A l’attention de celles qui ne font pas pipi debout

Cette petite injustice anatomique qui nous met, nous les femmes, dans une galère hautement stressante en cas d’urgence pipi, alors que nos partenaires mâles vivent cette même situation le cœur léger et en sifflotant tels des pinçons sur des cerisiers en fleur. Je suis une fille. Une de celles qui a tout le temps envie de faire pipi, surtout dans des situations/ lieux/ moments/ tenues inappropriés. Je précise que je suis jeune pour ceux qui d’emblée, auraient le réflexe de me joindre une pub pour les couches Confiance en guise de commentaire 😉

L’évènement du week-end étant la JOURNÉE DE LA FEMME, je me suis dit qu’il était grand temps d’aborder un sujet dont PERSONNE n’ose parler (surtout pas une femme du monde hein!) et qui me fait penser que Dieu est forcément un mâle :

 

Cette petite injustice anatomique qui nous met, nous les femmes, dans une galère hautement stressante en cas d’urgence pipi, alors que nos partenaires mâles vivent cette même situation le cœur léger et en sifflotant tels des pinçons sur des cerisiers en fleur.

 

Revivons donc pour l’occasion quelques situations –issues de conversations de filles- que l’on préfèrerait oublier. Voici donc 7 solutions de repli pour celles qui ne font pas pipi debout.

 

1)   Le bistrot :

 

Ne pouvant pas tutoyer les pylônes comme Monsieur, le café du coin est la base de repli n°1 d’une femme en situation d’impériosité. Et forcément, en femme civilisée, on prend quand même la peine de commander un café au passage qu’on boira froid ou qu’on ne boira pas, c’est selon. Résultat : 2 euros le pipi. Et c’est monnaie courante. J’en profiterais pour rendre hommage à ce gentil patron moustachu d’un bar-tabac à Aix-en-Provence qui me fit me sentir bien honteuse dans ma condition de femme. Alors que je m’engouffrais, tous voyants allumés, dans l’établissement bondé, je constatai qu’il n’y avait pas une seule table de libre pour y commander mon café. J’achetai alors un paquet de chewing-gum au comptoir du tabac, avant de me diriger vers l’escalier en colimaçon que je savais être la voie de mon salut. Pendant que je descendais les marches, une voix qui appelait « Madame ! Madame ! Madaaame ! » s’élevait dans le brouhaha. Mais ce n’est que lorsque la voix prononça « MademoisELLEUH ! » que j’eus le réflexe de me retourner, jeune trentenaire oblige. Car il se trouve que c’est bien moi que le gros patron appelait pour la quatrième fois, donc tous les regards des clients étaient braqués sur moi. Pliée en deux dans mon urgence, je questionnai du regard l’interlocuteur qui me lança :

–       Vous allez où là ?

–       Pardon ?

–       Oui Madame vous allez OÙ ??? Rajouta sa femme, une sorte de sosie de Yolande Moreau, le cœur en moins.

–       Heu, aux toilettes…

–       Non non remontez hein ! Les toilettes sont réservées à la clientèle ! S’indigna le bonhomme.

–       Heu… (l’ensemble de la salle attendait ma réponse) Je viens de vous acheter des chewing-gum… !

–       Non non c’est pas pareil ! Les toilettes sont pour les clients du  café, pas du tabac, d’accord Madame ??!!!

–       Non mais vous êtes hyper classe ici ! Répondis-je, clairement humiliée, avant de sortir en claquant la porte.

En sortant du café, je me parcourus du regard. J’étais correctement vêtue, j’avais les cheveux propres et des manières plutôt bonnes, et je venais de me faire jeter comme une clocharde pochtronnée et malpropre par un gros macho inélégant devant tout le monde, seulement parce que mon statut de femme m’imposait de faire une pause dans les plus brefs délais.

En sortant du café, je me parcourus du regard. J’étais élégamment vêtue, j’avais les cheveux propres et des manières plutôt bonnes, et je venais de me faire jeter comme une clocharde pochtronnée et malpropre par un gros macho inélégant devant tout le monde, seulement parce que mon statut de femme m’imposait de faire une pause dans les plus brefs délais.

2)   L’embouteillage :

Uriner au bord de la route n’est pas un souci pour ces messieurs lorsque, coincé dans un chassé-croisé pas vraiment prévu par Bison Futé, on se retrouve pris au piège et à deux doigts d’imploser. Mais compte tenu que toi la fille, tu ne peux pas faire pipi sans découvrir l’ensemble de ton intimité, tu te dois d’abandonner ta voiture pour aller te planquer derrière un fourré devant les regards amusés des autres usagers. En l’absence de végétation ou reliefs, comme en Camargue par exemple, tu devras courir très vite jusqu’à ce que tu disparaisses de leur champs de vision. Autant être entraînée….

 

3)   La piste de ski :

Trente minutes d’attente aux toilettes du restaurant d’altitude, c’est trop pour qui s’est contenue trop longtemps pour kiffer la poudreuse. Et alors que Chouchou n’a qu’à dezipper pour libérer son petit Shar Pei, tu es obligée de te surgeler les miches derrière un Mélèze après avoir crapahuté dans la montagne avec une démarche de spationaute bourré.

 

4)   L’entre-deux voitures :

LA solution que nous privilégions en ville à la nuit tombée lorsqu’aucun bistrot n’a eu la bonne idée d’ouvrir dans les 500 mètres à la ronde. Encore faut-il faire attention de ne pas faire pipi sur ses jolis escarpins en cuir de veau bois de rose non encore imperméabilisées. Encore faut-il vérifier AVANT qu’il n’y ait personne DANS la voiture derrière laquelle on se planque à la hâte… Comme par exemple ce couple d’amoureux éberlué par la scène loufoque qui se déroule sous ses yeux…

4)	L’entre-deux voitures : LA solution que nous privilégions en ville à la nuit tombée lorsqu’aucun bistrot n’a eu la bonne idée d’ouvrir dans les 500 mètres à la ronde. Encore faut-il faire attention de ne pas faire pipi sur ses jolis escarpins en cuir de veau bois de rose non encore imperméabilisées. Encore faut-il vérifier avant qu’il n’y ait personne DANS la voiture derrière laquelle on se planque à la hâte…

5)   In a dark desert Highway…

Lorsque l’on fait tomber une tartine par terre, chacun sait qu’elle tombera fatalement du côté de la confiture. Idem pour le pipi urgent d’une fille au bord de la route. Ainsi, le bord de route archi désert où pas même le diable y planterait sa fourche ( « c’est bon je peux y aller, y’a pas un chat… ») deviendra comme par magie la Nationale 7 sitôt que tu te retrouveras toutes fesses dehors. C’est à croire qu’on paye des automobilistes pour ça! Bon à savoir en cas de panne….

 

6)   Le rhabillage en urgence :

L’entre-deux voitures ou le bord de route exigent une grande rapidité, mais aussi de l’ORGANISATION selon les vêtements que l’on porte. C’est du moins ce que tu apprends à tes dépends lorsqu’une autre femme s’approche discrètement de toi pour te dire un peu gênée que ta jupe est entièrement coincée dans tes collants (!!!), trente minutes après les faits, sachant que tu as traversé toute une rue piétonne et que tu es allée chercher tes enfants à l’école dans cette tenue…

 

7)   La plage :

Ne vous demandez plus messieurs pourquoi les femmes ont plus d’aptitudes à aller se baigner dans une eau à 16°. Elle ne sont pas plus courageuses non non. C’est juste qu’elles n’ont parfois pas le choix, contrairement à vous 😉 Mais bon, ça raffermit les chairs, parait-il…

 

En conclusion…

Souvent, lorsque j’ai affaire à une pimbèche, une femme autoritaire, sèche ou revêche, je ne peux m’empêcher de me raviser en pensant qu’elle aussi, un jour, s’est retrouvée dans une situation humiliante, alors que si elle avait été un homme, sa mémoire n’aurait pas gardé la moindre trace de ce moment.

 

« To pee or not to pee, that is NOT the question,

 

The question is: To pee NOW but WHERE THE FUCK???souvent, lorsque j’ai à faire à une pimbèche, une femme autoritaire, sèche ou revêche, je ne peux m’empêcher de me raviser en pensant qu’elle aussi, un jour, s’est retrouvée dans une situation humiliante, alors que si elle avait été un homme, sa mémoire n’aurait pas gardé la moindre trace de ce moment.

 

Isn’t it sista 😉

 

Alors PARLONS-EN!!!!!!!!

4 Thoughts on “A l’attention de celles qui ne font pas pipi debout

  1. un petit livret pour vous les filles :)….

  2. Jack on mars 11, 2014 at 6:56 said:

    Je n’aurais qu’un seul lien à partager : http://www.auvieuxcampeur.fr/terre/pour-toutes-les-activites/protection-et-hygiene-de-la-personne/hygiene-de-la-personne/freelax.html
    Le Freelax, la solution à cette odieuse injustice! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation