Category Archives: Pesticides Cathodiques

LE DRAME: Alain Delon ne tripotera pas de Miss cette année!!!

le drame

En ouvrant le journal ce midi, je me dis qu’il faudrait que je me remette au Picsou Magazine tellement les nouvelles sont barbantes et désespérément prévisibles : « Philippines, une reconstruction laborieuse ». « Un homme handicapé de 89 ans agressé sur Marseille ». « La Crise et le système D». Mais soudain, je tremble !!! Elle est là, l’INFO CRUCIALE qui me retourne le cœur :

« À Dijon, les Miss travaillent d’arrache-pied à J-8 de l’élection»

Et tout à coup je me rappelle ce DRAME qui me fait me sentir orpheline:

ALAIN DELON N’EST PLUS PRÉSIDENT D’HONNEUR À VIE DE L’ELECTION MISS FRANCE !!! Et vu que le bougre n’a pas passé l’arme à gauche, je me posai cette question très conne mais néanmoins obsédante : peut-on logiquement se démettre de ses fonctions de son vivant quand on porte le titre de Président à Vie ? Pour finir par en conclure que ce n’était pas ma question qui était conne, mais le titre en lui-même.

Mais passé ce cap, le mystère demeure toujours sur LA grande question :

QUI DONC SERA À LA HAUTEUR POUR REMPLACER LA STAR INTERGALACTIQUE À LA PRÉSIDENCE D’HONNEUR À VIE DE LA CÉRÉMONIE ???

 

Car il n’aura pas échappé à ceux qui ont cédé, l’an dernier, à leurs plus bas instincts télévisuels, que Feu Monsieur le Président à Vie avait pris son rôle très au sérieux, en se montrant toujours prêt à intervenir pour donner de sa personne auprès des candidates en lice, et pas qu’envers elles d’ailleurs.

Souvenez-vous de Camille Muffat, la nageuse médaillée–qui pour l’occasion portait une robe pailletée dos nageur, ça ne s’invente pas – qui avait du subir les assauts du vieux libidineux placé à côté d’elle toute la soirée: vas-y que je te malaxe l’épaule (heureusement que la nageuse à le dos large) en te parlant de la pointe de la langue dans l’oreille, ou que je pose ma mimine sur la tienne en signe de complicité indéfectible.

Souvenez-vous aussi de l’un des magnifiques tableaux présentés par les Miss, où comble de malheur pour elles, les demoiselles devaient envoyer, sur la chanson Happy birthday Mister Président, un baiser de la main à notre Président du jury, le Barbon au regard lubrique dans lequel on pouvait lire, chaque fois qu’une jeune pucelle lui envoyait un kiss : « Si tu viens sur les genoux de papa, ce soir tu as toutes tes chances d’être la reine mon p’tit bout ».

Souvenez-vous aussi de cette explication de Mireille Darc –alias Mimi-, elle aussi assise à côté d’Alain Delon, à une journaliste surprise de se faire caresser la main par l’animal : « il était plus sauvage quand il était jeune. Avec le temps il est devenu très tactile, très demandeur d’affection. Il a besoin de sentir les gens. », image qui n’était pas sans rappeler la brillante prestation d’Alain Chabat en Labrador dans Didier.

A la fin de la cérémonie, celui qui incarna jadis Rocco au cinéma était chaud comme une bonne braise fin prête à accueillir une côte de bœuf bien tendre, et c’est sûrement la raison pour laquelle sa bise de félicitations à l’heureuse élue ripa malencontreusement sur le coin de ses lèvres ainsi que dans le creux de son cou. Personnellement, j’en eus des frissons…

le drame delon2

Cela ne sembla pas déranger le comité qui s’enorgueillissait de la présence de la vedette. Quand on pense que Sylvie Tellier s’était offusquée par le passé de la présence de plusieurs Miss à la poitrine refaite – d’ailleurs la sienne en ce 8 décembre semblait bizarrement gonflée à l’hélium – force est de constater que voir ses pouliches se faire peloter n’égratignait pas le moins du monde sa bienséance légendaire. Encore faut-il que la dame soit bien sur son séant, chose dont je doute étant donné son postérieur osseux.

Mais voilà, notre Alain national, patriote décomplexé jusqu’au bout des serres, n’ayant pas pu s’empêcher le mois dernier de réaffirmer que sa couleur préférée était le Bleu Marine, n’a pas apprécié que le bienséant comité se désolidarise de son orientation politique, et s’en est allé comme un Prince (de Lu, rapport à sa couleur) après ce désaveu trop lourd pour son Ego et ses chevilles manifestement infiltrées.

 

Qui remplacera donc Alain alias le Renifleur de vierges avec autant d’implication ? Quelques propositions :

1)   Doc Gynéco :

Le petit plus : il aime les femmes, au point de faire son grand retour avec un album qui chante leurs louanges, et de défier verbalement Booba, le rappeur misogyne qui a révélé très élégamment qu’il pourrait se faire faire un  « manteau en poils de chatte » étant donné le nombre élevé de ses conquêtes…

Le moins : Le pétard : Risque de fou rire communicatif en pleine cérémonie devant un tableau navrant, et lenteur de diction peu propice au direct étant donnée la place accordée aux annonceurs.

2)   Francky Vincent (pour que le mystère reste antillais….)

Le petit plus : son intérêt pour les femmes bien plus jeunes que lui, l’interprète de Alice ça glisse n’en loupera pas une miette

Le moins : Un humour perlé de métaphores maraîchères (fruits et légumes) peu propice à la French Touch. Possibilité d’orientation des votes vers Miss Guadeloupe

3)   Rocco Siffredi :

Le petit plus : sa connaissance de l’anatomie féminine

Le moins : une envie subite et irrépressible de fesser la pudibonde Miss Bretagne, toute de bigoudène vêtue, ou de traîner Sylvie Tellier par les cheveux en la traitant de fille de mauvaise vie

4)   PPDA :

Le petit plus : son Amour pour LA femme, son côté esthète

Le moins : son autre Amour, la langue française, qui sera fortement mis à mal durant les discours des Miss : risque élevé d’AVC par conséquent…

5)   DSK :

Le petit plus : C’est le plus approchant d’Alain le Renifleur : un vernis en granit qui dissimule un gros obsédé sexuel. A défaut d’être président de la France, il pourra être Président à Vie (jusqu’à nouvel ordre) de l’élection des miss, c’est déjà ça…

Le moins : La durée (très longue) de l’émission, peu compatible avec la libido obsessionnelle de Doumé qui a physiologiquement besoin d’honorer une femme toutes les 90 minutes environ

 

En conclusion :

Après avoir rédigé le présent article, je m’enquiers ENFIN de la Vérité grâce à un modeste Métro négligemment jeté sur un comptoir :

Cette année, la cérémonie sera présidée par « un juré de Prestige » dit l’article :

« le chanteur québécois (orthographié « quebéquois ») GAROU » !

Eh voilà, bien ouéj ! Cette année encore le Loup sera dans la bergerie : AAHOOOUU !!!

 

La suite la semaine prochaine 😀

le drame delon

Estelle Bee.

Ce bref Instant où j’ai aimé le foot

Ce moment si fragile, si éphémère, où le sportif, le guerrier extenué oublie, pendant cinq petites minutes qu’il va toucher le Jack Pot.Pareille à une geisha qui se prépare à l’amour, méticuleusement, je vérifie mes placards en vue de la soirée tant attendue : Chips à l’ancienne ok, tarama ok, toasts ok, mini saucisses ok, olives ok, pop corn ok, soda ok. Je suis donc PRÊTE, tout mon être se languit, et tous mes sens se bousculent dans une incroyable fission atomique, j’en salive d’avance. Car ce soir c’est LE Grand Soir, le soir où le voyeur sadique devant 11 chaises électriques assiste enfin à l’exécution en règle des kékés de l’Equipe de France et de tous les grands pontes, sponsors et hauts administrés qui leur ont donné ce sentiment d’impunité 4 années durant. Et là, devant le gibet, je prendrai mon pied en me disant : « Et dire qu’ils comptaient faire grève ces cons!!!! »

 

Ce soir, c’est le soir où la Nature reprend ses droits, où le Sport démontre qu’il est plus fort que l’Argent à millions, ce fric outrancier aussi efficace que Léon le Nettoyeur, qui permet de passer au détergeant ou à l’acide les bavures morales et les dégueulis verbaux les plus résistants. Ce fric à lui seul soigne les maladies les plus graves comme le syndrome de la Tourette qui frappa naguère les délicieux Anelka, Ribéry et Nasri entre autres victimes sans défense.

 

20h52 : le plan général du cameraman sur le stade de France m’abasourdit littéralement. Car l’IMMENSE FERVEUR des supporters m’amène à penser qu’ils n’ont pas du voir le match aller… Et surtout qu’ils n’ont pas eu vent des comportements détestables des joueurs depuis quatre années. Qu’ils ne savent rien des incivilités, de l’irrespect – d’autant moins pardonnable qu’il frappa les supporters-, des rixes indignes de ce qu’ils représentent, de leurs « grèves » outrageantes et inacceptables, de leur exil fiscal systématique…

Mais voilà ce que je vois : du bleu, blanc, rouge absolument partout, répartis selon de scrupuleux axes de symétrie, des chants puissants étrangement justes et à l’unisson. Et surtout une Energie Supérieure qui traverse l’écran. Je reçois ces vibrations d’espoir en plein poitrail, et l’énergie de tous ces gens qui y croient encore, dans la débâcle et la laideur du système, me fait le même effet, je vous jure, que celle qui me transperça la première fois que je visitai Notre Dame de Paris, lieu quand même foutrement chargé de siècles d’ardeurs et de fanatisme. A ce moment-là, je pense à Karl Marx, je me dis que le Foot est le nouvel Opium du peuple.

 

Car l’opium (et je le sais depuis que je me suis pété le coccyx l’an dernier 😉 ) est un puissant-antidouleur. Je me dis alors qu’il n’est pas impossible que les gens se ruent dans les stades pour, eux aussi, oublier un capitalisme sans élasthanne et bien trop tendu qui leur fait terriblement mal au cul crâne.

 

Et à cette idée, je retrouve tant bien que mal mon cynisme originel et je fais fi de l’émotion qui m’a traversée juste avant. La domination des bleus sur le terrain m’agace, et les deux premiers buts me donnent des acidités gastriques.

 

Pourtant, la deuxième mi-temps s’ouvre à nouveau sur un plan panoramique du stade plein à craquer. Et à nouveau, je ressens l’Espoir incommensurable de toutes ces personnes, qui pour la plupart, se sont littéralement saignées aux quatre veines pour venir assister à ce match. J’imagine la galère du covoiturage, de la nuit entière serrés comme des sardines dans un car aux accoudoirs défectueux, de la promiscuité dans l’Etap Hotel, du RER B… Ce que je perçois dépasse même la simple espérance. Car depuis le but de Benzema (le 2ème donc), on a, si je puis dire,  dépassé un stade : les supporters n’ESPERENT plus le miracle, ILS S’Y ATTENDENT tout simplement,  et c’est ce qui fait toute la différence. Et à ce moment-là, personnellement, je m’y attends aussi, et avec un début de sourire.

les supporters n’espèrent plus le miracle, ils s’y attendent tout simplement. Et à ce moment-là, personnellement, je m’y attends aussi, et avec un début de sourire.

Vous connaissez bien évidemment la suite… ! Et pour ma part, le « Et un, et deux, et trois zéro !!! » qui résonne après le troisième but me renvoie avec exactitude à mes 20 piges, ce qui finit donc par me rendre totalement perméable à la liesse générale. Et au coup de sifflet final, je suis transportée par l’incroyable triomphe de la Ferveur sur la Morosité.

Je regarde même avec sympathie les joueurs, ivres de joie, qui se montent les uns sur les autres comme des lapinous. Je me surprends même à trouver Evra pas si moche, alors que depuis qu’il avait souhaité « retrouver la taupe » (qui avait déterré le magistral « sale fils de pute » d’Anelka à Domenech) au lieu de faire un mea culpa public, je lui avais souhaité bien souvent de périr salement étouffé dans son vomi.

 

Je réalise qu’à ce moment TRES précis, on est pile poil dans l’’INSTANT T. Ce moment si fragile, si éphémère, où le sportif, le guerrier extenué oublie, pendant cinq petites minutes qu’il va toucher le Jack Pot. Il oublie qu’il va tout rafler pour ne rien laisser ou presque à ses concurrents, qui pourtant n’ont pas démérité. Il oublie qu’il ne saura plus quoi faire de son argent par la suite tellement il sera pété de thunes, et qu’il sera du coup fortement sensible aux propositions de juteux placements que lui auront proposé quelques démarcheurs suisses très discrets. SIMPLEMENT IL VIT. Il vit juste sa victoire dans la plus grande Sincérité de son âme de sportif. Il vit ce moment orgasmique où le bonheur est si fort qu’il est presque douloureux. Il est son enfant intérieur, il est ce mec qui peut-être a cottoyé la misère, ou simplement la galère. Il est un homme qui a vaincu, il EST ce qu’il exprime, sans voile et sans filet. Il est BEAU dans sa victoire, même Ribéry… Et je savoure ce moment comme on scrute une éclipse solaire.

 

Pourtant, je ne sais pas pourquoi, mais l’un de ces joueurs restera plus longtemps que les autres dans un état second, puisque l’on entendra Ribéry en personne -qui rappelons-le n’est pas forcément le mieux câblé de tous- répondre aux journalistes que l’équipe de France devait « sa victoire aux supporters » (ce qui ma rappelé qu’il fallait toujours profiter de l’orgasme de son partenaire pour lui demander s’il nous aime).

Francky a vu très juste à ce moment-là, parce que tous ceux qui ont daigné voir ce match pourront affirmer que les Bleus ont été littéralement portés par des supporters à l’ardeur colossale.

J’espèrent que ces petits mecs toniques en bleu, qui ont hier soir touché du doigt le ciel de Rio et son Christ Corcovado, se rappelleront, au moment de transférer la majorité de leurs capitaux sur quelques îles paradisiaques ou au pays de Ricola, que cet argent, ils l’arrachent aussi à ceux qui leur ont permis d’être là où ils sont. Que cet argent, il doit circuler là où il a été rendu palpable. Que cet argent, il servira aussi à la collectivité, une notion qu’ils connaissent bien sur le terrain, mais qu’ils oublient dans la vraie vie. Que cet argent, ils le dérobent à ceux qui toutes les semaines s’accroupissent chez Carrouf pour choisir leurs boîtes de conserves, mais les suivent dans les stades comme un chien derrière son maître, avec l’Amour de ce sport en bandoulière, et par extension, l’Amour de ses protagonistes. Oui j’espère qu’ils n’oublieront pas cela, et que cette idée viendra les percuter à d ‘autres moments qu’à l’Instant T.

J’ESPERE tout ça bien sûr, même si au lieu d’espérer, je préfèrerais M’Y ATTENDRE.

 

Ouvrons l’oeil…J’espèrent que ces petits mecs toniques en bleu, qui ont hier soir touché du doigt le ciel de Rio et son Christ Corcovado, se rappelleront, au moment de transférer la majorité de leurs capitaux sur quelques îles paradisiaques ou au pays de Ricola, que cet argent, ils l’arrachent aussi à ceux qui leur ont permis d’être là où ils sont.

.

Estelle Bee.

 

Médias: la vérité si je mens…

C’est ainsi que dans les médias, on a transformé la notion de plan B, d’option par défaut, en « valeur choix », en concept « d’engouement », ou en véritable « phénomène de mode. ». Mais au fait, cette désinformation ne nuirait-elle pas au concept-même de Démocratie ? Déformer la réalité, n’est-ce pas tout simplement « créer une autre réalité »?

Rappelle-toi l’été dernier… Le service de communication de Pôle emploi s’était félicité sur Twitter que son site internet était « le préféré des français »… Forcément, le connard de râleur français a vite fait de voir le mal partout en scandant à tout va que cette déclaration était purement SCAN-DA-LEUSE ! En conséquence, Pôle emploi a fait preuve d’une classe extraordinaire, puisque parmi les cinq messages d’excuses publiés, on pouvait tout de même lire :

« le Community Manager (oui, Pôle Emploi est désormais jeune et dynamique, donc plus question d’employer des termes franchouillards) n’a fait que reprendre les termes de l’étude. Il est juste un peu maladroit. »

Just a little bit oui….

 

Ainsi, dans la même démarche intellectuelle, j’ai pu découvrir au journal télévisé que les bas produits alimentaires Discount sont « de plus en plus appréciés par les français ». J’imagine donc que les derniers chiffres croissants démontrent une véritable  RE-VO-LU-TION gastronomique, puisqu’il est vrai qu’à choisir (et tous OGM et huile de palme mis à part), mieux vaut engloutir des palets « bretons » faits de graisses animales que des galettes de Pont Aven pur beurre hein 😉

Aussi, les grands distributeurs cheap du genre Lidl, ED, Aldi se sont-ils mis au diapason en embellissant leur intérieur afin que le français moyen se sente un peu comme chez lui. Exit les palettes toxiques et les grossiers cartons estampillés Made in No man’s land entassés les uns sur les autres. Place au rayonnage rutilant, au Caddy qui roule sans accro, et même au coin du primeur Bio où les poivrons rouges espagnols sous plastique font de l’œil aux asperges du Pérou (forcément, puisqu’ils parlent la même langue…) Elle est pas belle la vie ?

 

C’est ainsi que dans les médias, on a transformé la notion de plan B, de survie ou de triste réalité en « valeur choix », en concept « d’engouement », ou en véritable « phénomène de mode. ». Mais au fait, cette désinformation ne nuirait-elle pas au concept-même de Démocratie ? Déformer la réalité, n’est-ce pas tout simplement « créer une autre réalité », et peut-être modifier l’Histoire?

 

Car si l’on suivait cette même logique de « préférence » pour tous les faits de société, on pourrait titrer par exemple que :

 

L’hôpital et la morgue de Saint-Jacques de Compostelle auront été les sites préférés –puisque les plus visités-  des pèlerins espagnols en cet été 2013.

Les célibataires d’aujourd’hui préfèrent rencontrer leurs partenaires sur internet plutôt qu’en boîte de nuit à 25 euros l’entrée ou au cours des cocktails de charité monégasques d’Hermine de Clermont-Tonnerre,

levons notre verre et gobergeons-nous en l'honneur de ceux qui n'ont plus rien!

Les français préfèrent regarder Joséphine Ange gardien sur Tf1 plutôt qu’aller voir un bon film au ciné à 12 euros la place, friandises non comprises

 …

Les philippins semblent être de plus en plus sensibles à la vitalité et la beauté de leur peau : en témoigne le récent engouement  pour les bains de boue dans la capitale, désormais surnommée Manille-Chocolat,

 …

Les éleveurs laitiers et porcins français semblent dernièrement « avoir une nette préférence pour les cordes de diamètre 1,2 centimètres, et les arbres massifs de type peuplier ou chêne (oliviers pour les provençaux) », plus susceptibles de résister à leurs 80 kilos, et à la poussée verticale des saccades de leurs derniers –et vains- instincts de survie, que le modèle 8 millimètres…

Une nouvelle enquête démontre que les jeunes des cités sans emploi « préfèrent dérober des véhicules de marque BMW, Mercedes ou Audi plutôt que les acheter directement chez le concessionnaire le plus proche ». Ce phénomène de mode bien curieux et non dénué d’originalité conforte à lui seul la notion d’exception culturelle française…

Moralité :

Se demander si nuancer des faits réels ou des intentions nuit à la démocratie me rappelle ce vieux débat auquel on à tous participé un jour : « Doit-on mentir pour protéger un secret, adoucir ou cacher une dure réalité, ou est-il préférable de cracher la vilaine et glaireuse vérité ? » Pas facile, et surtout cela dépend de quel côté on se place, et à qui, donc, profite le mensonge. Ce que je constate en tout cas, c’est que rares sont les médias ou annonceurs qui n’usent pas de ces doux euphémismes et sacrées nuances. Qui sont-ils d’ailleurs ? Mediapart ? Marianne ? Le Monde diplomatique ? Jean-Pierre Coffe…. ? Simplement, il me semble que détourner les yeux du peuple de la Vérité, même par pure charité chrétienne –l’enfer est pavé de bonnes intentions-, l’empêche d’avoir le ressenti et les réactions (ou non réactions) qu’il aurait eues s’il avait eu vent de la réalité. Cela revient à ne pas dire à un malade qu’il a un cancer. Car en sachant la vérité, soit il aurait décidé de se battre, soit pas, mais en tout cas on ne le saura jamais… Idem pour nous.

 

Sauf si bien sûr on prend le temps, chaque jour, ou chaque semaine, au beau milieu de nos vies de dingues endettés pour 30 ans, d’aller vérifier les informations qui nous sont données, il me semble que nous sombrerons dans une léthargie dont l’inertie ne permettra même pas à nos enfants de redresser la barre. A nous donc, de choisir le bon médecin, et de prendre d’autres avis, au risque qu’ils soient douloureux, mais non moins déterminants. Pour que nous décidions par nous même de nous soigner ou pas, et par quels moyens: Rika Zaraï, Marabout, corde 12 millimètres, Indignation…

.

A chacun son truc 😉

Simplement, il me semble que détourner les yeux du peuple de la Vérité, même par pure charité chrétienne –l’enfer est pavé de bonnes intentions-, l’empêche d’avoir le ressenti et les réactions (ou non réactions) qu’il aurait eues s’il avait eu vent de la réalité. Cela revient à ne pas dire à un malade qu’il a un cancer.

Estelle Bee.

Mariage: équilibre ou Total Look?

Pourquoi renouveler ses voeux de mariage est très à la mode?

Equilibre ou Total Look?

 

La mode est au mélange des styles, cette tendance ne vous aura, j’en suis certaine, pas échappé. Une sorte de RÉÉQUILIBRAGE dans tous les domaines.

.

Yin et yang

La fashionista recherchera ainsi l’équilibre parfait entre le moderne et le vintage dans sa tenue vestimentaire : la soie s’accoquine avec le cuir, la broderie anglaise s’encanaille avec le jean délavé, l’armée fait dans la dentelle, et j’ai même entendu murmurer que la laine filait du mauvais coton en flirtant avec les cuissardes. Personnellement je vote pour. J’ai toujours été pour la mixité.

Côté maison, les décorateurs avertis, quant à eux, équilibrerons bois et métal, cosy et industriel, ce qui revient qu’on le veuille ou non à une matérialisation onéreuse du yin et du yang pour gens fortunés.

En cuisine, exit le rustre confit de canard et sa poêlée de pommes persillées, ringardisé pour une bonne trentaine d’années par le sucré salé, et le chic doux acidulé sur fond de béton ciré. Et je ne vous parle même pas du mythique croquang gourmang de notre classieux Cyril Lignac, qui de sa voix James Bondesque distille des conseils que le bon français écoute d’un air approbateur, en mangeant du Saucisson Justin Bidou sans même en ôter la peau. On exalte les saveurs authentiques, et on les équilibre.

En cuisine, exit le rustre confit de canard et sa poêlée de pommes persillées, ringardisé pour une bonne trentaine d’années par le sucré salé, et le chic doux acidulé sur fond de béton ciré

Equilibre de couleurs et saveurs

Naturel et Equilibre forment aujourd’hui un duo aussi essentiel qu’Inspirer et Expirer, que Flexion et Extension, que Politique et Calvitie.

Il faut savoir qu’aujourd’hui, une femme passe un bon quart d’heure à se maquiller pour avoir l’air naturelle, alors qu’il y a vingt ans, sa mère mettait trois minutes montre en main pour se farder comme Julie Pietri.

On passe donc beaucoup de temps à se creuser le cervelet pour trois choses vitales : se loger, s’habiller, manger.

Pour résumer on en fait beaucoup, pour ne pas avoir l’air d’en faire trop.

.

Dans ce contexte dépouillé, je me demande donc pourquoi diable de plus en plus de couples mariés veulent nous en remettre une couche en renouvelant leurs vœux d’époux devant maire, cureton et toute la famille, dans les films comme dans la vie??? C’est quoi cette déferlante ? Simple fantaisie d’un kitch à faire vomir Barbara Cartland –si elle était encore vivante-  ou réel réflexe de préservation d’une espèce en voie de disparition?

 

L’art de marier les tendances

Parce que normalement, soit on se marie, et ça dure jusqu’à ce que le Général Alzheimer fasse son coup d’Etat. Soit on divorce, non ? D’où vient cette tendance à en faire toujours plus ? Les années 80 seraient-elles en train de revenir à la mode, alors que même Jeanne Mas a troqué son Liner qui suinte pour du rose poudré et blond bébé?!

        La mode est au mélange des styles, cette tendance ne vous aura, j’en suis certaine, pas échappé. Une sorte de rééquilibrage dans tous les domaines. La fashionista recherchera ainsi l’équilibre parfait entre le moderne et le vintage dans sa tenue vestimentaire

Pieds de poule ou de nez?

Oui, j’ose l’affirmer, renouveler ses vœux de mariage relève pour moi du Total Look. C’est comme porter une blouse imprimée léopard avec un slim panthère. Ou dévoiler ses jambes et son décolleté en même temps. C’est vulgaire. D’ailleurs, si l’on suit ce raisonnement, un seul mariage qui dure est déjà kitch en lui-même. Trop vintage. (Je me demande même pourquoi les homos l’ont voulu…?) Il faut théoriquement l’équilibrer par un divorce bien moderne. Sauf si bien sûr cette union durable est équilibrée par des problèmes financiers, ou une grave maladie, alors là ok, je veux bien. Mais se marier alors qu’on l’est déjà mérite un carton rouge ! C’est comme avoir un caniche royal – un grand petit chien – comme animal de compagnie, c’est incompréhensible. Et moi, j’ai horreur de ne pas comprendre.

L’élégance se perd…

Déjà, je dois avouer que, comme dans la chanson d’Anaïs, j’ai un peu de mal avec les couples kissing gourami, qui à longueur de journée se ramonent les amygdales, se massent l’aile ou la cuisse, se textotent pour se demander s’ils ont bien reçu leurs textos, et se donnent des petits noms qui finissent par I ou par OU avec une petite voix ridicule sortie d’un dessin animé de chez Pixar. Dégoûtant. Enfin, je précise que ceux que j’exècre sont les couples qui font cela alors qu’ils ont passé le cap des deux ans. C’est dire si je suis tolérante.

Alors, comme je suis tolérante, j’essaye de comprendre ce qui motive cette petite sauterie de renouvellement de vœux. Serait-ce pour conjurer le sort ? En tout cas ça cache quelque chose…

L’abominable constat

        La mode est au mélange des styles, cette tendance ne vous aura, j’en suis certaine, pas échappé. Une sorte de rééquilibrage dans tous les domaines. La fashionista recherchera ainsi l’équilibre parfait entre le moderne et le vintage dans sa tenue vestimentaire

Total look?

A l’heure où un mariage sur deux débouche sur un divorce dans les grandes villes, l’union qui dure tend à devenir LA nouvelle exception. Et donc Madame peut se réveiller un matin à l’orée de son huitième anniversaire de mariage en se disant que damned elle ne connaît personne dans son entourage qui ait tenu neuf ans, et qu’il faut absolument trouver un moyen de gruger le système ! Comme si se marier à nouveau remettait les compteurs à zéro. Ouf, c’est fait, on est sauvé jusqu’en 2020 ! Ce qui reviendrait à une sorte de méthode Coué pour amoureux. Mais en fait, j’ose à peine me poser la question suivante : et si ça fonctionnait vraiment ?

Ce que ça cache…

Revenons à nos mariés. Si je ne m’abuse, avant de renouveler leurs vœux, pareils à un traiteur qui remue une vieille macédoine dont la mayonnaise a séché (pour ne pas que ça se voie), n’avaient-ils pas DEJA prêté serment ? Ne s’étaient-ils pas DEJA juré protection et fidélité jusqu’à ce que l’homme en noir ne les fauche? (Et je ne parle pas du percepteur) Alors que font-ils de plus pour leur second passage? Rien.

La mode est au mélange des styles, cette tendance ne vous aura, j’en suis certaine, pas échappé. Une sorte de rééquilibrage dans tous les domaines. La fashionista recherchera ainsi l’équilibre parfait entre le moderne et le vintage dans sa tenue vestimentaire

Donc si Chouchou et Kiki décident de refaire leurs vœux après avoir testé leur couple, comme on achète une voiture d’occasion après avoir fait un tour de pâté de maisons, c’est qu’en réalité ils n’étaient pas complètement sûrs d’eux la première fois qu’ils l’ont fait, non ? Donc là ils confirment. Ils avaient donc prêté serment dans le DOUTE les affreux! Quand je vous disais que ça cachait quelque chose !  Ces couples Total Look au nappage pur beurre sont des hérétiques qui ne s’essayent pas avant le mariage !

Parce que d’habitude, c’est quand un vêtement tombe superbement bien qu’on décide de le garder sur soi. C’est pourquoi Dieu a créé le concubinage ( !) Comme cela, au lieu de prêter serment dans le doute, et être obligé de renouveler ses promesses de gascon dix ans plus tard, on se marie en étant bien sûr de soi… Pour divorcer un an plus tard… Mais au moins on est à la mode!

NON AU KITCH POWER!!!!
Equilkitch

.

Estelle Bee.

Rendre hommage comme Jenifer

« J’ai découvert que France Gall faisait partie de mes artistes préférés, et j’ai eu envie de lui faire cet hommage . Je savais que j’avais sa validation sur ce projet-là mais (…) elle s’est pas incrustée, elle m’a laissée faire comme je l’entendais, et c’est ça que j’admire aussi chez elle, cette pudeur, cette discrétion… heu… Je l’aime beaucoup. »

 

Image de prévisualisation YouTube

 

 

A peine sorti, l’album Ma déclaration de Jenifer –qui reprend les plus grands succès de France Gall-  exhale un petit fumet aigrelet et rance de trahison et de non-dits qui s’épaissit les jours passant…

Car depuis quelques semaines, on nous annonçait partout la sortie imminente de ce disque « HOMMAGE à France Gall » selon Jenifer herself, dont elle se dit profondément admiratrice, leur rencontre, dit-elle, « restera à jamais gravée » dans sa mémoire.

 

Le hic

Seulement voilà, France Gall dément formellement avoir été consultée pour ce projet dans une interview accordée au Parisien le 11 juin dernier. Très remontée, elle assure qu’elle n’était pas du tout au courant : elle a découvert les reprises par hasard sur internet, avec une légère sensation d’avoir été enterrée vivante à travers la notion d’ « hommage ». Seulement voilà, France Gall dément formellement avoir été consultée pour ce projet dans une interview accordée au Parisien le 11 juin dernier. Très remontée, elle assure qu’elle n’était pas du tout au courant : elle a découvert les reprises par hasard sur internet, avec une légère sensation d’avoir été enterrée vivante à travers la notion d’ « hommage ». Oui dommage… On comprend mieux ainsi l’extrême « discrétion » dont parle Jen, et le fait que cette dernière ait apprécié –avec force élégance et respect- que France Gall ne se soit pas « incrustée » dans l’aventure. Classe.

 

 

Du pillage légal

 Il y en a marre. Jenifer fait la promotion de son disque de reprises de mes chansons qu’elle a réalisé en secret. On ne peut pas s’opposer à ce genre de projet tant que la mélodie et les textes ne sont pas changéss’invective notre France Gall nationale. Cette réalité, l’équipe d’Universal, dont le patron se trouve être l’élégantissime Pascal Nègre la connaît : l’hommage, c’est une rentrée d’argent assurée par l’immense notoriété et capital sympathie du bon pigeon, pas besoin de rechercher des auteurs, compositeurs et de s’adonner à une quelconque création artistique (on s’en fout, c’est pas le but) : simple, rapide, efficace.

Quand à la pseudo « VALIDATION » dont parle Jenifer (on entendra d’ailleurs « veulidation » pendant l’interview 😉 Rachida, sors de ce corps !), elle est tout au mieux symbolique, une sorte de passation de flambeau qui se fait théoriquement dans un grand respect mutuel, et, je suppose, dans une énergie commune. Car la sincérité est souvent garante d’un résultat de qualité, le minimum pour honorer le public de l’icône des 60’s, 70’s, 80’s.

Quand à la « validation » dont parle Jenifer (on entendra d’ailleurs « veulidation » lors de l’interview ;) Rachida Dati, sors de ce corps !), elle ne peut être donc que symbolique, une sorte de passation de flambeau qui se fait dans un grand respect mutuel, et, je suppose, dans une énergie commune. Car obtenir un résultat de qualité, c’est honorer le public de l’icône des 60’s, 70’s, 80’s. C’est pas rien, nan ?

Pourquoi donc les deux chanteuses n’ont-elles pas échangé le moindre mot sur ce projet? Un proche de Jenifer nous éclaire en ces mots : Jenifer souhaitait le faire, mais cela ne s’est pas réalisé (…), personne n’avait intérêt à ce qu’elles communiquent entre elles. France Gall aurait dit: «Je t’aime beaucoup, mais je m’oppose à cette idée d’album de reprises.» Ben oui, pourquoi demander quand on sait que la réponse sera NON ?! Autant se servir, c’est légal! Quand on sait que des caissières on été salement mises à la rue sans indemnités pour avoir illégalement pris  des yaourts périmés destinés aux ordures, ça peut donner une paralysie faciale.

  

Disque de blonde (platine)

 

Car voir Jen la brune méditerranéenne, en pur produit marketing, prendre des poses lascives, se mordre innocemment la lèvre inférieure dans des tenues à la Marie-Antoinette version backrooms, et surtout l’entendre chanter « Sous le soleil de mes cheveux blonds/ poupée de cire, poupée de son » dans son clip, ça peut quand même porter à rire. Concernant la qualité de l’ouvrage, c’était prévisible : dans la mesure où l’on démarre un projet sur une méprise, le résultat ne peut pas transpirer la sincérité. « J’ai entendu «Poupée de cire, poupée de son» chanté par Jenifer. Ça fait bizarre. Il manque ma voix. » dit à juste titre France Gall. Car voir Jen la brune méditerranéenne, en pur produit marketing, prendre des poses lascives, se mordre innocemment la lèvre inférieure dans des tenues à la Marie-Antoinette version backrooms, et chanter « Sous le soleil DE MES CHEVEUX BLONDS/ poupée de cire, poupée de son » dans son clip, ça peut quand même porter à rire. Ça laisse surtout supposer un foutage de gueule total pour l’œuvre originale, taillée sur mesure pour la jeune blondinette candide de l’époque. Quel hommage !

 

Je me suis ainsi demandée ce que cela donnerait si tous les gens qui se servent sans demander justifiaient leur geste par le concept « d’hommage »:

 

Jérôme Cahuzac :

« En ma qualité d’homme politique, je souhaiterais rendre hommage au système fiscal français, qui, trop occupé à vérifier les frais réels à l’euro prêt des petits épargnants véhiculés, m’a permis quelques escapades polissonnes au pays de Ricola »

Jérôme Cahuzac : « En ma qualité d’homme politique, je souhaiterais rendre hommage au système fiscal français, qui, trop occupé à vérifier les frais réels à l’euro prêt des petits épargnants véhiculés, m’a permis quelques escapades polissonnes au pays de Ricola »

 

 

Ariel Castro :

« Je souhaiterais plus que tout rendre hommage à Amanda Berry pour avoir bien voulu me donner un enfant alors même que je frôlais déjà la cinquantaine, et qu’aucune femme ne voulait de moi puisque j’étais gros, laid, pauvre, alcoolique et malodorant. »

.

Rupert Sanders 

« Je voudrais rendre hommage à mon ami Robert Pattinson qui a eu l’immense générosité de me prêter sa femme Kristen Stewart pour des cours de conduite sur la banquette arrière de ma voiture, à un moment de ma vie où j’avais un grand vide à combler dès lors que mon film était sorti. »

Rupert Sanders : « Je voudrais rendre hommage à mon ami Robert Pattinson qui a eu l’immense générosité de me prêter sa femme Kristen Stewart pour des cours de conduite sur la banquette arrière de ma voiture, à un moment de ma vie où j’avais un grand vide à combler dès lors que mon film était sorti. »

 

 

Pascal Nègre :

« Je voudrais rendre hommage à George Moustaki, poète et artiste de talent. Tous ces succès sont chez Universal. » (Ah mais mince, il l’a déjà posté sur twitter ça !)

 

Nicolas Sarkozy :

« Je voudrais témoigner ma profonde admiration et rendre hommage à tous les français qui, en toute discrétion, ont accepté de retarder de quelques années leur départ à la retraite, alors même que leur pouvoir d’achat a été divisé de moitié et qu’un AVC les guette à la moindre contrariété. Cela restera à jamais gravé dans ma mémoire. »

 

Enfin, à titre personnel, je voudrais rendre hommage à la chanteuse Jenifer qui m’a donné sa veulidation pour publier cette modeste chronique. Grâce à sa discrétion j’ai pu écrire en toute liberté sans qu’elle vienne me coller au train. Notre rencontre restera à jamais gravée dans les annales.

A titre personnel, je voudrais rendre hommage à la chanteuse Jenifer qui m’a donné sa validation pour publier cette chronique. Grâce à sa discrétion j’ai pu faire des recherches et écrire en toute liberté sans qu’elle vienne me coller au train lors de la rédaction de ce modeste article. Notre rencontre restera à jamais gravée dans les annales.

 

Quant à Jen, elle pourra sans nul doute rendre aussi hommage à son équipe de com’ pour avoir eu l’idée lumineuse de la dissuader de prendre contact avec son « icône », la faisant ainsi passer pour une mythomane irrévérencieuse et hypocrite, mais de lui avoir permis -pour le coup- d’apprendre de ses grossières erreurs. You loose, you learn.

 

 

Ouvrons l’œil, ils sont partout !

 Quant à Jen, elle pourra sans nul doute rendre aussi hommage à son équipe de com’ pour avoir eu l’idée lumineuse de la dissuader de prendre contact avec son « icône », la faisant ainsi passer pour une mythomane irrévérencieuse et hypocrite

 

Estelle Bee.

Qui veut épouser Oedipe ?

la saison 2 rediffusée sur la très cheap NT1, et mon cœur de battre s’est arrêté. Car à côté, les hystéros de la première saison semblaient tous droit sortis d’un casting de Derrick. Ceux qui avaient déjà eu l’occasion de voir quelques extraits de « Qui veut épouser mon fils ? » lorsqu’il faisait les choux gras de M6 pensaient certainement que l’on ne pourrait pas faire plus perturbant. On se rappelle ce doux parfum d’inceste qui se mêlait à la jalousie animale, aux phéromones et au massacre à la tronçonneuse de la langue française.

Eh bien figurez-vous que j’ai testé un épisode de la saison 2 rediffusée sur la très cheap NT1, et mon cœur de battre s’est arrêté. Car à côté, les hystéros de la première saison semblaient tous droit sortis d’un casting de Une famille formidable. Depuis, je me considère comme une Bloggeuse de l’extrême, et je crois aux extra-terrestres. Attention, Expérience.

.

La présélection

Rappelons brièvement le principe : 5 garçons de 30 à 40 ans vivant encore chez leur domestique de mère cherchent une fille bonne à marier/ à tout faire/ tout court. Les mères sont là pour les y aider avec plus ou moins (ou plus) d’ascendant.

Lors de la  première étape, fils et mère sont confortablement installés sur un sofa Dali en forme de bouche (déco entièrement molletonnée rose et rouge, pas très Feng Chui tout çà) et font entrer les pouliches pour la présélection.

Ainsi, se dessinent les 5 relations mère-fils :

.

La filiation Marquis de Sade

J’arrive justement sur la chaine lorsque Pascale, la marâtre aristo prof de lettres – maquillée au Paint Ball et coiffée d’un nid de cigogne roux – pose LA question test à la jeune Lana: quel est le dernier livre que vous ayez lu? Réponse : « Le petit Prince ». Well. Le thon est donné. La marâtre exige une belle fille digne du rang de son souffre-douleur de fils, pianiste virtuose depuis ses 3 ans, début de calvitie mais cheveux longs. Ambiance sado-masochiste.

J’arrive justement sur la chaine lorsque Pascale, la marâtre aristocrate prof de lettres - maquillée au Paint Ball et coiffée d’un nid de cigogne roux - demande à la jeune Lana, comme aux suivantes d’ailleurs, le titre du dernier livre qu’elle ait lu

.

Les Groseille

Des effluves de campagne se dégagent de l’accent de Chantal, femme robuste, et Frédéric, 37 ans, pompier dans le bâtiment ( ?) pas très gâté par la nature, que sa maman poule a inscrit pour qu’il connaisse l’Amour : Tu vas faire comme moi, tu vas sentir le truc qui passe.  Admettons. Ce couple mère fils n’a pas de critère physique concernant la demoiselle, puisque, selon Frédo-Galinette  :  N’importe qui peut se mettre dans n’importe qui.  Encore un qui a trop joué aux Lego, mais en effet, on confirme. Deux questions importantes à leurs yeux : 1) Vous travaillez ? 2) Vous dansez la Guinguette ?

Frédéric est pompier dans le bâtiment (Késako?)

.

Les VRP

Surprise, Julien, qui vient accompagné … de son père et accessoirement patron, Serge. On sent d’emblée que Julien, 30 ans, est à canaliser et recadrer en permanence :  » Vas-y, mets-toi dans la peau du mec qui veut se marier. Demande si elles veulent des enfants etc… » Juju s’éxecute alors, en demandant à Lilou, sur un ton des plus sérieux : Tu cherches un amour plutôt sincère ou … pas ?  (Heuu, non non, je préfèrerais un gros salopard qui va me la faire à l’envers …)  Peine perdue pour Serge, son fils n’a rien dans le citron, si ce n’est mimer des roploplos pour illustrer ses propos quand il parle d’une donzelle. Bref, il est en rut.

.

La mère crocodile (grande gueule et bras courts)

« Mon fils, il est pas vulgaire, il est mince, il est wonderful et il prend pas de drogue » est le slogan de Linda, mère gueularde, intrusive et bonniche d’Alexandre. Le fiston ne se gêne pas pour draguer ouvertement d’un très classe « J’vais me noyer dans tes yeux » (marrons) avec sa mère à côté qui prend des photos et commente l’ambiance caliente par des onomatopées (Aïe aïe aïe!!!). Quand elle interroge une candidate cela donne : Pourquoi tu veux te marier toi, belle comme tié ??? T’as pas besoin !!!  (Les femmes mariées apprécieront…) Il te plait lui ? C’est ton style ? ». Et conclut : Elle est sexy, donc pour s’amuser ok, mais pas pour se marier. 

.

La mère incestueuse Look at the ring

Il y a Daviiiiid et Rachel, mère dont les boucles blondes angéliques tranchent résolument sur son visage injecté, recousu au point de croix, et qui essaie de se faire croire qu’elle cherche une princesse pour son petit prince. Elle a clairement les brunes rivales dans le collimateur puisque qu’elle cherche un sosie d’elle-mêmeOui, il y a pire, il y a Daviiiiid et Rachel, mère dont les boucles blondes angéliques tranchent résolument sur son visage injecté, recousu au point de croix, et qui essaie de se faire croire qu’elle cherche une princesse pour son petit prince. Elle a clairement les brunes rivales dans le collimateur puisque qu’elle cherche un sosie d’elle-même –et ne s’en cache pas- pour la mettre dans le lit de son Daviiid. Elle tombe donc littéralement en pamoison devant une gentille blondinette à qui elle demande : TU AIMES BARBIE??? Réponse : Vous savez je ne suis pas superficielle. Pas de bol, Rachel se décrit comme le clone de Barbie, son icône, qu’elle collectionne d’ailleurs. Bienvenue chez les psychopathes. LA question test :  Tu le trouves beau mon fiiils ? 

.

Les épreuves

Parmi les diverses étapes, les filles présélectionnées doivent se coltiner la belle-mère toute une après-midi, à leur grande surprise, puisqu’elles s’attendaient à retrouver le fils, et s’étaient donc presque toutes sapées comme des call girls.

C’est ainsi qu’une candidate en mini jupe pailletée se retrouve à changer une couche pleine de caca dans une crèche, pendant que Maman Chantal lui tient le crachoir.

C’est ainsi qu’une candidate en mini jupe pailletée se retrouve à changer une couche pleine de caca dans une crèche, pendant que Maman Chantal lui tient le crachoir.

De la même façon, Cynthia, pro du Lap dance, se retrouve dans un atelier poterie avec des ongles d’actrice de X.

D’autres se voient obligées de faire une dictée (sur un bateau mouche !) que Pascale l’aristo sadique corrige dans la foulée.

Et, comble d’horreur, les prétendantes de Daviiid doivent accompagner Rachel dans une boutique de lingerie. Ambiance glauquissime ponctuée des 14 « j’adooore… » de Barbie Rachel, qui de nouveau, jette son dévolu sur la petite blonde à qui elle fait essayer des nuisettes :  David il a les même goûts que moi, il aimerait çà!  Puis finit par confier à la caméra : C’est une petite poupée, je peux la prendre, l’habiller, lui mettre des petites tenues, elle se laisserait faire, j’adore !  . On a quand même un peu peur pour la demoiselle.

comble d’horreur, les prétendantes de Daviiid doivent accompagner Rachel dans une boutique de lingerie. Ambiance glauquissime ponctuée des 14 « j’adooore » de Barbie Rachel, qui de nouveau, jette son dévolu sur la petite blonde à qui elle fait essayer des nuisettes : « David il a les même goûts que moi, il aimerait çà ».

.

Les phrases culte

.

C’est une fois que vous êtes mort que le cœur s’arrête de battre. Imparable.

Pourquoi faire une dictée ?! Aujourd’hui on a des I phones ! Nan mais allô quoi !?!

Pompier dans le bâtiment ? Donc vous avez alors ce …  gros tuyau ? No comment.

Moi, si t’es une personne qui se donne, je vous prends ta famille et toi. Demande-leur quand même la permission hein…

Je suis un peu bancale du côté cérébral. Une tumeur peut-être…

A l’heure d’aujourd’hui ça me fait rêver. Et au jour de minuit tu en fais des cauchemars ?

Chui capable à m’adapter à beaucoup de choses. On dit capable de faire, et bonne à rien, Patate.

Vous êtes de quelle origine ? Italienne ? Ah les spaghettis… ?!  Non, le manioc.

Toi tu m’plais. J’sais pas pourquoi, mais tu m’plais!  Sympa…

« Maman, je te préviens, tu m’appelles pas Mon Bébé, faut que tu me laisses mon côté viril, ok?

D’accord mon fiiils… (silence)… Dis ? Tu m’aimes ??? »

.

Moralité

Je suis maman depuis trois ans. Lorsque mon petit garçon est né, j’ai passé la nuit à le regarder en pleurant, submergée d’émotion (et d’hormones) devant ma petite merveille. Puis il y a eu ces instants suspendus, où il m’a dit « Maman t’es belle » en entourant mon visage de ses petites mains, ou  le classique et efficace  « Maman je t’aime », secondes ou minutes durant lesquelles j’ai cru que mon cœur allait exploser. Et cet amour devenait si fort qu’il en était presque douloureux. C’est pourquoi vous imaginerez aisément mon traumatisme après avoir vu cette émission vomitive qui, pour longtemps, m’a pourri ces moments de vrai Bonheur. Evitez deux ans de psychanalyse. Zappez ! Et faites passer aux jeunes mamans!Ceux qui avaient déjà eu l’occasion de voir quelques extraits de « Qui veut épouser mon fils ? » lorsqu’il faisait les choux gras de M6 pensaient certainement que l’on ne pourrait pas faire plus perturbant. On se rappelle ce doux parfum d’inceste qui se mêlait à la jalousie animale, aux phéromones et au massacre à la tronçonneuse de la langue française.

.

Estelle Bee.

Gégé, DSK, et le Syndrome de Stockholm

Jpuisqu’il se trouvait à ce moment-là à New York sur le tournage du film sur l’affaire DSK, personnage que lui même incarne. Sur le moment j’ai cru à un poisson d’avril. Puis j’ai réfléchi au point de trouver logique qu’un type qui a chastement baisé la France se retrouve dans le rôle de celui qui l’a presque entièrement baisée au sens propre, et salace. ’ai entendu dire à la radio que Gérard Depardieu n’avait pas pu assister à son procès pour conduite en état d’ivresse, puisqu’il se trouvait à ce moment-là à New York sur le tournage du film sur l’affaire DSK, qu’il incarnera prochainement. Sur le moment j’ai cru à un poisson d’avril. Puis j’ai réfléchi au point de trouver logique qu’un type qui a chastement baisé la France au sens figuré se retrouve dans le rôle de celui qui l’a fait au sens propre, et moins propre. Ce qui prouve bien ce que je pressent depuis quelque temps : l’Ere de l’Hypocrisie touche à sa fin. Aujourd’hui enfin, la Mode est à l’Impunité dans l’Abomination, au SORDIDE DECOMPLEXE.

.

Le principe

L’avantage, c’est que comme on ne se sent plus obligé de rendre des comptes (à la justice, au peuple souverain ou autre), on ne se cache plus de rien. Pourquoi Gérard le Rouge se rendrait-il comme Monsieur Tout le monde à son procès quand il a commis une infraction, alors qu’il est peinard au Sofitel à rejouer pour la 32ème fois (l’avantage de jouer bourré) LA scène où notre vieux libidineux a cru dominer le Monde au travers de la personne d’une pauvre femme en uniforme de ménage.

.

Hiver très rude

Avec nos deux têtes d’affiche omniprésentes, Depardieu et DSK, on ne peut pas dire en effet que cet hiver a été placé sous le signe de la légèreté, ni de la viande hallal. Car si tout est bon dans le cochon, on aurait espéré se régaler d’autre chose que du groin et de la queue, en tire-bouchon ou pas d’ailleurs.Avec nos deux têtes d’affiche omniprésentes, Depardieu et DSK, on ne peut pas dire en effet que cet hiver a été placé sous le signe de la légèreté, ni de la viande hallal. Car si tout est bon dans le cochon, on aurait espéré se régaler d’autre chose que du groin et de la queue, en tire-bouchon ou pas d’ailleurs. Alors maintenant qu’approche la saison des maillots de bain, il semblerait que la grande majorité des français soient repus ou dégoûtés au point de ne plus pouvoir toucher à son assiette de Doumé ou de Gégé. Gaspillage ou pas, une chose me gêne : dans ces deux cas, on crie à l’Acharnement Médiatique, on entend chouiner: « qu’on me laisse en paix » depuis que l’un a dansé le Casatchok bourré devant les caméras et que l’autre se retrouve affublé de métaphores charcutières dans le roman de la facétieuse et caliente Marcela Iacub.

Pourquoi aujourd’hui est-il si indigeste d’entendre rabâcher des Vérités alors qu’on supporte plutôt bien le recyclage quotidien d’âneries ? Et comment s’y prendre pour contourner cette lassitude de la réalité qui profite bien trop à ceux qui nous trompent ?

Illusions et triste vérité

J’ai au fond de moi de la peine pour des gens comme Loana, Nabilla ou feu FX jetés en pâture aux journaleux des marécages, et qui se retrouvent invités à des pelletées de dîners de cons, entre autre chez Morandini ou Hanouna pour ne pas les citer. Car ces éternels enfants – adultes pathétiques et candides – ont à leur façon le cœur blanc. Ils sont les victimes collatérales d’un système qui tend à exhiber des gens toujours plus faibles, plus creux, plus hystéros ou tout simplement plus malheureux en guise de faire valoir. Alors, à la vue de son Jacquouille ou de son Sganarelle, le téléspectateur se trouve finalement normal voire beau voire même cultivé, et s’adoube lui même, occultant ainsi le fait qu’il n’est qu’une crotte aux yeux de ceux qu’il engraisse.

.

J’ai au fond de moi de la peine pour des gens comme Loana, Nabilla ou feu FX jetés en pâture aux journaleux des marécages qui feignent s’intéresser vraiment à eux, et qui se retrouvent invités à des pelletées de dîners de cons, en autre chez Morandini ou Hanouna pour ne pas les citer.

.

Et si les derniers épisodes en boucle de Gégé chez les soviets, et de Doumé de Fleury Michon-Merogis agacent, c’est qu’ils dévoilent une REALITE dans tout ce qu’elle a de glauque. Et çà, c’est déprimant. Déprimant de ne plus croire en l’Homme. Déprimant de repasser à l’Ere du « Tous pourris ». Je serais même prête à parier qu’Edwy Plenel, patron de Médiapart – et accessoirement cauchemar des élites au pouvoir – jusqu’alors apprécié par l’opinion publique, ne finisse par lasser, voire franchement gonfler les gens.

.

La solution 

Pour remédier à ce déni de la Réalité il serait bon, je pense, de mélanger les genres plutôt qu’attaquer tout le temps le problème sous un seul et même angle de vue. Interpréter plutôt que narrer. Couper des têtes avec le sourire. Ainsi les gens ne s’ennuieraient plus devant le même déferlement d’images et de mots :

.

Culbuto titube mais ne tombe jamais

Justement, concernant notre Prostitué fiscal, je suis récemment tombée sur une vidéo de Chanteurs sans frontières : il faisait partie des charitables célébrités qui interprétaient la chanson Ethiopie, dont les dons étaient tous reversés à la banque alimentaire, vous vous rappelez ? J’avoue que voir Gégé bouger les lèvres (Torreton dit vrai, Depardieu ne connaît pas ses textes ) sur ces mots: Loin du cœur et loin des yeux, de nos villes, de nos banlieues… (cf vidéo à 1 min 45) au moment même où il quittait Paris pour Néchin, m’a amenée à penser qu’en étant loin des yeux et du cœur des réalisateurs, il finirait même par regretter notre système fiscal. Mais voilà, en ces temps où seul le fric et le buzz comptent, en ces temps d’avidité décomplexée, on fait encore tourner le Gros Culbuto.

Image de prévisualisation YouTube

Marathon  Man

Concernant DSK, je trouve bien regrettable que l’on ait retenu uniquement les détails salaces de sa liaison avec Madame Iacub. Parce qu’à la limite, Si Monsieur Strauss Kahn préfère se faire tartiner le corps de faisselle à 0% plutôt que de faisselle à 40% (régime oblige) on s’en fout un peu quand même. Mais ce qui est surtout intéressant c’est le CONTEXTE. Car la petite sauterie s’étend de janvier à août 2012. Donc à une période où TOUTES les caméras du mondes étaient braquées sur lui !!! Pour faire court: après l’affaire Piroskja Nagi , après l’épisode riche en images du Sofitel (garde à vue, libération sous caution colossale accordée in extremis), après sa longue assignation à résidence, après l’affaire prescrite de Tristane Banon, et en pleine affaire du Carlton !

en pleine affaire du Sofitel, du Carlton, de Tristane Banon, de Piroska Nagi, DSK continuait de batifoler avec Marcela Iacub. Quel homme!Le moins que l’on puisse dire est que notre vieux Lucky Luck n’en a pas perdu ses moyens ! Dire que certains sont décontenancés par un sommier qui grince, ou parce que le chien les regarde, force est de constater que notre ancien président du FMI a démontré qu’il avait, à la manière d’un marathonien portant la flamme olympique, qui trébuche, mais se relève à chaque fois, un vrai mental d’acier. Et si l’on avait abordé la situation sous cet angle, on aurait peut-être saisi à quel point ce Monsieur est un GRAND MALADE et qu’il est absolument essentiel que tous les pervers, les menteurs, les tricheurs, les voleurs et les amnésiques ayant joui de trop de pouvoir pendant trop longtemps soient démasqués, mitraillés par les flashes, décortiqués et dépossédés sans que cela ne nous agace et que l’on crie Stop. Car la pêche aux gros s’avère bien prometteuse pour les mois à venir. Alors même si vous trouvez bien monotone de manger la même chose tous les jours, dîtes-vous bien que c’est ainsi que l’on rétablira la chaine alimentaire. On demandera juste aux journaux de varier l’asaisonnement. Merci.

Moralité

Lorsqu’un scandale anti-populaire éclatait il y a à peine deux siècles, la tête sanguinolente de son auteur se retrouvait en haut d’un piquet, et les passants lui crachaient dessus lorsqu’ils passaient devant. Il est donc inconcevable de parler d’Acharnement lorsque des élites censées représenter l’idéal de ce que nous sommes sont indignes de leurs titres et cristallisent des monstruosités.

Et si l’on cessait de plaindre nos ravisseurs hein?Image de prévisualisation YouTube

Estelle Bee.

La Télé Réalité faiseuse d’anges

Car pouvait-on sincèrement parler de reality show avant ces deux tragédies mortelles entremêlées, la mort d’un jeune candidat et le suicide du médecin de l’émission ? La télévision y a mis le temps, mais elle y est enfin parvenu : montrer la vie telle qu’elle est. Retour sur ce cheminement laborieux que fut la quête de la Réalité.

 

Big Brother n’avait pas osé l’imaginer,

Loft Story s’en est approché, en mettant à disposition des candidats sans grand discernement des ustensiles ménagers électriques type grille-pain (première cause de mortalité domestique) ou séchoirs à cheveux,

L’île de la tentation en avait rêvé, en ne faisant pas systématiquement pratiquer de tests de dépistages du VIH en temps et en heure aux candidats « tentateurs/trices »,

Secret Story l’a frôlé en hésitant à poser de pièges à loups dans la Maison des Secrets (ou entre les jambes des candidates),

Les Anges de la Téléréalité n’en sont qu’une pâle copie,

Et enfin, ENFIN, KOH LANTA L’A FAIT.  De la VRAIE TELE REALITE.

Car pouvait-on sincèrement parler de Reality Show avant ces deux tragédies mortelles entremêlées, la mort d’un jeune candidat et le suicide du médecin de l’émission ? La télévision y a mis le temps, mais elle y est enfin parvenu : montrer la vie telle qu’elle est. Retour sur ce cheminement laborieux que fut la quête de la Réalité.

.

Deux blonds, une piscine : les gentils débuts 

C’est en souriant que je me rappelle encore la dernière soirée en direct du tout premier Loft Story : la prod, se sentant responsable de ses enfants, avait poussé la fiction jusqu’à trouver du boulot à chaque candidat après sa sortie, et ce dans un pays qui comptait 3 millions de chômeurs.C’est en souriant que je me rappelle encore la dernière soirée en direct du tout premier Loft Story. La prod, se sentant responsable de ses enfants (mouais), avait poussé la fiction jusqu’à trouver du boulot à chaque candidat après sa sortie, et ce dans un pays qui comptait 3 millions de chômeurs. Ainsi, la bourgeoise fashion victime devenait chroniqueuse mode, le gros baba cool  décrochait un poste de baroudeur pour Le Guide du Routard, la Bimbo s’improvisait styliste, et le D.J se voyait offrir des contrats pour des soirées prestigieuses, si tenté bien sûr qu’il soit prestigieux de se retrouver à guincher aux côtés de Frigide Barjot, Mareva Galanter et autres pique-assiettes ou ambassadeurs de marques, attendant leur enveloppe ou leur filet garni de fin de soirée, avec les dents qui rayent le dancefloor.

.

Casting de Fiction-Reality Show 

Jusque là, la fiction dépassait encore la réalité. Car il s’agissait d’une réalité préfabriquée, montée de toutes pièces. En gros, on se foutait la gueule du téléspectateur. Le casting ressemblait à une pub pour la Vache qui Rit : des candidats TROP TYPES que tout opposait pour être bien sûr que ça explose entre eux : un militant Lutte Ouvrière, une grosse bourgeoise cul de poule, une jeune naïve, un serial fucker rusé, un bouffon, des sexualités ambigües… Pour le coup, on se serait cru dans le jeu « Qui est-ce » – ou la chanson Le Zizi de Pierre Perret pour les mélomanes – tant les sujets étaient profilés.

Le casting ressemblait à une pub pour la Vache qui Rit : des candidats TROP TYPES que tout opposait pour être bien sûr que ça explose entre eux : un militant Lutte Ouvrière, une grosse bourgeoise cul de poule, une jeune naïve, un serial fucker rusé, un bouffon, des sexualités ambigües… Pour le coup, on se serait cru dans le jeu « Qui est-ce » - ou la chanson Le Zizi de Pierre Perret pour les mélomanes - tant les sujets étaient profilés.

Les dommages  « fortuits »

Jusque là, les producteurs frileux faisaient en sorte de maintenir leurs candidats en vie ou en assez bonne santé physique – si l’on exclue la prise de Coke (light) – jusqu’à leur sortie. Car  c’est un fait, même les candidats les plus borderline avaient encore des pulsations cardiaques lors de leur dernier Prime Time, et ce, malgré un encéphalogramme plus proche de la Belgique que de l’Himalaya en terme de relief.

C’est timidement qu’on avait évoqué la descente aux enfers de certains anciens candidats : tentatives de suicide et autodestruction physique de Loana, plongeon mortel sous une voiture de François-Xavier, pétages de plombs en règle de Leslie (actuelle Afida Turner), destruction de l’avenir des couples en devenir… On prenait évidemment bien soin de préciser que rien ne démontrait formellement que leur participation aux divers programmes de reality shows les avait conduits à ces extrêmes.

tentatives de suicide et autodestruction physique de Loana, plongeon mortel sous une voiture de François-Xavier, pétages de plombs en règle de Leslie (actuelle Afida Turner), destruction de l’avenir des couples en devenir… On prenait bien soin de préciser que rien ne démontrait que leur participation aux divers programmes de reality shows les avait conduits à ces extrêmes.

Car les prod jouent sur le concept d’abstrait, et les dommages psychologiques ne peuvent être prouvés par l’image. Non, Endemol n’a pas délivré à la Bimbo son ordonnance de Stilnox. Non Benjamin Castaldi n’a pas poussé le Malheureux au milieu d’une départementale en pleine nuit. Et non, il n’y avait aucun calcul derrière le fait que les candidats avaient été choisis pour le simple fait d’être des enfants non désirés, battus, anciens SDF, ayant vu de leurs yeux d’enfants le paternel se faire flinguer par la mère, ayant accouché sous X etc… Les patrons desdites boîtes de prod auraient pu avoir un rôle dans un remake d’Intouchables.

Le tournant de l’histoire 

On avait ensuite frôlé la perfection lorsque Stéphane Rotenberg, le présentateur de Pékin Express –le seul programme que je tolère par ailleurs, et c’est déjà trop – s’était pris une camionnette folle furieuse de plein fouet au Philippines, manquant de justesse de se faire arracher la tête façon film de Zombies par l’extremité du Side-Car qu’il conduisait en sifflotant.

.

Le dénouement par la Preuve 

la mort faisant partie de la vie, il est évident qu’un programme qui dépeint la réalité NE DOIT PAS EN FAIRE L’ECONOMIE. Un ou deux macchabées, après tout, ça ne mange pas de pain. Au sens propre comme au figuré d’ailleurs. Financièrement, c’est gérable. L’ère de l’hypocrisie et du « pas vu, pas pris » touche à sa fin, et enfin, la téléréalité s’octroie une dimension artistique par la Tragédie, la vraie.Avec les deux décès successifs qui ont touché feu l’émission Koh Lanta, la téléréalité atteint la divine perfection. Car la mort faisant partie de la vie, il est évident qu’un programme qui dépeint la réalité NE DOIT PAS EN FAIRE L’ECONOMIE. Un ou deux macchabées, après tout, ça ne mange pas de pain. Au sens propre comme au figuré d’ailleurs. Financièrement, c’est gérable. L’ère de l’hypocrisie et du « pas vu, pas pris » touche à sa fin, et enfin, la Télé Réalité s’octroie une dimension artistique par la Tragédie, la vraie, avec diffusion publique tous azimuts de la lettre du suicidé.

.

Maintenant, la vraie question est de se demander combien de décès a indirectement générés le monde de la téléréalité :

.

Des dizaines?

Des centaines?

Des milliers?

.

Combien de jeunes ont décroché l’école en croyant qu’ils seraient l’exception ?

.

Combien d’adolescents passent TOUT leur temps si précieux à s’abrutir devant ces programmes destructeurs d’identité?

.

Combien d’entre eux se sont prostitués pour la célébrité ?

Combien d’entre eux se sont prostitués pour la célébrité ?

Combien ont fini par céder aux paradis artificiels en tombant de haut?

.

Combien sont morts de cela ?

.

Combien ont fini en taule ?

.

Combien ne font plus la différence entre fiction et réalité et se retrouvent, comme dans leurs jeux vidéo si réalistes, à braquer un train, ou un fourgon blindé à 13 ans ?

.

Combien de gentilles vieilles dames se sont faites traîner à terre en s’accrochant à leur sac à main que leur arrachait un de ces jeunes lobotomisés, TUES DANS L’OEUF ?

.

Combien de ces petits mecs ont filmé une tournante avec leur téléphone portable en espérant faire leur propre Reality Show ?

.

Combien de victimes ?

.

Combien d’anges?

.

Pour combien d’étoiles ?

.

COMBIEN ???

.Combien de victimes ? Pour combien d’étoiles ? COMBIEN ??? Par le choix de nos programmes, INDIGNONS-NOUS !

Par le choix de nos programmes,

INDIGNONS-NOUS !

.

Estelle Bee