Tag Archives: Espoir

TOO CONNECTED PEOPLE

Tu es trop connectée. Et val! Le diagnostic est tombéTU-ES-TROP-CONNECTÉE!

 

ET VLAN!

LE diagnostic est tombé.

Et malgré son immense relativité, je souhaiterais parler aujourd’hui de cette maladie orpheline dont je souffre à priori d’après des sources très proches:

La tu-es-trop-connectérite aiguë .

 

Definition: 

La « tu-es-trop-connectérite aiguë », c’est, en d’autres termes moins savants « l’hyper-connexion au Monde ». Rien à voir avec la geek attitude, car moi, je suis tout juste fichue d’envoyer un mail et de consulter ma page Facebook. Donc, comme dirait BFM, pas d’amalgames, hein!

Mon problème à moi serait donc d’être trop sensible aux grandes questions qui touchent notre planète et par conséquent notre Humanité, et de vibrer continuellement en fonction de ce qui s’y passe, tel un téléphone -ou un sextoy- complètement déréglé. 

Et ça, apparemment, c’est (lire avant l’accent allemand) EIN GROSSE MALADIE! 

Les symptômes: 

Je ne sais pas vous, mais avec le recul, il me semble que j’ai toujours eu ça quelque part en moi, comme un bon vieil herpès (labial) qui ne s’est pas encore manifesté, mais qui t’attend au tournant pour te cueillir par surprise pile poil au moment opportun: entretien d’embauche, week-end en amoureux, rdv chez le dentiste… D’ailleurs, je reconnais même m’être un peu négligée en faisant fi des signes avant-coureurs: une vilaine tendance à donner la pièce aux sans-abris, à caresser des chatons errants, à me la jouer Che Guevara lorsque j’étais déléguée de classe, et même à écrire des grossièretés au dos de ma calculatrice Casio FX 82C telles que Peace and Love, Simone Veil Forever, Kévin je t’♥,  DTC Sadam et Gomore (oui, je sais, c’est « Gomorrhe », mais je l’ignorais à l’époque) …

Puis, inéluctablement, les symptômes se sont accrus dès mon entrée dans l’âge adulte, pour se fondre en moi et ne plus jamais me quitter, sauf durant les deux -ou trois- années qui ont suivi la naissance de mon enfant, années de zombitude et de néant culturel où je pensais que les mots « périmètre » et « périnée » faisaient partie de la même famille.

Mais à part cela, je suis au regret de reconnaître que je présente désormais, et en théorie, TOUS les symptômes de la maladie:

  • Dégoût d’un système has been qui prend aux plus modestes pour donner aux banquiers
  • Espoir d’un monde meilleur issu d’une prise de conscience collective
  • Émotion extrême face à la souffrance des peuples opprimés/en guerre/dénutris
  • Recherche d’informations autres que la télévision (journaux/sites indépendants…)
  • Boycott des produits alimentaires visuellement funky donc bourrés de trucs dangereux  (–> lecture attentive des étiquettes)

En pratique, lorsque je suis invitée à des soirées, je me retrouve toujours en bonne place dans des débats soit vertueux, soit houleux, en fonction de la distance qui me sépare du bar. Aussi, lorsque je suis censée me détendre dans un bain chaud, la vue de mon savon d’Alep me renvoie l’image d’une ville en ruines. Quand je me rends à une expo, je ne puis m’empêcher de m’émouvoir devant l’engagement d’un artiste. Quand je me mets au vert et que le silence orquestral sublime le chant d’un seul zozio, je repense aux cacophonies célestes que j’ai eu la chance d’entendre lorsque j’étais enfant, et aux nuages de papillons qui ont frôlé ma blonde tête. Je me dis alors que l’écologie est l’avenir de l’Homme, et hop, ça repart en boucle dans mon esprit torturé…

« Mais tu ne déconnectes jamais, c’est pas possible! »

Non! Jamais! Et c’est bien là, le problème! J’ai bien conscience que je ne suis pas normale, qu’est-ce que tu crois?! Tu imagines que je ne rêve pas, moi aussi, de clamer haut et fort « ah nan, moi c’est fini! Je n’écoute plus les informations, c’est trop déprimant! » dans les dîners et autres sauteries?

Pourtant, il me reste encore de l’Espoir. Car à l’heure où j’écris, je m’apprête à tester un traitement de choc qui aurait fait ses preuves, et qui serait capable de terrasser ma tu-es-trop-connectérite en moins de 6 mois de traitement.

 

Le protocole: 

 

Cyril Hanouna,

2 heures par jour voir 3 en cas d’empathie profonde non maîtrisée

Les Anges de la téléréalité

1h30 par jour

Du sexe pour le sexe

comme unique vecteur et tranquilisant social

Publicité

Tous les jours, jusqu’à ce que les slogans soient parfaitement mémorisés

Candy Crush

à chaque mixion ou défécation

Fast food

2 à 3 fois par semaine, réintroduction d’huile de palme dans l’alimentation quotidienne

Régime

sans ajout de culture indigeste (musées, livres, essais, concerts non sponsorisés par une marque de la filiale Monsanto, voyages non all inclusive, cinémas indépendants etc …)

Auto-affirmations

« Quand on veut, on peut »: 3 fois/jour,

« L’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt », matin, midi, soir

« Travailler plus pour gagner plus », 10 fois chaque matin

« Faut bien rembourser la dette », 3 fois/jour

« C’est que du bonheur », à chaque fin de phrase

Répondre systématiquement par: « Comme je dis toujours… » en guise de préambule

connected people

 

Pourtant, en plein fantasme de rémission, en plein rêve où je m’observe d’en-haut en train de signer un crédit Sofinco pour me payer une belle voiture rutilante que je vais rembourser à grands coups d’heures sup’ tardives sur le créneau normalement dédié à mes enfants que je ferai garder par une nounou que je paierai avec ce qui ne me restera pas d’heures sup’, une image saugrenue s’interpose: c’est ma calculatrice FX 82C. Je me rappelle un contrôle de maths de 5ème. Je l’avais oubliée chez moi, et cela m’avait décontenancée durant les vingt premières minutes. Pourtant, je me souvins que j’étais bonne en calcul mental, et soudain galvanisée, je vins à bout de ce devoir sur la proportionnalité en un temps moindre que si j’avais été équipée ce jour-là. J’avais tout simplement compensé un déficit.

Aujourd’hui, je suis toujours bonne en calcul mental. Et je sais que si certains n’ont pas assez, c’est parce que d’autres ont trop. Et inversement. Si l’on SURÉAGIT, c’est peut-être -je dis bien peut-être- parce que d’autres ne réagissent plus. Si l’on se retrouve en hyper-sensibilité au Monde, c’est peut-être -et je dis bien peut-être…- parce qu’une grande majorité s’est laissée anesthésier au fil du temps. Pourtant, il suffirait que chaque personne porte un verre d’eau pour éviter que quelques inconscients ne se retrouvent à se trimballer toute une citerne, et cela serait bien plus efficace au demeurant. Personnellement, mon hyper connexion, je la partagerais bien avec la terre entière. Même qu’on seraient tous potes au lieu de se renifler le derrière -sauf affinités- et de se toiser avec méfiance…

Je dédie cette chronique aux quelques relous qui, comme moi, ont le mauvais goût d’avoir trop d’empathie pour les autres (même envers des gens qui vivent très trèèèès loin de nous, t’imagines le truc…), et de SURÉAGIR sur l’actualité presque comme s’il était question de leur propre personne, et comme si leur opinion allait changer la face du Monde 😉 Et je dédie aussi cette chronique à ceux qui les apprécient 😉

Parce qu’il vaut mieux en rire qu’en mourir…

 

 

Estelle Bee.

 

François Hollande, le président qui redonne de l’espoir à tous les petits gros à lunettes dégarnis qui galérent pour pécho…

Le triple JE / JEU de François Hollande

Hollande et son triple Je/ Jeu

 

–   Il s’était lui-même défini comme un président normal, ce qui laissait supposer que la normalité française, c’était un peu sa tronche…

–   Il avait promis qu’il tiendrait tête à l’Europe pour prouver qu’il était capable d’agir en homme, et l’on comprend mieux aujourd’hui qu’il ait du baisser, une fois n’est pas coutume, son pantalon devant Angela.

–   Il avait assuré l’érection de la croissance pour cette année, mais la seule courbe qu’il ait réussi à inverser fut celle des ventes du magazine Closer.

Mais ne vous fiez pas aux apparences, François Hollande restera à jamais, comme il l’avait indiqué avec fierté, à Tulle, le soir de son élection « LE PRÉSIDENT DE L’ESPOIR ».

En témoigne la déclaration officielle encore fumante de notre Chef des armées au sujet de sa vie privée quelque peu mouvementée ces derniers temps:

 

« JE fais savoir que J’ai mis fin à la vie commune que JE partageais avec Valérie Trierweiler. »

 

Certes le triple JE en dit long sur sa modestie, mais quoiqu’il en soit, on avait bien saisi depuis son illustre anaphore télévisée « Moi Président de la République », que le félin sans crinière se prenait déjà pour le roi des animaux, la faute, peut-être, à un régime hyper-protéiné qui aurait trop duré.

On relèvera également l’emploi du pléonasme « LA VIE COMMUNE QUE JE PARTAGEAIS », lapsus Ô combien révélateur qui démontre bien ici la générosité de l’homme qui fait vie commune avec un sens du partage indéniable, photo ci-dessus à l’appui, en flagrant délice de TRIPLE JE/ JEU. Car nous apprendrons plus tard dans l’auto-biographie de Ségolène Royal, que Monsieur François H. lui aurait fait part de ses regrets concernant leur ancienne « vie commune » alors même qu’il déposait sa Valoche officiellement. Quant à la belle Julie, elle serait entrée en JE – à moins que ce ne fût l’inverse- il y a déjà deux ans.

Alors, qui a dit qu’ils n’étaient pas sexy nos socialistes???

 

Mais au-delà de ces accablantes révélations sous-tendues (…), force est de constater que derrière ce communiqué se dessine un nouvel espoir pour tous ces français que Dame Nature a négligés et qui depuis toujours galérent pour … heu… disons-le, niquer.

 

"Moi président de la raie publique..." (pardonnez l'orthographe)

« Moi président de la raie publique… » (pardonnez l’orthographe)

Car toi l’ami qui as de vilaines cicatrices d’acné, toi qui arbores une culotte de cheval alors que t’es un mec (!), toi qui as été démoulé trop chaud, toi qui ne vois plus tes pieds quand tu es debout, toi qu’on ne choisissait jamais quand on faisait les équipes de basket dans le gymnase du collège en raison de ton physique à la Petrucciani, tu comprends tout à coup que l’avènement du petit grassouillet dégarni à lunettes sur le trône du Serial Fucker signifie que tout n’est pas perdu pour toi!!! Qu’en prenant un peu d’assurance, et en faisant rire les femmes, tu pourras peu à peu te faufiler, mine de rien, sur un terrain jusqu’alors réservé à la bogossitude.

Il te faudra d’abord commencer petit, le but étant de te forger une confiance en toi, et de démontrer aux plus gros poissons que tu es digne d’intérêt. Les femmes adorent la compétition. Au fur et à mesure de ton ascension de l’échelle graduelle féminine, tu constateras que tu auras de moins en moins d’efforts à faire étant donné que la qualité de tes conquêtes parlera d’elle-même. Tu sauras que tu es arrivé tout en haut du Col (tu auras deviné lequel) lorsque ta conquête arborera quelques 20 ou 30 ans de moins que toi, et lorsque, comme Monsieur Hollande vient de le faire, tu déclareras publiquement que C’EST TOI QUI AS BOUTÉ LA VILAINE HORS DU ROYAUME à grands coups de JE. La classe.

Durant la campagne électorale de 2012, le facétieux Luc Chatel s’était gaussé du rival de son protégé Sarko-Astérix en disant qu’il le préférait de loin à Babar. On ne pourra que constater que le pachyderme a bien su dissimuler sa trompe. Car même la crise gravissime que nous traversons n’aura pas réussi à la lui ligaturer. Juste une question: est-ce vraiment raisonnable de trimballer un éléphant sur un bateau qui coule?