Category Archives: Philosophie Des Piqûres

Prête-moi ta plume, mon amie Zahia…

«Zahia va prendre sa plume pour faire rêver les enfants. »

C’est bien cela que je viens de lire quatre fois, pour être bien sûre.

La phrase est lancée par un site d’informations.

Il est longuement précisé plus bas dans l’article que la jeune femme caresse – sensuellement j’imagine – le projet d’écrire des contes pour enfants. Ca ne s’invente pas.

Alors je me permets, moi la bloggeuse anonyme qui n’ai jamais connu le prestige de serrer ne serait-ce que la pince d’un joueur de l’équipe de France, de lui conseiller de cibler un lectorat de garçons adolescents et préadolescents, surtout si elle s’inspire de sa vie privée dans ses contes.

Donc à l’heure où je rédige, notre future auteure prend sa plume. Par prudence il faudra bien lui préciser que « prendre sa plume » ne doit pas être entendu au sens littéral du terme. Il serait fâcheux qu’elle hésite des semaines durant entre plume d’autruche, plume de paon ou tout autre attribut d’oiseau que l’on ait pu voir sortir de son postérieur altier durant son défilé de lingerie, et que cette méprise fasse perdre un temps précieux à ce glorieux projet.

Une vraie révolution culturelle

Je ne saurais comment témoigner à la demoiselle ma gratitude au nom de tous ces parents et enseignants qui galèrent pour faire ouvrir un bouquin à leurs ados capuchonnés ou justinbieberisés. Cailleras ou geeks vont tous reléguer leurs Smartphones incitateurs d’illetrisme au second plan, et n’aurons plus besoin de cocher la case J’ai plus de 18 ans sur leur écran d’ordinateur pour nourrir leur imaginaire. Les Contes de Zahia s’en chargeront…

 

Le programme

prête cochons 3Tout en conservant la thématique qui lui colle à la peau, il faudra bien sûr que la conteuse de rêve demande à son nègre de varier les champs lexicaux, afin d’être la plus efficace possible contre cette détestation de la lecture. Elle pourra entre autre employer des métaphores agricoles –labour des champs, bine, traite du matin- ou bien des images culinaires, en prenant toujours grand soin de varier les mets et ustensiles (et là je laisse libre cours à l’imagination du lecteur…)

La grammaire et la conjugaison ne seront pas en reste, il faudra juste travailler la langue avec naturel : « Permettez-moi mes petits Choux de me mettre à Genoux afin de flatter vos  joujoux juste pour quelques beaux bijoux » pourra ainsi s’employer au pluriel comme au singulier, même si se positionner sur un seul genou reste quand même un problème… La concordance des temps devra être scrupuleusement respectée, ce qui dans un premier temps pourra attiser la curiosité du jeune lecteur pré pubère découvrant le verbe savoir à l’imparfait du subjonctif, ou se répétant, incrédule, pour lui-même : « Mon cher, vous fîtes ce que vous pûtes. » Succès garanti.

 

 De multiples ouvertures

Il est évident que les Contes de Zahia pourront évoluer au-delà du seul domaine langagier, en étant par exemple illustrés de tableaux maîtres, comme Le jardin des délices de Jérôme Bosch, ou de comptines appropriées comme le très classique Au clair de la lune.

Toujours est-il que je sens que la petite blonde trop tôt tombée du nid est à un tournant de sa carrière. Elle peut a elle seule redonner espoir à la jeunesse française. Ce ne sera pas la première fois d’ailleurs, sauf que là, ils seront plus de 11, et n’y laisseront pas de plumes eux. Les jeunes adolescents duveteux réclameront des LIVRES pour Noël au lieu des traditionnels jeux vidéo rendez-vous compte !

prête zahia magQuand aux jeunes filles déjà très fragilisées par la télé-réalité, elles sauront ce qu’il leur reste à faire pour se faire dérouler le tapis rouge dans des soirées VIP, ou se retrouver propulsées sur un podium par Karlito la momie. J’adore l’idée. Tant qu’à faire, proposons-la d’emblée comme future Marianne, on n’est plus à çà près hein…

Le monde tourne à l’enfer.

Estelle Bée.

Barjot ascendant Frigide

Read More