jour de l’examen écrit arriva. Je mis pour l’occasion ma plus jolie robe, alors que la plupart de mes camarades composaient en jeans troués, comme des jeunes de leur âge. C’était de surcroît une de ces rares semaines où je n’avais pas un seul bouton sur le visage. Tout était parfait. Le sujet m’inspira au-delà du rationnel, puisqu’il nous demandait : « Toutes les passions sont-elles déraisonnables ? ». Je torchai mes 8 pages de dissert une heure avant la fin de l’épreuve avec le sentiment du devoir accompli et des papillons dans le ventre. Trois semaines après, les résultats tombèrent. Je relus trois fois ma note, incrédule, qui annonçait un 08/20 ! Au-delà du fait de perdre ma Mention Bien, je fus prise d’une violente colère contre tous ceux qui avaient eu une note supérieure à la mienne en restant très « scolaires » dans leur approche, et en dépassionnant un débat, qui pour moi devait être tout sauf gentillet. On m’avait pourtant prévenue que la philosophie, à l’instar de la littérature et de la religion – opium du peuple – était un art totalement subjectif, et que la note pouvait varier du meilleur au pire en fonction du correcteur.

Le sujet m’inspira au-delà du rationnel, puisqu’il nous demandait : « Toutes les passions sont-elles déraisonnables ? ». Je torchai mes 8 pages de dissert une heure avant la fin de l’épreuve avec le sentiment du devoir accompli et des papillons dans le ventre.

Frigide Barjot avait tout bon au temps de Papi Jean-Paul le vieux conservateur. Elle a même conservé sa Mention Très bien à l’époque de Benoît XVI qui a sagement poursuivi l’oeuvre de son prédécesseur. Mais malheureusement, François 1er, au travers des prémices de son ouverture, lui a collé un 08/20, et çà, c’est bien difficile à gérer. Car dans ce cas-là on se dit que le correcteur est un incompétent et on essaie de passer en force. De faire son coup d’Etat spirituel. De dépasser le stade du simple disciple, pour enfin se faire Maître.

Et, oralement parlant, c’est bien tout le mal qu’on lui souhaite 😉

.

Une seule question demeure : QUI VEUT BIEN SE DEVOUER ???Car dans ce cas-là on se dit que le correcteur est un incompétent et on essaie de passer en force. De faire son coup d’Etat spirituel. De dépasser le stade du simple disciple, pour enfin se faire Maître. Et, oralement parlant, c’est bien tout le mal qu’on lui souhaite ;)

.

Estelle Bee.

Gégé, DSK, et le Syndrome de Stockholm

Jpuisqu’il se trouvait à ce moment-là à New York sur le tournage du film sur l’affaire DSK, personnage que lui même incarne. Sur le moment j’ai cru à un poisson d’avril. Puis j’ai réfléchi au point de trouver logique qu’un type qui a chastement baisé la France se retrouve dans le rôle de celui qui l’a presque entièrement baisée au sens propre, et salace. ’ai entendu dire à la radio que Gérard Depardieu n’avait pas pu assister à son procès pour conduite en état d’ivresse, puisqu’il se trouvait à ce moment-là à New York sur le tournage du film sur l’affaire DSK, qu’il incarnera prochainement. Sur le moment j’ai cru à un poisson d’avril. Puis j’ai réfléchi au point de trouver logique qu’un type qui a chastement baisé la France au sens figuré se retrouve dans le rôle de celui qui l’a fait au sens propre, et moins propre. Ce qui prouve bien ce que je pressent depuis quelque temps : l’Ere de l’Hypocrisie touche à sa fin. Aujourd’hui enfin, la Mode est à l’Impunité dans l’Abomination, au SORDIDE DECOMPLEXE.

.

Le principe

L’avantage, c’est que comme on ne se sent plus obligé de rendre des comptes (à la justice, au peuple souverain ou autre), on ne se cache plus de rien. Pourquoi Gérard le Rouge se rendrait-il comme Monsieur Tout le monde à son procès quand il a commis une infraction, alors qu’il est peinard au Sofitel à rejouer pour la 32ème fois (l’avantage de jouer bourré) LA scène où notre vieux libidineux a cru dominer le Monde au travers de la personne d’une pauvre femme en uniforme de ménage.

.

Hiver très rude

Avec nos deux têtes d’affiche omniprésentes, Depardieu et DSK, on ne peut pas dire en effet que cet hiver a été placé sous le signe de la légèreté, ni de la viande hallal. Car si tout est bon dans le cochon, on aurait espéré se régaler d’autre chose que du groin et de la queue, en tire-bouchon ou pas d’ailleurs.Avec nos deux têtes d’affiche omniprésentes, Depardieu et DSK, on ne peut pas dire en effet que cet hiver a été placé sous le signe de la légèreté, ni de la viande hallal. Car si tout est bon dans le cochon, on aurait espéré se régaler d’autre chose que du groin et de la queue, en tire-bouchon ou pas d’ailleurs. Alors maintenant qu’approche la saison des maillots de bain, il semblerait que la grande majorité des français soient repus ou dégoûtés au point de ne plus pouvoir toucher à son assiette de Doumé ou de Gégé. Gaspillage ou pas, une chose me gêne : dans ces deux cas, on crie à l’Acharnement Médiatique, on entend chouiner: « qu’on me laisse en paix » depuis que l’un a dansé le Casatchok bourré devant les caméras et que l’autre se retrouve affublé de métaphores charcutières dans le roman de la facétieuse et caliente Marcela Iacub.

Pourquoi aujourd’hui est-il si indigeste d’entendre rabâcher des Vérités alors qu’on supporte plutôt bien le recyclage quotidien d’âneries ? Et comment s’y prendre pour contourner cette lassitude de la réalité qui profite bien trop à ceux qui nous trompent ?

Illusions et triste vérité

J’ai au fond de moi de la peine pour des gens comme Loana, Nabilla ou feu FX jetés en pâture aux journaleux des marécages, et qui se retrouvent invités à des pelletées de dîners de cons, entre autre chez Morandini ou Hanouna pour ne pas les citer. Car ces éternels enfants – adultes pathétiques et candides – ont à leur façon le cœur blanc. Ils sont les victimes collatérales d’un système qui tend à exhiber des gens toujours plus faibles, plus creux, plus hystéros ou tout simplement plus malheureux en guise de faire valoir. Alors, à la vue de son Jacquouille ou de son Sganarelle, le téléspectateur se trouve finalement normal voire beau voire même cultivé, et s’adoube lui même, occultant ainsi le fait qu’il n’est qu’une crotte aux yeux de ceux qu’il engraisse.

.

J’ai au fond de moi de la peine pour des gens comme Loana, Nabilla ou feu FX jetés en pâture aux journaleux des marécages qui feignent s’intéresser vraiment à eux, et qui se retrouvent invités à des pelletées de dîners de cons, en autre chez Morandini ou Hanouna pour ne pas les citer.

.

Et si les derniers épisodes en boucle de Gégé chez les soviets, et de Doumé de Fleury Michon-Merogis agacent, c’est qu’ils dévoilent une REALITE dans tout ce qu’elle a de glauque. Et çà, c’est déprimant. Déprimant de ne plus croire en l’Homme. Déprimant de repasser à l’Ere du « Tous pourris ». Je serais même prête à parier qu’Edwy Plenel, patron de Médiapart – et accessoirement cauchemar des élites au pouvoir – jusqu’alors apprécié par l’opinion publique, ne finisse par lasser, voire franchement gonfler les gens.

.

La solution 

Pour remédier à ce déni de la Réalité il serait bon, je pense, de mélanger les genres plutôt qu’attaquer tout le temps le problème sous un seul et même angle de vue. Interpréter plutôt que narrer. Couper des têtes avec le sourire. Ainsi les gens ne s’ennuieraient plus devant le même déferlement d’images et de mots :

.

Culbuto titube mais ne tombe jamais

Justement, concernant notre Prostitué fiscal, je suis récemment tombée sur une vidéo de Chanteurs sans frontières : il faisait partie des charitables célébrités qui interprétaient la chanson Ethiopie, dont les dons étaient tous reversés à la banque alimentaire, vous vous rappelez ? J’avoue que voir Gégé bouger les lèvres (Torreton dit vrai, Depardieu ne connaît pas ses textes ) sur ces mots: Loin du cœur et loin des yeux, de nos villes, de nos banlieues… (cf vidéo à 1 min 45) au moment même où il quittait Paris pour Néchin, m’a amenée à penser qu’en étant loin des yeux et du cœur des réalisateurs, il finirait même par regretter notre système fiscal. Mais voilà, en ces temps où seul le fric et le buzz comptent, en ces temps d’avidité décomplexée, on fait encore tourner le Gros Culbuto.

Image de prévisualisation YouTube

Marathon  Man

Concernant DSK, je trouve bien regrettable que l’on ait retenu uniquement les détails salaces de sa liaison avec Madame Iacub. Parce qu’à la limite, Si Monsieur Strauss Kahn préfère se faire tartiner le corps de faisselle à 0% plutôt que de faisselle à 40% (régime oblige) on s’en fout un peu quand même. Mais ce qui est surtout intéressant c’est le CONTEXTE. Car la petite sauterie s’étend de janvier à août 2012. Donc à une période où TOUTES les caméras du mondes étaient braquées sur lui !!! Pour faire court: après l’affaire Piroskja Nagi , après l’épisode riche en images du Sofitel (garde à vue, libération sous caution colossale accordée in extremis), après sa longue assignation à résidence, après l’affaire prescrite de Tristane Banon, et en pleine affaire du Carlton !

en pleine affaire du Sofitel, du Carlton, de Tristane Banon, de Piroska Nagi, DSK continuait de batifoler avec Marcela Iacub. Quel homme!Le moins que l’on puisse dire est que notre vieux Lucky Luck n’en a pas perdu ses moyens ! Dire que certains sont décontenancés par un sommier qui grince, ou parce que le chien les regarde, force est de constater que notre ancien président du FMI a démontré qu’il avait, à la manière d’un marathonien portant la flamme olympique, qui trébuche, mais se relève à chaque fois, un vrai mental d’acier. Et si l’on avait abordé la situation sous cet angle, on aurait peut-être saisi à quel point ce Monsieur est un GRAND MALADE et qu’il est absolument essentiel que tous les pervers, les menteurs, les tricheurs, les voleurs et les amnésiques ayant joui de trop de pouvoir pendant trop longtemps soient démasqués, mitraillés par les flashes, décortiqués et dépossédés sans que cela ne nous agace et que l’on crie Stop. Car la pêche aux gros s’avère bien prometteuse pour les mois à venir. Alors même si vous trouvez bien monotone de manger la même chose tous les jours, dîtes-vous bien que c’est ainsi que l’on rétablira la chaine alimentaire. On demandera juste aux journaux de varier l’asaisonnement. Merci.

Moralité

Lorsqu’un scandale anti-populaire éclatait il y a à peine deux siècles, la tête sanguinolente de son auteur se retrouvait en haut d’un piquet, et les passants lui crachaient dessus lorsqu’ils passaient devant. Il est donc inconcevable de parler d’Acharnement lorsque des élites censées représenter l’idéal de ce que nous sommes sont indignes de leurs titres et cristallisent des monstruosités.

Et si l’on cessait de plaindre nos ravisseurs hein?Image de prévisualisation YouTube

Estelle Bee.

Dis-moi combien tu m’aimes je te dirai qui tu es

Donc, pour faire court – si je puis dire -  ladite étude irlandaise, réalisée sur des milliers de sujets n’était pas mal pourvue en chiffres. Il y était annoncé que le Congo était le pays le plus riche en sujets gâtés par la nature, ses habitants arborant fièrement quelques 17,8 cm de QI. Contre 12,6 pour nos matous européens…Pas franchement de quoi faire Maaaouh ! sous les balcons…      Il y a des gros titres qui ne peuvent laisser indifférent. En même temps je suppose que c’est la raison de leur taille, tu me diras… Sont-ils plus gros parce qu’ils sont supposés représenter ce qui intéresse vraiment les gens ? A vérifier pour les gens. Oui à coup sûr pour moi. Sur ce coup-là. Car pour ceux qui ne liraient pas les journaux sur le net, j’ai décidé de partager cette information de poids (mais pas que). D’après une étude réalisée par Richard Lynn, maître de conférence à l’université d’Ulster à Belfast, Irlande, il ressortirait que chez les hommes, la taille du sexe serait proportionnelle à leur intelligence.

Et bing.

.

Du rêve à la réalité…

Comme cette info est tombée le matin, j’imaginais déjà les chercheurs du CNRS arriver au boulot avec la banane ! J’entends bien sûr avec le sourire. Par contre, en descendant chercher mon courrier, je me suis rendue compte que cette étude avait fait s’écrouler en moi le mythe du facteur, et par extension – si je puis m’exprimer ainsi – celui du plombier.je me suis rendue compte que cette étude avait fait s’écrouler en moi le mythe du facteur, et par extension – si je puis m’exprimer ainsi - celui du plombier. Oh mais ne sois pas vexé ami postier, ne t’offense en rien Super Mario, ce n’est pas que je vous imagine couillons, je dis juste que c’est rare d’avoir une passion pour les canalisations qui refoulent, ou pour les lettres recommandées, quand on a un doctora

Oh mais ne sois pas vexé ami postier, ne t’offense en rien Super Mario, ce n’est pas que je vous imagine couillons, je dis juste que c’est rare d’avoir une passion pour les canalisations qui refoulent, ou pour les lettres recommandées, quand on a un doctorat, voilà tout. Et puis, j’ai dit « plombier » et « facteur », comme j’aurais pu dire « joueur de l’équipe de France de football ». Toutes proportions gardées bien sûr. Car j’avoue que j’ai toujours préféré entendre mon plombier parler de la qualité de sa robinetterie en cuivre, que me farcir une minute de débriefing de match perdu par Franck Ribéry, rapport à mon amour pour la langue française.

.

Un peu de culture

Donc, pour faire court – si je puis dire –  ladite étude irlandaise, réalisée sur des milliers de sujets n’était pas mal pourvue en chiffres. Il y était annoncé que le Congo était le pays le plus riche en sujets gâtés par la nature, ses habitants arborant fièrement quelques 17,8 cm de QI. Contre 12,6 pour nos matous européens…Pas franchement de quoi faire Maaaouh ! sous les balcons… Ceci  nous permet donc de comprendre néanmoins pourquoi les congolais se sont sentis longtemps frustrés d’arborer les armoiries de nos amis les belges, alors que les leurs étaient bien plus impressionnantes ; aussi, sont-ils ressortis grandis des épreuves qui ont précédé leur indépendance, d’après ce que l’on dit… Quitte à être colonisé, autant l’être par plus intelligent que soi que diable !

Même constat pour l’Amérique Latine, les équatoriens arriveraient en deuxième position, avec un 17,78 cm. Si l’Equateur est connu pour être le premier exportateur mondial de bananes – ça ne s’invente pas – la culture de l’ananas est toutefois aussi très présente dans l’économie du pays. Mesdames, ne vous demandez plus, l’œil écarquillé au rayon fruits et légumes, pourquoi l’ananas équatorien est bien plus cher que son rival, pourtant de Côte d’Ivoire : il est cultivé par des hommes plus intelligents voilà tout !

.

United colors?

D’après une étude réalisée par Richard Lynn, maître de conférence à l’université d’Ulster à Belfast, Irlande, il ressortirait que chez les hommes, la taille du sexe serait proportionnelle à leur intelligence. Et bing. Comme cette info est tombée le matin, j’imaginais déjà les chercheurs du CNRS arriver au boulot avec la banane ! J’entends bien sûr avec le sourire.

Benetton campagne All Sex

Prédominance des pays chauds me direz-vous ? Les pays situés sur ou sous l’Equateur ont-t-il plus de chaleur sous la ceinture ? Que nenni ! Nos amis islandais sauvent l’honneur européen en arrivant en cinquième position mondiale avec 15,18 cm de QI. Alors que ce ne sont même pas eux qui ont inventé Ikea !!!

Car pauvres de nous français – et surtout françaises – nos french lovers ne dépassent pas une moyenne de 12,7 ex æquo avec l’Espagne. Balle au centre. C’était bien la peine toutes ces bastons couillues entre supporters et aficionados, pire même, tous ces majeurs ardemment et fièrement érigés vers le ciel qui ont du bien faire marrer notre créateur. Dios mío…

.

Les dégâts de l’austérité

Pourtant, le pire n’est pas là. J’ai découvert en croisant plusieurs études récentes que les petits derniers de l’Europe en la matière n’étaient autres que les… grecs ! Sont-ils coupables pour autant de ce qui leur arrive ? Pour vous je ne sais pas. Mais pour moi, en dessous de 12 c’est forcément coupable ! A y regarder de plus près, l’étude la plus sérieuse révélant cette deuxième crise grecque a été menée en 2010 par… des allemands. Angela est depuis lors fortement suspectée de subventions illicites dans le seul but de faire marcher les grecs à la baguette.

.

Catastrophe sanitaire

la population asiatique va crescendo malgré les diverses politiques de natalitéEn parlant de baguette, mention spéciale pour la moyenne mondiale qui s’élève à 12,5 cm et devrait donc rassurer nos frenchies. A tort. Car si l’on considère que la population mondiale est composée à 60% d’asiatiques, continent qui exhibe un tragique 7,8 cm, il s’avère donc que la moyenne est quelque peu orientée, vers l’orient donc. Pour le coup ça force à jouer la carte de la modestie messieurs.

Désormais je soupçonne Nostradamus d’avoir fait référence à ce fléau lorsqu’il annonçait « le péril jaune ». Car étant donné que la population asiatique va crescendo malgré les diverses politiques de baisse de natalité, il ne serait pas étonnant que la moyenne mondiale tombe à dix centimètres dans une petite centaine d’années.

D’ailleurs il avait été précédemment démontré que la moyenne centimétrique mondiale avait baissé de 10% en soixante ans. Mais alors, si je m’appuie sur notre étude, l’homme ne serait-il pas en train de devenir de plus en plus…CON ??? Parbleu, je n’y avais pas pensé… Déjà, il y a justement 60 ans, Corée du Nord et du Sud se faisaient la guerre sauvagement trois années durant, alors qu’il ne pouvait y avoir de vainqueur puisqu’ils combattaient à armes égales (7,62 cm de QI chacun.). Quand on sait qu’à cette époque ils étaient pourtant 10% plus intelligents que maintenant, je n’ose même pas imaginer ce qui nous attend mes aïeux. Peut-être vont-ils nous sortir la bombe nucléaire, ou pire, contracter Matthieu Valbuena ou Zlatan le Magnifique dans leur équipe de foot… J’ai peur…

Alors bien sûr il n’y a pas que l’intelligence qui compte me direz-vous, il y a heu… ben le sexe… Mince ça craint…

Ouvrez l’œil… (bien grand)dis-moi combien tu m'aimes je te dirai qui tu es

Estelle Bee.

 

PS: Et dire que pendant que vous lisez ces quelques lignes, il y a des mecs quelque part  sur Terre qui sont payés une fortune pour pondre ce genre d’étude…

La Télé Réalité faiseuse d’anges

Car pouvait-on sincèrement parler de reality show avant ces deux tragédies mortelles entremêlées, la mort d’un jeune candidat et le suicide du médecin de l’émission ? La télévision y a mis le temps, mais elle y est enfin parvenu : montrer la vie telle qu’elle est. Retour sur ce cheminement laborieux que fut la quête de la Réalité.

 

Big Brother n’avait pas osé l’imaginer,

Loft Story s’en est approché, en mettant à disposition des candidats sans grand discernement des ustensiles ménagers électriques type grille-pain (première cause de mortalité domestique) ou séchoirs à cheveux,

L’île de la tentation en avait rêvé, en ne faisant pas systématiquement pratiquer de tests de dépistages du VIH en temps et en heure aux candidats « tentateurs/trices »,

Secret Story l’a frôlé en hésitant à poser de pièges à loups dans la Maison des Secrets (ou entre les jambes des candidates),

Les Anges de la Téléréalité n’en sont qu’une pâle copie,

Et enfin, ENFIN, KOH LANTA L’A FAIT.  De la VRAIE TELE REALITE.

Car pouvait-on sincèrement parler de Reality Show avant ces deux tragédies mortelles entremêlées, la mort d’un jeune candidat et le suicide du médecin de l’émission ? La télévision y a mis le temps, mais elle y est enfin parvenu : montrer la vie telle qu’elle est. Retour sur ce cheminement laborieux que fut la quête de la Réalité.

.

Deux blonds, une piscine : les gentils débuts 

C’est en souriant que je me rappelle encore la dernière soirée en direct du tout premier Loft Story : la prod, se sentant responsable de ses enfants, avait poussé la fiction jusqu’à trouver du boulot à chaque candidat après sa sortie, et ce dans un pays qui comptait 3 millions de chômeurs.C’est en souriant que je me rappelle encore la dernière soirée en direct du tout premier Loft Story. La prod, se sentant responsable de ses enfants (mouais), avait poussé la fiction jusqu’à trouver du boulot à chaque candidat après sa sortie, et ce dans un pays qui comptait 3 millions de chômeurs. Ainsi, la bourgeoise fashion victime devenait chroniqueuse mode, le gros baba cool  décrochait un poste de baroudeur pour Le Guide du Routard, la Bimbo s’improvisait styliste, et le D.J se voyait offrir des contrats pour des soirées prestigieuses, si tenté bien sûr qu’il soit prestigieux de se retrouver à guincher aux côtés de Frigide Barjot, Mareva Galanter et autres pique-assiettes ou ambassadeurs de marques, attendant leur enveloppe ou leur filet garni de fin de soirée, avec les dents qui rayent le dancefloor.

.

Casting de Fiction-Reality Show 

Jusque là, la fiction dépassait encore la réalité. Car il s’agissait d’une réalité préfabriquée, montée de toutes pièces. En gros, on se foutait la gueule du téléspectateur. Le casting ressemblait à une pub pour la Vache qui Rit : des candidats TROP TYPES que tout opposait pour être bien sûr que ça explose entre eux : un militant Lutte Ouvrière, une grosse bourgeoise cul de poule, une jeune naïve, un serial fucker rusé, un bouffon, des sexualités ambigües… Pour le coup, on se serait cru dans le jeu « Qui est-ce » – ou la chanson Le Zizi de Pierre Perret pour les mélomanes – tant les sujets étaient profilés.

Le casting ressemblait à une pub pour la Vache qui Rit : des candidats TROP TYPES que tout opposait pour être bien sûr que ça explose entre eux : un militant Lutte Ouvrière, une grosse bourgeoise cul de poule, une jeune naïve, un serial fucker rusé, un bouffon, des sexualités ambigües… Pour le coup, on se serait cru dans le jeu « Qui est-ce » - ou la chanson Le Zizi de Pierre Perret pour les mélomanes - tant les sujets étaient profilés.

Les dommages  « fortuits »

Jusque là, les producteurs frileux faisaient en sorte de maintenir leurs candidats en vie ou en assez bonne santé physique – si l’on exclue la prise de Coke (light) – jusqu’à leur sortie. Car  c’est un fait, même les candidats les plus borderline avaient encore des pulsations cardiaques lors de leur dernier Prime Time, et ce, malgré un encéphalogramme plus proche de la Belgique que de l’Himalaya en terme de relief.

C’est timidement qu’on avait évoqué la descente aux enfers de certains anciens candidats : tentatives de suicide et autodestruction physique de Loana, plongeon mortel sous une voiture de François-Xavier, pétages de plombs en règle de Leslie (actuelle Afida Turner), destruction de l’avenir des couples en devenir… On prenait évidemment bien soin de préciser que rien ne démontrait formellement que leur participation aux divers programmes de reality shows les avait conduits à ces extrêmes.

tentatives de suicide et autodestruction physique de Loana, plongeon mortel sous une voiture de François-Xavier, pétages de plombs en règle de Leslie (actuelle Afida Turner), destruction de l’avenir des couples en devenir… On prenait bien soin de préciser que rien ne démontrait que leur participation aux divers programmes de reality shows les avait conduits à ces extrêmes.

Car les prod jouent sur le concept d’abstrait, et les dommages psychologiques ne peuvent être prouvés par l’image. Non, Endemol n’a pas délivré à la Bimbo son ordonnance de Stilnox. Non Benjamin Castaldi n’a pas poussé le Malheureux au milieu d’une départementale en pleine nuit. Et non, il n’y avait aucun calcul derrière le fait que les candidats avaient été choisis pour le simple fait d’être des enfants non désirés, battus, anciens SDF, ayant vu de leurs yeux d’enfants le paternel se faire flinguer par la mère, ayant accouché sous X etc… Les patrons desdites boîtes de prod auraient pu avoir un rôle dans un remake d’Intouchables.

Le tournant de l’histoire 

On avait ensuite frôlé la perfection lorsque Stéphane Rotenberg, le présentateur de Pékin Express –le seul programme que je tolère par ailleurs, et c’est déjà trop – s’était pris une camionnette folle furieuse de plein fouet au Philippines, manquant de justesse de se faire arracher la tête façon film de Zombies par l’extremité du Side-Car qu’il conduisait en sifflotant.

.

Le dénouement par la Preuve 

la mort faisant partie de la vie, il est évident qu’un programme qui dépeint la réalité NE DOIT PAS EN FAIRE L’ECONOMIE. Un ou deux macchabées, après tout, ça ne mange pas de pain. Au sens propre comme au figuré d’ailleurs. Financièrement, c’est gérable. L’ère de l’hypocrisie et du « pas vu, pas pris » touche à sa fin, et enfin, la téléréalité s’octroie une dimension artistique par la Tragédie, la vraie.Avec les deux décès successifs qui ont touché feu l’émission Koh Lanta, la téléréalité atteint la divine perfection. Car la mort faisant partie de la vie, il est évident qu’un programme qui dépeint la réalité NE DOIT PAS EN FAIRE L’ECONOMIE. Un ou deux macchabées, après tout, ça ne mange pas de pain. Au sens propre comme au figuré d’ailleurs. Financièrement, c’est gérable. L’ère de l’hypocrisie et du « pas vu, pas pris » touche à sa fin, et enfin, la Télé Réalité s’octroie une dimension artistique par la Tragédie, la vraie, avec diffusion publique tous azimuts de la lettre du suicidé.

.

Maintenant, la vraie question est de se demander combien de décès a indirectement générés le monde de la téléréalité :

.

Des dizaines?

Des centaines?

Des milliers?

.

Combien de jeunes ont décroché l’école en croyant qu’ils seraient l’exception ?

.

Combien d’adolescents passent TOUT leur temps si précieux à s’abrutir devant ces programmes destructeurs d’identité?

.

Combien d’entre eux se sont prostitués pour la célébrité ?

Combien d’entre eux se sont prostitués pour la célébrité ?

Combien ont fini par céder aux paradis artificiels en tombant de haut?

.

Combien sont morts de cela ?

.

Combien ont fini en taule ?

.

Combien ne font plus la différence entre fiction et réalité et se retrouvent, comme dans leurs jeux vidéo si réalistes, à braquer un train, ou un fourgon blindé à 13 ans ?

.

Combien de gentilles vieilles dames se sont faites traîner à terre en s’accrochant à leur sac à main que leur arrachait un de ces jeunes lobotomisés, TUES DANS L’OEUF ?

.

Combien de ces petits mecs ont filmé une tournante avec leur téléphone portable en espérant faire leur propre Reality Show ?

.

Combien de victimes ?

.

Combien d’anges?

.

Pour combien d’étoiles ?

.

COMBIEN ???

.Combien de victimes ? Pour combien d’étoiles ? COMBIEN ??? Par le choix de nos programmes, INDIGNONS-NOUS !

Par le choix de nos programmes,

INDIGNONS-NOUS !

.

Estelle Bee

Dans la cour des grands…

 

Car en homme civilisé notre bon Gad n’a évidemment pas tapé sur les membres de la famille princière pour rentrer dans leur cour, comme il dit. Il a usé de son charme, puis y est parvenu. Notre courtisan a donc de quoi faire la leçon aux moins bankables que lui : Torreton, t’es con ou quoi ? T’aurais du faire les yeux doux à Gégé, puis lui susurrer au creux de l’oreille que l’on ne quittait pas un navire en pleine tempête, juste avant de lui rouler une pelle !

« C’est pas en tapant sur les grands qu’on rentre dans leur cour. Je comprends ton mal de notoriété mais tu es si petit… »

 

Je me suis longtemps demandé pourquoi Gad Elmaleh, manifestement vénère, avait cru bon de balancer ce tweet surprenant en guise de réponse à la lettre ouverte –brillante et assassine – de Philippe Torreton à l’attention de Gérard Depardieu-Obelix qui décidait de quitter la Gaulle pour le pays d’Hergé.

Ici, Monsieur Gad Elmaleh, humoriste sensible de son état n’était pas du tout à sa place. J’aurais plus imaginé cette phrase sortant de la bouche du tragicomique  Brice de Nice en mode Triple casse, à prendre au 30ème degré. Mais voilà, Chouchou l’a fait, et aujourd’hui on comprend mieux pourquoi.

Il était une fois…

Il était une fois un comique et une princesseCar lundi dernier l’info est tombée : Gad Elmaleh et la Princesse Charlotte Casighari, fille de Caroline de Monaco, petite fille du Prince Rainier et de la Princesse Grâce –quand même – officialisaient l’existence de leur couple !!!

Ainsi, on sait désormais que Gad Elmaleh savait de quoi il parlait lorsqu’il répondait à Philippe Torreton :

« C’EST PAS EN TAPANT SUR LES GRANDS QU’ON RENTRE DANS LEUR COUR. JE COMPRENDS TON MAL DE NOTORIETE MAIS TU ES SI PETIT… »

Car en homme civilisé notre bon Gad n’a évidemment pas tapé sur les grands pour rentrer dans leur cour, comme il dit. Il a usé de son charme, puis y est parvenu. Notre courtisan a donc de quoi faire la leçon aux moins bankables que lui : Torreton, t’es con ou quoi ? T’aurais du faire les yeux doux à Gégé, puis lui susurrer au creux de l’oreille que l’on ne quittait pas un navire en pleine tempête, juste avant de l’embrasser langoureusement et l’étreindre avec fougue ! 

Je me suis longtemps demandé pourquoi Gad Elmaleh, manifestement vénère, avait cru bon de balancer ce tweet surprenant en guise de réponse à la lettre ouverte –brillante et assassine - de Philippe Torreton à l’attention de Gérard Depardieu-Obelix qui décidait de quitter la Gaulle pour le pays d’Hergé. Monsieur Gad Elmaleh, humoriste apparemment sensible et intelligent de son état n’était pas du tout à sa place. J’aurais plus imaginé cette phrase sortant de la bouche du tragicomique  Brice de Nice en mode Triple casse, à prendre au 30ème degré. Mais voilà, Chouchou l’a fait, et aujourd’hui on comprend mieux pourquoi.

 

« Tu es si petit… »

« Oui, vu de la terrasse du Palais Princier, cher Gad, il te paraît petit, Torreton. Alors, ce que je te propose, c’est de descendre de ton piédestal quelques minutes, le temps d’aller t’acheter cette jolie paire de jumelles avec fourreau en peau de croco à 8700 euros qui fait la devanture de chez Hermès juste en bas. Tu y verras bien mieux Coco. Tu verras plus grand surtout. Puis tu iras le voir jouer sur scène, histoire de ne pas confondre notoriété et grandeur.

Le fait de dire  « tu es si petit »  à un homme qui se fait porte-parole des citoyens qui t’ont propulsé bien haut me fait renoncer – par forfait – à t’expliquer en quoi tu fais erreur. Car ici, ton port altier sur fond de « Look at the ring » me fait penser à ces petits commerçants endimanchés si bien croqués par Maupassant, ceux qui habitent Rue des Martyrs et regardent les petites gens, l’air pincé, sans se souvenir qu’ils ont besoin d’eux pour mener leur train de vie.

Tout comme ton pote Dany, oppresseur de vilains journalistes divulgateurs de salaires d’acteurs du CAC 40, tu n’as pris aucun risque dans ta carrière : tu as campé sur les affiches dans le rôle du malhabile, du clown amoureux d’une étoile, du grossier, du bouffon, mais au fond, ton manque d’audace fut ta plus grande prise de risque. Car il est très difficile aujourd’hui de te prendre au sérieux.

Podium des 3 acteurs français les mieux payés en 2012.

Tout comme ton pote Dany, oppresseur de vilains journalistes divulgateurs de salaires d’acteurs du CAC 40, tu n’as pas pris beaucoup de risques dans ta carrière : tu as campé sur les affiches dans le rôle du malhabile, du clown amoureux d’une étoile, du grossier, du bouffon, mais au fond, ton manque d’audace fut ta plus grande prise de risque. Car il est très difficile aujourd’hui de te prendre au sérieux. Et en cet instant, je me prends à rêver que ton Tweet n’est peut-être rien d’autre qu’une énorme boutade ( !!!) et je suis donc à mon tour le François Pignon de ce banquet de goinfres et de soiffards, ivres de condescendance. Enfin, si je te tutoie, ce n’est parce que je souhaite te faire redescendre sur Terre, rassure-toi, c’est juste que je me trouve dans un avion à quelques milliers de mètres d’altitude, je me suis donc dit que je pourrais me permettre cette familiarité 😉 Car les personnalités qui refusent de regarder la vraie vie en face ont définitivement quitté la terre ferme à force de penser que d’eux part Dieu. »

 

A l’heure où j’écris, une lettre ouverte pleine de mauvaise foi signée Gérard Lanvin circule, et s’en prend aussi à Philippe l’Impertinent… Avouons que se faire tailler des costards de chez Lanvin c’est d’un tel chic qu’on ne serait pas étonné qu’il se fasse prochainement rhabiller (et je dis bien RHAbiller) par Lagerfeld!

.

Pardonnez-moi Mon Père parce que j’ai péché…

je confesse, en bonne concierge, qu’en découvrant les photos de Charlotte Casighari aux côtés de Gad Elmaleh, mon premier reflexe fut d’aller sur Wiki pour vérifier leurs âges respectifs et jauger leur différence d’âge : 16 ansPour la petite histoire, je confesse, en bonne concierge, qu’en découvrant les photos de Charlotte Casighari aux côtés de Gad Elmaleh, mon premier reflexe fut d’aller sur Wiki pour vérifier leurs âges respectifs et jauger leur différence d’âge : 16 ans. Bon allez, passe encore.

Mon deuxième reflexe, guère plus brillant, fut de me dire que les couples improbables étaient à la mode, et qu’heureusement, la vie a bien plus d’imagination que nous. Alors cocufions la pensée unique et bousculons les codes : si Chouchou de la place Clichy a réussi à emballer la Princesse Charlotte, c’est que le concept de couples mixtes va bien au-delà de la couleur de peau. Alors j’attends avec impatience les prochaines couv’ de Gala exhibant des personnalités que tout oppose, folles d’amour l’une pour l’autre. Imaginez :

Véronique Genest et Harlem Désir,

Manu Chao et Mariah Carey,

Dani De Vito et Adriana Karembeu,

j’attends avec impatience les prochaines couv’ de Gala exhibant des personnalités que tout oppose, folles d’amour l’une pour l’autre. Imaginez :

.

 

 

 

 

 

 

Jean-Paul Gautier et Francky Vincent,

Alain Delon et Christine Boutin,

DSK et… heu…ben non, rien d’improbable…

Sarah Jessica Parker et Bernard Menez,

Nadine Morano et le Prince Harry,

Jamel Debbouze et Melissa Theuriau. Bon n’exagérons rien quand même…

Les paris sont lancés !si Chouchou de la place Clichy a réussi à emballer la Princesse Charlotte, c’est que le concept de couples mixtes va bien au-delà de la couleur de peau. Alors j’attends avec impatience les prochaines couv’ de Gala exhibant des personnalités que tout oppose, folles d’amour l’une pour l’autre. Imaginez :  Véronique Genest et Harlem Désir, Manu Chao et Mariah Carey,

Ouvrons l’œil,

.

Estelle Bee.