Miss France 2014: Foucault la Fripouille au Pays des Rêves

La plus grande surprise de la soirée fut pour moi l’attitude un poil familière de notre très politiquement correct Jean-Pierre Foucault, parfois même à la limite de la grivoiserie.Cette année encore j’ai salement sacrifié un samedi soir pour vous relater à ma façon les tribulations de Jean-Pierre Foucault, de Sylvie Tellier et des 33 brebis laquées Saint Algue lors de la « prestigieuse cérémonie » de l’élection de Miss France 2014. D’autant que cette année j’avais l’âme en peine du fait de la démission d’Alain le Tripoteur de la présidence du jury, surnom implicitement confirmé par l’anecdote de Marine Lorphelin qui nous confia lors d’un petit reportage, que Tonton Alain lui aurait susurré dans l’oreille, à la seconde-même de son sacre : « Ne pleure pas, t’es trop belle, tu mérites, ouuuiiii tu mérites… ». fin de citation. Mais voilà, comme vous le savez, la balance d’Alain finit par pencher extrêmement à droite, du côté de Marine la Blonde, laissant la Brune orpheline, et certainement un peu traumatisée.

Toutefois cette année, trois grands axes se dégageaient de cette soirée dont le thème était « la magie du conte de fée » Mais la magie retomba légèrement lorsque le rideau s’ouvrit, et que Jean-Pierre Foucault s’exclama :

« BOOON-SOOOOIR DIJOOOON !!!!!!! » Et pourtant j’adore la moutarde à l’ancienne.

 

1)   La sensualité

Cette année la pouliche de compétition semblait faire corps avec les éléments, comme pour remercier Dame Nature de sa générosité à son égard. En tout cas, c’est ce qui ressortit des portraits en image des candidates :

Miss Roussillon par exemple, qui déambulait dans des jardins en caressant les buissons et les fleurs, crut judicieux de confier à la caméra qu’elle était « pour ainsi dire, née à cheval », image effrayante qui du faire resserrer les jambes de bon nombre de femmes ayant connu une césarienne en urgence.

Miss Guyane, plus coquine, semblait préférer le contact rugueux de l’écorce des arbres qu’elle frôlait avec érotisme, tandis que Miss Tahiti reniflait avec un naturel sans pareille une fleur de Tiarée, à moitié allongée sur un cocotier penché.

Miss Midi Pyrénées, en mini robe rouge, fit monter la température d’un cran en frôlant avec sensualité des feuilles de vignes, tandis que Miss Provence, rude compétitrice, se mît carrément à tâter de sa blanche main de lourdes grappes bien mûres gorgées de soleil. Mention spéciale pour Miss Poitou-Charente, pas rancunière, louant le ciel de sa terre natale en se promenant sur une berge, une délicate ombrelle à la main, par un temps archi dégueulasse.

Même les prénoms des jeunes filles étaient en symbiose avec leurs éléments naturels comme c’était le cas pour Flora, ou Vanille alias Miss Guyane. Je supposai même un instant que Miss Rhône Alpes se prénommait Rosette et Miss Pas de Calais Maroilles.

 

2)   Le naturel

Pour parfaire ces tableaux, la production crut bon de rajouter quelques petites touches de naturel et de spontanéité, en réaction sans doute au fiasco des récitations mal apprises de l’an dernier. Et en terme d’image, on sentait clairement la volonté de montrer les jeunes filles naturellement belles et sans artifices, des nanas like us donc. Quelle française ne s’est donc pas reconnue en la personne de Miss Aquitaine déambulant, gracile, dans les caillasses perchée sur des talons aiguilles ? Quelle fille lambda ne s’est pas retrouvée, à l’instar de Miss Tahiti ou de Miss Corse, à s’enfoncer lamentablement dans le sable avec bonne humeur sur des plates-formes en osier de 14 centimètres, en parlant avec émerveillement de ses projets de vie ? Hein qui ? En tout cas pas moi. Et quelle virtuose n’a jamais joué de la clarinette au fin fond d’un bois en plein cœur du Limousin bordel???!

Quelle fille lambda ne s’est pas retrouvée, à l’instar de Miss Tahiti ou de Miss Corse, à s’enfoncer lamentablement dans le sable avec bonne humeur sur des plates-formes en osier de 14 centimètres, en parlant avec émerveillement de ses projets de vie ? Hein qui ?

D’ailleurs, cette année, la prod s’est donné pour mission de trouver une passion à chaque candidate, ce qui n’a pas du être de tout repos si l’on en croit les images d’une spontanéité inouïe. A commencer par une « fervente danseuse de salsa » qui semblait bien embêtée avec son corps, et qui maladroitement s’essayait à cette diablerie de musique -sûrement jamais entendue avant- avec la grâce d’un coton-tige. Idem pour la Zumba sur une autre pauvre victime. Egalement beaucoup de sportives cette année : une basketteuse toute voûtée, malhabile et mollassone, avec gros plan sur un panier réussi, mais curieusement la joueuse avait disparu du champ de la caméra, mince alors ! Idem pour une « joueuse de badminton » mal à l’aise qui regardait le volant avec l’air de se dire : « Mais elle est OÙ la balle ? », ou d’une nageuse confirmée dans le bassin d’une piscine municipale, bonnet de rigueur sur la tête mais Smocky Eye de soirée IM-PEC-CA-BLE s’il vous plait !

Concernant les esthètes, on découvrira une Miss Pays de Loire « passionnée de Déco » en train de caresser des nappes et dérouler des toiles cirées avec une concentration impressionnante. Mais ma préférée reste encore Miss Provence –la tâteuse de grappes- improvisée peintre, un art qui la « déstresse ». Un magnifique travelling sur elle, debout en mini jupe, bouche gourmande et talons compensés, devant un chevalet sur la place pavée d’un village provençal, et un pinceau à la main, nous en dira long sur le quotidien de cette jolie blonde. Mais le cameraman, apparemment tête en l’air, ne filmera que le dos du chevalet et RIEN de l’œuvre de notre Frida Kahlo en herbe, même pas une toile déjà achevée ne nous sera révélée, par pudeur peut-être…

 

3)   Les Private Jokes loupées de Jean-Pierre Foucault :

La plus grande surprise de la soirée fut pour moi l’attitude un poil familière de notre très politiquement correct Jean-Pierre Foucault, parfois même à la limite de la grivoiserie.

En témoigne le clin d’œil qu’il fit à « l’humoriste » Titoff, qui avait revêtu pour l’occasion l’impartialité et le sérieux d’un membre du jury et soulignait donc la poésie du tableau auquel il venait d’assister (les 1001 nuits) :

 

« Eh, z’êtes sûr qu’il y a que la poésie que vous regardiez hein???!!! », phrase à la fin de laquelle il ne manquait plus qu’un « Mon salaud » pour que la forme colle parfaitement avec le fond. Le pire dans l’histoire étant l’habile façon dont Titoff se tira de cette question piège en précisant qu’il « prenait son rôle très au sérieux », laissant ainsi le pauvre Foucault tout seul dans sa tentative de boutade complice, et finalement dans son caca.

 

Même tentative loupée de Private Joke avec d’autres membres du jury, Jean-Pierre Pernaud et son épouse Nathalie Marquay, qui fut d’ailleurs Miss France il y a 27 ans et c’est justement l’âge qu’on lui donne… 27 ans.

« Eh, chère Nathalie, c’est la 2ème fois que vous vous retrouvez dans ce rôle, mais jcrois bien que vous n’aviez pas vu grand chose du spectacle assise à côté de Jean-Pierre Pernaud la dernière fois nan ?!! »

Un ange passa et Nathalie esquiva la boutade avec pudeur –elle qui avait pourtant dépeint avec détail ses premiers ébats sur le sol avec son époux dans son autobiographie- ce qui finit de faire passer l’outrecuidant J.P.F pour un type qui revient de la fête de la bière de Munich.

Même tentative loupée de Private Joke avec d’autres membres du jury, Jean-Pierre Pernaud et son épouse Nathalie Marquay, qui fut d’ailleurs Miss France il y a 27 ans et c’est justement l’âge qu’on lui donne… 27 ans.

Il ne manquait plus qu’il lance à la pudibonde Sylvie Tellier, très enceinte pour l’occasion un :

« Ben alors ma coquine ? On s’est faite encore engrossée ??!!! » pour que son rôle de gueux soit tenu à la perfection, mais il s’abstint malheureusement.

 

Il poussa toutefois à la faute le Président du jury, Garou, lorsqu’il lui demanda pourquoi il avait accepté de tenir cette haute fonction. Ce à quoi le chanteur répondit :

« On m’avait fait confiance pour juger à l’aveugle dans The Voice, mais ce soir on a bien été obligé de me débander pour l’occasion ».

Et même si le québécois fit un geste en direction de ses yeux, on ne put que remarquer que le verbe débander avait déjà percuté l’esprit tordu de sa jury de voisine, Elodie Frégé, qui explosa de rire et obligea le caméraman à se détourner de la table d’honneur avec empressement.

 

Mais cela aurait pu être pire : Foucault aurait pu lui demander des nouvelles de ses gosses… (comprenne qui pourra)

 

Bon, vous connaissez la suite hein : des candidates qui appellent à voter pour le téléthon, à donner pour les Philippines (« pour faire de leur vie un rêve » sic), qui parlent justement d’accomplir ses rêves  ou de  terre d’inspiration  en costume traditionnel régional, comme Christian Clavier récita naguère Prévert en string léopard dans Les Bronzés. Des accoutrements qui donnent à la chanson de Maxime le Forestier « Né quelque part » tout son sens : a-t-on les mêmes chances d’être élue quand on est Miss Alsace avec un énorme Bretzel sur la tête, Miss Languedoc avec une ignoble coiffe fermée qui rendrait la burka presque érotique, ou quand on danse le Tamouré le nombril à l’air ?

La seule probabilité parfaite, l’absolue certitude de tous ces faux-semblants, lisses et ouatés étant qu’à la fin, la nature reprendra ses droits, et que la  gagnante se retrouvera comme toujours avec la couronne de travers 😀

 

Parce qu’il vaut mieux en rire qu’en mourir, et parce que mourir, c’est dangereux pour la santé,

.miss france vache

Estelle Bee.

2 Thoughts on “Miss France 2014: Foucault la Fripouille au Pays des Rêves

  1. l'habit à Dudule on septembre 22, 2016 at 3:34 said:

    Bonjour

    Assez déjanté, pas si exagéré que ça.
    Merci d’avoir fait le topo de la soirée.
    Je comprends et regrette que tu n’aies pas renouvelé l’exercice.

    • Estelle Bee on octobre 28, 2016 at 10:37 said:

      Mais je l’ai renouvelé, cher toi! C’est devenu une tradition chaque année!!! Voir décembre 2015 et bientôt 2016 😉 Hasta plus!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation