Monthly Archives: août 2014

You are browsing the site archives by month.

Arnaud Montebourg, ou Couillu le Caribou dans le Grand Vide…

French President Hollande and Montebourg, Minister for Industrial Recovery visit the Radiall engineering and coaxial connectors plant in Chateau-Renault« Montebourg il est free, il a rien compris. », raillait Nicolas Canteloup sur Europe 1 en mars dernier, et prédisait l’exclusion de ce dernier du gouvernement.

 

Et c’est ce qui nous fut confirmé aujourd’hui, puisque Manu le Constipé, en bonne petite femme jalouse, aurait menacé notre président d’un c’est lui ou moi, après qu’Arnaud le Chevaleresque ait encore critiqué son gouvernement dans un discours lors de la Fête de la Rose, dimanche dernier.

 

François Hollande commet ainsi un acte hautement symbolique, en acceptant de congédier son seul ministre qui s’inscrit dans une démarche profondément socialiste. Ce qui équivaut de fait à ouvrir les vannes au libéralisme tous azimuts : en gros, à ne plus jamais s’adresser aux ouvriers, petits retraités, et classes moyennes dans les décisions gouvernementales à venir. Le mal a encore gagné : FORT !

 

La force du nombre

On peut avoir raison seul contre tous, et c’est en cela qu’Arnaud Montebourg devenait gênant. Et si les français le connaissent mal, c’est que les médias ont fait en sorte que l’on ne retienne que l’image facétieuse du Monsieur en Marinière.

Je vous propose donc aujourd’hui 10 raisons de rendre hommage à Arnaud Montebourg, et espérer le revoir à la tête d’un mouvement politique vraiment socialiste, et sans boulets à ses chevilles :

 

 

 1.

 Arnaud Montebourg est jeune et insolent : « Il faut mettre un peu de Viagra dans la doctrine du parti socialiste », avait-il préconisé, en bon ministre du redressement productif. Et force est de constater que Monsieur Hollande l’a immédiatement pris au mot, en passant de l’élection à l’érection présidentielle exposée dans les tabloïds, et ce, malgré une constante position démissionnaire…

arnaud viagra

Et pourtant, on constate que l’Ile de France ne se prive pas…

.

 2.

Arnaud Montebourg est un ORGUEILLEUX de première. Autrement dit, il prend des mesures et tient des propos qui lui permettent de ne pas éviter les miroirs. Et c’est justement pour cette raison qu’il ne retournerait pas sa veste sitôt élu en plus haut lieu, comme le fit Monsieur Hollande en passant un nouveau pacte avec le Medef dirigé par Pierre Gattaz, vous savez, le gentil bougre qui proposa d’employer les chômeurs pour « moins que le smic »… Arnaud Montebourg ira jusqu’à déclarer que Le parti est plus sain à la base qu’au sommet : le poisson pourrit toujours par la tête… 😉

.

 3.

 Il a tout compris à la gangrène de notre pays. Il dénonce ainsi la loi dite de « Rothschild » vieille de 40 ans, aggravée par le traité de Maastricht, qui oblige l’Etat à emprunter à des banques privées avec intérêts. Avant cela, on créait simplement des billets à la Banque Centrale (Banque de France) en guise d’avance sur un projet, argent que l’on détruisait ensuite aussitôt l’emprunt – à taux zéro- remboursé. Sans cette loi de 1973, le pays ne serait pas plus endetté que dans les années 70, et l’on ne rognerait pas constamment sur les acquis sociaux des français : déremboursement des médicaments, allongement de la durée de cotisation pour la retraite, gels des salaires etc….

Image de prévisualisation YouTube

.

 4.

Il a le sens de la formule. Il ira même jusqu’à parodier le fameux discours du Bourget de François Hollande. Vous savez, celui dans lequel ce dernier évoquait l’ennemi « sans visage » en pointant du doigt le Monde de la Finance. Montebourg dénoncera dans le sien le conformisme , l’immobilisme de son gouvernement. Cette impertinence saupoudrée d’humour en fait un orateur redoutable, et le rend terriblement moderne.  Le seul défaut de Ségolène Royal , dira-t-il lors de la campagne de 2007, c’est son compagnon (François Hollande donc)…

 5.

 Il aime, comprend, et défend VRAIMENT les français, partage leur sentiment d’injustice. C’est ce qui ressortira de ses tentatives de sauvetage, pas toujours réussies d’ailleurs (souvent à cause de ses deux boulets, Ayrault et Valls) des emplois liquidés par des entrepreneurs et actionnaires qui souvent, veulent plus se goinfrer qu’autre chose. On retiendra sa réponse écrite au gentil PDG de Titan (Goodyear) qui accusait les travailleurs français d’être des feignasses, et qui annonçait sa gerbante «intention d’exploiter la main-d’œuvre de certains pays pour inonder nos marchés». Le ministre français conclut sa réponse par une menace à peine voilée: «En attendant, soyez assuré de pouvoir compter sur moi pour faire surveiller par les services compétents du gouvernement français avec un zèle redoublé vos pneus d’importation. »

arnaud montebourg goodyear

 6.

 IL N’EST PAS FAUX CUL POUR UN SOU. Il refusera catégoriquement -devant tous les journalistes et photographes- de s’asseoir à côté de Jean-Marc Ayrault, alors 1er ministre, lors d’une photo officielle. Ce dernier venait en effet de le désavouer sur la reprise de Florange, alors qu’Arnaud Montebourg transpirait sur le dossier depuis des mois. Et c’est évidemment le Ministre du Redressement Productif qui a dû aller se justifier de cette débâcle auprès des ouvriers…

 7.

Il prône le passage à la VIème République. Comme tous ces hommes et femmes qui ont compris que la société a changé depuis 1958…

 8.

IL EST SEXY et cultive ses paradoxes ainsi que sa bogossitude. Il est comme l’ado insoumis de 4ème B qui s’asseyait au fond de la salle de classe, et répondait au prof de maths d’un ton condescendant, faisant baver toutes les blondinettes du collège. Il insuffle ainsi un vent de fraîcheur qui fait passer Manuel Valls pour un vieux con, alors que les deux hommes ont exactement le même âge.

FRANCE-POLITICS-PARTY-SOCIALIST

Car il sait être sérieux avec le sourire et être léger avec de la profondeur dans les yeux (bleus, de surcroît), alors que Manu semble de pas être allé à la selle depuis la dernière année bisextile. Il parvient à être proche du peuple, tout en faisant coexister la gouaille et la distinction aristocratique dans ses intonations, du haut de son mètre quatre-vingt dix, sans avoir l’air de prendre les français de haut pour autant.

 9.

IL DONNE DE SA PERSONNE. Et il n’a pas peur d’utiliser son image physique pour de nobles causes, comme le Made in France. Personne n’avait jamais osé avant lui. Et pendant que certains exhibent leur Rolex, Arnaud Montebourg brandit un robot Moulinex, et se fout des critiques facétieuses. Il va à a rencontre des vrais gens qui le sollicitent, comme de ce p’ti gars qui se filma une année entière à consommer que des produits français, et demanda ensuite audience au ministre qui se déplaça personnellement jusqu’à son appartement. Il se bat contre les membres de son propre parti pour sauver l’avenir des ouvriers que l’on balance aux ordures du jour au lendemain.

arnaud montebourg visite

10.

  IL EST DOTÉ D’UNE ÉNORME PAIRE DE COJONES. Il est le seul du gouvernement en place à dénoncer avec force les politiques d’austérité qui plombent le retour à l’économie saine. Il ose parler d’INJUSTICE envers les classes populaires et moyennes, de la perte des acquis sociaux et des hausses d’impôts « absurdes ». Il a l’outrecuidance de se battre seul contre tous, tel un Don Quichotte contre des moulins à vent, toujours fidèle à ses convictions, loyal envers sa fonction de « serviteur » des français, malgré son costume ministériel et son impériale prestance. Car il sait mieux que personne que ces moulins à vent, qui font semblant de moudre pour le peuple, se trouvent aujourd’hui sous le joug d’un vent mauvais. Arnaud Montebourg a tenu plus de deux ans à essuyer des refus sans jamais céder à la facilité de la prostitution morale, et de l’adhésion aveugle et « raisonnable » à un gouvernement émasculé par une politique européenne austère et dépassée. Il est un insoumis comme nous devrions l’être TOUS. Avant de partir -j’espère pour mieux revenir un jour- il aura la malice de dénoncer ce qui rend vraiment nauséabonds les gouvernements successifs, en citant Saint Augustin :

La crainte de perdre ce que l’on a nous empêche d’atteindre ce que l’on est.

 

Aujourd’hui, et plus que jamais, le départ d’un homme loyal nous démontre que quelque chose cloche dans notre système démocratique. Pourquoi sommes-nous mal représentés alors que nous nous déplaçons pour voter « démocratiquement » ?

 

Contre la victoire de l’ambition personnelle, de l’AVOIR sur l’ÊTRE, restons nous-même, ne subissons plus en silence, et surtout, INDIGNONS-NOUS !!!!!arnaud99

 

Estelle Bee.