Tag Archives: Depardieu

Gégé, DSK, et le Syndrome de Stockholm

Jpuisqu’il se trouvait à ce moment-là à New York sur le tournage du film sur l’affaire DSK, personnage que lui même incarne. Sur le moment j’ai cru à un poisson d’avril. Puis j’ai réfléchi au point de trouver logique qu’un type qui a chastement baisé la France se retrouve dans le rôle de celui qui l’a presque entièrement baisée au sens propre, et salace. ’ai entendu dire à la radio que Gérard Depardieu n’avait pas pu assister à son procès pour conduite en état d’ivresse, puisqu’il se trouvait à ce moment-là à New York sur le tournage du film sur l’affaire DSK, qu’il incarnera prochainement. Sur le moment j’ai cru à un poisson d’avril. Puis j’ai réfléchi au point de trouver logique qu’un type qui a chastement baisé la France au sens figuré se retrouve dans le rôle de celui qui l’a fait au sens propre, et moins propre. Ce qui prouve bien ce que je pressent depuis quelque temps : l’Ere de l’Hypocrisie touche à sa fin. Aujourd’hui enfin, la Mode est à l’Impunité dans l’Abomination, au SORDIDE DECOMPLEXE.

.

Le principe

L’avantage, c’est que comme on ne se sent plus obligé de rendre des comptes (à la justice, au peuple souverain ou autre), on ne se cache plus de rien. Pourquoi Gérard le Rouge se rendrait-il comme Monsieur Tout le monde à son procès quand il a commis une infraction, alors qu’il est peinard au Sofitel à rejouer pour la 32ème fois (l’avantage de jouer bourré) LA scène où notre vieux libidineux a cru dominer le Monde au travers de la personne d’une pauvre femme en uniforme de ménage.

.

Hiver très rude

Avec nos deux têtes d’affiche omniprésentes, Depardieu et DSK, on ne peut pas dire en effet que cet hiver a été placé sous le signe de la légèreté, ni de la viande hallal. Car si tout est bon dans le cochon, on aurait espéré se régaler d’autre chose que du groin et de la queue, en tire-bouchon ou pas d’ailleurs.Avec nos deux têtes d’affiche omniprésentes, Depardieu et DSK, on ne peut pas dire en effet que cet hiver a été placé sous le signe de la légèreté, ni de la viande hallal. Car si tout est bon dans le cochon, on aurait espéré se régaler d’autre chose que du groin et de la queue, en tire-bouchon ou pas d’ailleurs. Alors maintenant qu’approche la saison des maillots de bain, il semblerait que la grande majorité des français soient repus ou dégoûtés au point de ne plus pouvoir toucher à son assiette de Doumé ou de Gégé. Gaspillage ou pas, une chose me gêne : dans ces deux cas, on crie à l’Acharnement Médiatique, on entend chouiner: « qu’on me laisse en paix » depuis que l’un a dansé le Casatchok bourré devant les caméras et que l’autre se retrouve affublé de métaphores charcutières dans le roman de la facétieuse et caliente Marcela Iacub.

Pourquoi aujourd’hui est-il si indigeste d’entendre rabâcher des Vérités alors qu’on supporte plutôt bien le recyclage quotidien d’âneries ? Et comment s’y prendre pour contourner cette lassitude de la réalité qui profite bien trop à ceux qui nous trompent ?

Illusions et triste vérité

J’ai au fond de moi de la peine pour des gens comme Loana, Nabilla ou feu FX jetés en pâture aux journaleux des marécages, et qui se retrouvent invités à des pelletées de dîners de cons, entre autre chez Morandini ou Hanouna pour ne pas les citer. Car ces éternels enfants – adultes pathétiques et candides – ont à leur façon le cœur blanc. Ils sont les victimes collatérales d’un système qui tend à exhiber des gens toujours plus faibles, plus creux, plus hystéros ou tout simplement plus malheureux en guise de faire valoir. Alors, à la vue de son Jacquouille ou de son Sganarelle, le téléspectateur se trouve finalement normal voire beau voire même cultivé, et s’adoube lui même, occultant ainsi le fait qu’il n’est qu’une crotte aux yeux de ceux qu’il engraisse.

.

J’ai au fond de moi de la peine pour des gens comme Loana, Nabilla ou feu FX jetés en pâture aux journaleux des marécages qui feignent s’intéresser vraiment à eux, et qui se retrouvent invités à des pelletées de dîners de cons, en autre chez Morandini ou Hanouna pour ne pas les citer.

.

Et si les derniers épisodes en boucle de Gégé chez les soviets, et de Doumé de Fleury Michon-Merogis agacent, c’est qu’ils dévoilent une REALITE dans tout ce qu’elle a de glauque. Et çà, c’est déprimant. Déprimant de ne plus croire en l’Homme. Déprimant de repasser à l’Ere du « Tous pourris ». Je serais même prête à parier qu’Edwy Plenel, patron de Médiapart – et accessoirement cauchemar des élites au pouvoir – jusqu’alors apprécié par l’opinion publique, ne finisse par lasser, voire franchement gonfler les gens.

.

La solution 

Pour remédier à ce déni de la Réalité il serait bon, je pense, de mélanger les genres plutôt qu’attaquer tout le temps le problème sous un seul et même angle de vue. Interpréter plutôt que narrer. Couper des têtes avec le sourire. Ainsi les gens ne s’ennuieraient plus devant le même déferlement d’images et de mots :

.

Culbuto titube mais ne tombe jamais

Justement, concernant notre Prostitué fiscal, je suis récemment tombée sur une vidéo de Chanteurs sans frontières : il faisait partie des charitables célébrités qui interprétaient la chanson Ethiopie, dont les dons étaient tous reversés à la banque alimentaire, vous vous rappelez ? J’avoue que voir Gégé bouger les lèvres (Torreton dit vrai, Depardieu ne connaît pas ses textes ) sur ces mots: Loin du cœur et loin des yeux, de nos villes, de nos banlieues… (cf vidéo à 1 min 45) au moment même où il quittait Paris pour Néchin, m’a amenée à penser qu’en étant loin des yeux et du cœur des réalisateurs, il finirait même par regretter notre système fiscal. Mais voilà, en ces temps où seul le fric et le buzz comptent, en ces temps d’avidité décomplexée, on fait encore tourner le Gros Culbuto.

Image de prévisualisation YouTube

Marathon  Man

Concernant DSK, je trouve bien regrettable que l’on ait retenu uniquement les détails salaces de sa liaison avec Madame Iacub. Parce qu’à la limite, Si Monsieur Strauss Kahn préfère se faire tartiner le corps de faisselle à 0% plutôt que de faisselle à 40% (régime oblige) on s’en fout un peu quand même. Mais ce qui est surtout intéressant c’est le CONTEXTE. Car la petite sauterie s’étend de janvier à août 2012. Donc à une période où TOUTES les caméras du mondes étaient braquées sur lui !!! Pour faire court: après l’affaire Piroskja Nagi , après l’épisode riche en images du Sofitel (garde à vue, libération sous caution colossale accordée in extremis), après sa longue assignation à résidence, après l’affaire prescrite de Tristane Banon, et en pleine affaire du Carlton !

en pleine affaire du Sofitel, du Carlton, de Tristane Banon, de Piroska Nagi, DSK continuait de batifoler avec Marcela Iacub. Quel homme!Le moins que l’on puisse dire est que notre vieux Lucky Luck n’en a pas perdu ses moyens ! Dire que certains sont décontenancés par un sommier qui grince, ou parce que le chien les regarde, force est de constater que notre ancien président du FMI a démontré qu’il avait, à la manière d’un marathonien portant la flamme olympique, qui trébuche, mais se relève à chaque fois, un vrai mental d’acier. Et si l’on avait abordé la situation sous cet angle, on aurait peut-être saisi à quel point ce Monsieur est un GRAND MALADE et qu’il est absolument essentiel que tous les pervers, les menteurs, les tricheurs, les voleurs et les amnésiques ayant joui de trop de pouvoir pendant trop longtemps soient démasqués, mitraillés par les flashes, décortiqués et dépossédés sans que cela ne nous agace et que l’on crie Stop. Car la pêche aux gros s’avère bien prometteuse pour les mois à venir. Alors même si vous trouvez bien monotone de manger la même chose tous les jours, dîtes-vous bien que c’est ainsi que l’on rétablira la chaine alimentaire. On demandera juste aux journaux de varier l’asaisonnement. Merci.

Moralité

Lorsqu’un scandale anti-populaire éclatait il y a à peine deux siècles, la tête sanguinolente de son auteur se retrouvait en haut d’un piquet, et les passants lui crachaient dessus lorsqu’ils passaient devant. Il est donc inconcevable de parler d’Acharnement lorsque des élites censées représenter l’idéal de ce que nous sommes sont indignes de leurs titres et cristallisent des monstruosités.

Et si l’on cessait de plaindre nos ravisseurs hein?Image de prévisualisation YouTube

Estelle Bee.

Dans la cour des grands…

 

Car en homme civilisé notre bon Gad n’a évidemment pas tapé sur les membres de la famille princière pour rentrer dans leur cour, comme il dit. Il a usé de son charme, puis y est parvenu. Notre courtisan a donc de quoi faire la leçon aux moins bankables que lui : Torreton, t’es con ou quoi ? T’aurais du faire les yeux doux à Gégé, puis lui susurrer au creux de l’oreille que l’on ne quittait pas un navire en pleine tempête, juste avant de lui rouler une pelle !

« C’est pas en tapant sur les grands qu’on rentre dans leur cour. Je comprends ton mal de notoriété mais tu es si petit… »

 

Je me suis longtemps demandé pourquoi Gad Elmaleh, manifestement vénère, avait cru bon de balancer ce tweet surprenant en guise de réponse à la lettre ouverte –brillante et assassine – de Philippe Torreton à l’attention de Gérard Depardieu-Obelix qui décidait de quitter la Gaulle pour le pays d’Hergé.

Ici, Monsieur Gad Elmaleh, humoriste sensible de son état n’était pas du tout à sa place. J’aurais plus imaginé cette phrase sortant de la bouche du tragicomique  Brice de Nice en mode Triple casse, à prendre au 30ème degré. Mais voilà, Chouchou l’a fait, et aujourd’hui on comprend mieux pourquoi.

Il était une fois…

Il était une fois un comique et une princesseCar lundi dernier l’info est tombée : Gad Elmaleh et la Princesse Charlotte Casighari, fille de Caroline de Monaco, petite fille du Prince Rainier et de la Princesse Grâce –quand même – officialisaient l’existence de leur couple !!!

Ainsi, on sait désormais que Gad Elmaleh savait de quoi il parlait lorsqu’il répondait à Philippe Torreton :

« C’EST PAS EN TAPANT SUR LES GRANDS QU’ON RENTRE DANS LEUR COUR. JE COMPRENDS TON MAL DE NOTORIETE MAIS TU ES SI PETIT… »

Car en homme civilisé notre bon Gad n’a évidemment pas tapé sur les grands pour rentrer dans leur cour, comme il dit. Il a usé de son charme, puis y est parvenu. Notre courtisan a donc de quoi faire la leçon aux moins bankables que lui : Torreton, t’es con ou quoi ? T’aurais du faire les yeux doux à Gégé, puis lui susurrer au creux de l’oreille que l’on ne quittait pas un navire en pleine tempête, juste avant de l’embrasser langoureusement et l’étreindre avec fougue ! 

Je me suis longtemps demandé pourquoi Gad Elmaleh, manifestement vénère, avait cru bon de balancer ce tweet surprenant en guise de réponse à la lettre ouverte –brillante et assassine - de Philippe Torreton à l’attention de Gérard Depardieu-Obelix qui décidait de quitter la Gaulle pour le pays d’Hergé. Monsieur Gad Elmaleh, humoriste apparemment sensible et intelligent de son état n’était pas du tout à sa place. J’aurais plus imaginé cette phrase sortant de la bouche du tragicomique  Brice de Nice en mode Triple casse, à prendre au 30ème degré. Mais voilà, Chouchou l’a fait, et aujourd’hui on comprend mieux pourquoi.

 

« Tu es si petit… »

« Oui, vu de la terrasse du Palais Princier, cher Gad, il te paraît petit, Torreton. Alors, ce que je te propose, c’est de descendre de ton piédestal quelques minutes, le temps d’aller t’acheter cette jolie paire de jumelles avec fourreau en peau de croco à 8700 euros qui fait la devanture de chez Hermès juste en bas. Tu y verras bien mieux Coco. Tu verras plus grand surtout. Puis tu iras le voir jouer sur scène, histoire de ne pas confondre notoriété et grandeur.

Le fait de dire  « tu es si petit »  à un homme qui se fait porte-parole des citoyens qui t’ont propulsé bien haut me fait renoncer – par forfait – à t’expliquer en quoi tu fais erreur. Car ici, ton port altier sur fond de « Look at the ring » me fait penser à ces petits commerçants endimanchés si bien croqués par Maupassant, ceux qui habitent Rue des Martyrs et regardent les petites gens, l’air pincé, sans se souvenir qu’ils ont besoin d’eux pour mener leur train de vie.

Tout comme ton pote Dany, oppresseur de vilains journalistes divulgateurs de salaires d’acteurs du CAC 40, tu n’as pris aucun risque dans ta carrière : tu as campé sur les affiches dans le rôle du malhabile, du clown amoureux d’une étoile, du grossier, du bouffon, mais au fond, ton manque d’audace fut ta plus grande prise de risque. Car il est très difficile aujourd’hui de te prendre au sérieux.

Podium des 3 acteurs français les mieux payés en 2012.

Tout comme ton pote Dany, oppresseur de vilains journalistes divulgateurs de salaires d’acteurs du CAC 40, tu n’as pas pris beaucoup de risques dans ta carrière : tu as campé sur les affiches dans le rôle du malhabile, du clown amoureux d’une étoile, du grossier, du bouffon, mais au fond, ton manque d’audace fut ta plus grande prise de risque. Car il est très difficile aujourd’hui de te prendre au sérieux. Et en cet instant, je me prends à rêver que ton Tweet n’est peut-être rien d’autre qu’une énorme boutade ( !!!) et je suis donc à mon tour le François Pignon de ce banquet de goinfres et de soiffards, ivres de condescendance. Enfin, si je te tutoie, ce n’est parce que je souhaite te faire redescendre sur Terre, rassure-toi, c’est juste que je me trouve dans un avion à quelques milliers de mètres d’altitude, je me suis donc dit que je pourrais me permettre cette familiarité 😉 Car les personnalités qui refusent de regarder la vraie vie en face ont définitivement quitté la terre ferme à force de penser que d’eux part Dieu. »

 

A l’heure où j’écris, une lettre ouverte pleine de mauvaise foi signée Gérard Lanvin circule, et s’en prend aussi à Philippe l’Impertinent… Avouons que se faire tailler des costards de chez Lanvin c’est d’un tel chic qu’on ne serait pas étonné qu’il se fasse prochainement rhabiller (et je dis bien RHAbiller) par Lagerfeld!

.

Pardonnez-moi Mon Père parce que j’ai péché…

je confesse, en bonne concierge, qu’en découvrant les photos de Charlotte Casighari aux côtés de Gad Elmaleh, mon premier reflexe fut d’aller sur Wiki pour vérifier leurs âges respectifs et jauger leur différence d’âge : 16 ansPour la petite histoire, je confesse, en bonne concierge, qu’en découvrant les photos de Charlotte Casighari aux côtés de Gad Elmaleh, mon premier reflexe fut d’aller sur Wiki pour vérifier leurs âges respectifs et jauger leur différence d’âge : 16 ans. Bon allez, passe encore.

Mon deuxième reflexe, guère plus brillant, fut de me dire que les couples improbables étaient à la mode, et qu’heureusement, la vie a bien plus d’imagination que nous. Alors cocufions la pensée unique et bousculons les codes : si Chouchou de la place Clichy a réussi à emballer la Princesse Charlotte, c’est que le concept de couples mixtes va bien au-delà de la couleur de peau. Alors j’attends avec impatience les prochaines couv’ de Gala exhibant des personnalités que tout oppose, folles d’amour l’une pour l’autre. Imaginez :

Véronique Genest et Harlem Désir,

Manu Chao et Mariah Carey,

Dani De Vito et Adriana Karembeu,

j’attends avec impatience les prochaines couv’ de Gala exhibant des personnalités que tout oppose, folles d’amour l’une pour l’autre. Imaginez :

.

 

 

 

 

 

 

Jean-Paul Gautier et Francky Vincent,

Alain Delon et Christine Boutin,

DSK et… heu…ben non, rien d’improbable…

Sarah Jessica Parker et Bernard Menez,

Nadine Morano et le Prince Harry,

Jamel Debbouze et Melissa Theuriau. Bon n’exagérons rien quand même…

Les paris sont lancés !si Chouchou de la place Clichy a réussi à emballer la Princesse Charlotte, c’est que le concept de couples mixtes va bien au-delà de la couleur de peau. Alors j’attends avec impatience les prochaines couv’ de Gala exhibant des personnalités que tout oppose, folles d’amour l’une pour l’autre. Imaginez :  Véronique Genest et Harlem Désir, Manu Chao et Mariah Carey,

Ouvrons l’œil,

.

Estelle Bee.