Tag Archives: Jlm2017

Cessez de m’allumer! Parole d’Insoumise.

Cessez de m'allumer, parole d'insoumise.

Une semaine que ça dure.

Une semaine qu’il ne se passe pas deux heures sans qu’on me racole.

Vulgairement.

Que l’on me touche,

Salement.

Une semaine que les passablement-pensants sont officiellement devenu les bien-pensants.

« Nan mais tu comprends, si tu t’abstiens tu ouvres une autoroute au FN!!! »

« Nan mais tu vois, si tu votes blanc, tu fais le jeu du FN!!! »

 » Nan, mais attends, tu comptes en fait sur nous pour faire le sale boulot, c’est ça?! »

Insoutenable…

.

Parce que le job, j’estime l’avoir déjà fait, moi.

J’ai milité.

Des mois.

J’ai porté l’Avenir en commun de mes petites mains avec parfois en bandoulière le sentiment d’abreuver des bouches asséchées par la résignation,

Je l’ai porté avec le peu de temps libre que la vie veut bien m’octroyer,

Je l’ai porté en rêvant de cette lumineuse transition écologique qui aurait créé des millions d’emplois,

Je l’ai porté en songeant à ces mères en galère qui tranquillement, auraient pu laisser leurs enfants gratos à la cantine afin de pouvoir retrouver une vie sociale et professionnelle,

Je l’ai porté en toute fraternité envers mes semblables d’autres couleurs,

Je l’ai porté pour que mon facteur sache où j’habite,

Je l’ai porté au nom de la Paix,

Je l’ai porté en cessant enfin de me reluquer le nombril,

Je l’ai porté pour nos enfants,

Je l’ai porté pour qu’on cesse enfin de taper sur les plus fragiles,

Je l’ai porté par respect envers tous nos aïeux qui se sont battus pour nos droits sociaux,

Je l’ai porté parce que seul CE projet-là nous permettait de les conserver,

Je l’ai porté au nom d’une future démocratie réelle,

Je l’ai porté contre vents et marées médiatiques orientés,

Je l’ai porté contre l’esbroufe politicienne,

La manipulation des consciences,

Je l’ai porté contre les J.T,

Contre les journaleux des marécages,

Contre les assoiffés du buzz,

Les boulimiques des fakes,

Les ivrognes du clash,

Les carnassiers de l’image,

Les charognards des ondes,

Contre la mauvaise foi dévorante,

Contre les je-m’en-foutistes des lendemains,

Contre les inconscients de l’Avenir.

Je l’ai porté de tout mon coeur.

Et justement…

C’est là que le poignard blesse…

 

Voilà qu’à peine le poignard planté en ce soir du 23 avril,

Voilà qu’à peine je saigne,

Qu’à peine je respire,

Qu’à peine je comprends, même,

 

Qu’à peine que je prends conscience dans un profond chagrin et dans un bain de sang intérieur de ce à quoi nous allons renoncer, que déjà, ILS M’ASSAILLENT:

« Il faut appeler à voter Macron pour faire barrage au FN!

– Heeeuuuu ….

– Ben ouiii! Non mais Le Pen! Le fascisme, Hitler, Mussolini, Franco, tu connais???!!!

– …. »

À DIRE VRAI, CES GENS-LÀ M’ONT MANQUÉ DE RESPECT.

 

Ils m’ont manqué de respect car ils ne m’ont pas laissée faire mon deuil.

Et ils m’ont attouchée de leurs phrases racoleuses,

De leurs mains sales,

J’étais cette veuve que l’on essayait de remarier de force avec le ravi du village,

J’étais cette fille prude à qui l’on léchouillait l’oreille d’une langue râpeuse et chargée,

J’étais cette meuf du quartier que l’on coince dans la cage d’escalier,

Cette passante à qui l’on colle une main aux fesses,

Cette stagiaire à qui l’on malaxe les épaules dans l’intimité d’un bureau,

Cette fillette que l’on pousse à faire des dégueulasseries en la menaçant de s’en prendre à sa famille…

 

À moi qui sais justement que le libéralisme engendre le fascisme,

À force d’appauvrir les masses pour faire se goberger quelques immondes millionnaires,

À moi qui ai milité contre l’un pour éviter l’enfantement de l’autre,

On me demande de plébisciter le père!

À moi qui ai soutenu la démocratie participative, on me scande que le dirigeant du mouvement que je soutiens commet une faute grave en laissant se prononcer sa base!

Seraient-ils devenus TOUS FOUS???!!!

 

À présent, je vous serais gréée de balayer devant votre porte tous les reliquats de vos votes dénués de conscience citoyenne,

d’ôter vos gros doigts boudinés de mon désarroi,

de cesser de vous frotter à ma peine tels des chihuahuas en rut,

d’arrêter de me souffler vos recommandations fétides en plein pif alors que je peine à réouvrir mes poumons à cette promiscuité électorale.

 

En bref, cessez de m’allumer, et laissez-moi seule souffler sur mes propres braises. Merci.

 

Une insoumise.

Impostures et abstentions: le Grand Cirque de la vie

Faire des enfants, aller voter

TOUS POURRIS. Cela fait dix ans que ces deux mots s’échappent de toutes les bouches comme une écume amère qui altérerait le goût des choses, et qu’il faudrait recracher bien vite pour se sentir mieux. Pour s’extraire d’un contexte inconfortable, anxiogène. Dire TOUS POURRIS, de la même façon que l’on ne verrait plus que les défauts de ce sale con ou cette chieuse que l’on a chéri naguère plus que notre propre personne, et que l’on a renoncé à écouter vraiment, à force de conclusions tirées sur le socle de la colère. Quand on dit TOUS POURRIS, on abandonne. Et a priori, ce n’est pas grave, d’abandonner. Ça peut même sauver, parfois.

.

MAIS…

.

Mais dans ce contexte électoral qui m’apparait comme un possible tournant historique, j’avoue que j’en tremble. Et ce qui me fait si peur, ce n’est pas que les gens pensent – plus à raison qu’à tort, d’ailleurs- que nos politiques sont tous des guignols motivés par une ambition personnelle quasi freudienne. Ce qui m’angoisse, c’est que d’autres, pourtant minoritaires en nombre réel, se réjouissent, eux, d’aller glisser leur bulletin pestilentiel dans l’urne comme des sadiques syphilitiques qui prendraient plaisir à refiler leur saloperie au reste du pays. Ce qui me terrifie, c’est qu’en faisant cela, ils donneront raison à toute cette majorité silencieuse, celle qui scande TOUS POURRIS.

.

Parce qu’en réalité, je les comprends, ces gens. Je comprends l’usure de leur pensée. Je comprends leurs préoccupations quotidiennes. Je comprends leur déprime. Et j’en arrive même à comprendre leur déni. Et c’est justement parce qu’ils sont silencieux, parce que pour rien au monde, ils ne rateraient une journée à la plage ou le gigot-flageolets de mamie pour aller voter pour des gugusses à cravate que les pourris nous envahissent. Il me semble aujourd’hui urgent que les silencieux comprennent qu’ils sont importants. Vraiment importants. Qu’en ciblant vraiment leur amertume sur ce qui les a rendus amers, désabusés, ils pourraient vraiment changer la donne. Car au fond, savoir ce que l’on ne veut plus, c’est avoir conscience de ce que l’on veut. Suffit juste de lire quelques programmes, et de ne pas oublier qui l’on est.

 

Cette constatation m’a amenée à penser que bien souvent, et dans d’innombrables domaines, les gens qui s’abstiennent, n’osent pas, s’interdisent ou se taisent sont justement ceux qui devraient s’exprimer. Les inaudibles, les timides, les modestes, les complexés constituent bien souvent la partie la plus pure de l’Humanité. Mais alors, réciproquement, ceux qui font du bruit seraient-ils des imposteurs? Ceux qui exultent ne devraient donc pas juste… s’abstenir?

 

Paul Watson, le fondateur de Sea Shepherd, a dit récemment que les êtres humains devraient à ce jour s’abstenir de faire des enfants, à cause du manque de ressources alimentaires à l’échelle planétaire. Puis il a ajouté que l’ironie de cela était que ce sont justement ceux qui ont conscience de la nécessité de ne plus enfanter qui devraient faire le plus d’enfants, compte tenu de cette sensibilité au Monde qu’ils étaient les plus à même de transmettre. Le constat, bien que plombant, est imparable. En témoignent les images de milliers d’enfants errants de New Delhi, et de petits corps squelettiques des plaines arides du Soudan.

 

À la radio, j’entends souvent des chanteurs à la médiocrité aussi râpeuse qu’un rosé de pays languedocien, qui en font des tonnes et récoltent des lauriers qui leurs siéent aussi bien qu’un dentier à une poule. Alors que je connais de vrais musiciens touchés par la grâce et qui n’en demandent pas tant, ou n’osent pas, juste parce qu’ils ne s’y voient pas vraiment déjà. Et même si ce sont eux que j’aimerais entendre en boucle, je ne peux m’empêcher de penser qu’ils sont justement meilleurs parce que leur art ne se voit pas pollué par une avidité qui sonnerait le glas de leur créativité originelle. Devenir quelqu’un, est-ce se perdre soi?

.

Je me suis toujours demandé ce que devenait l’amour après l’amour, mais qu’en est-il des rêves, des ambitions, des idéaux ? Ont-ils une vie après la retenue, la lâcheté, après l’abandon ? Se réincarnent-ils ? Vont-ils se nicher au creux de quelqu’un de neuf, plusieurs fois, jusqu’à ce qu’ils trouvent preneur, une personne qui saura les matérialiser sans crainte ? Les gens publiquement reconnus de nos jours, sont-ils donc, pour leur plus grande majorité, des imposteurs qui auraient pris la place des silencieux? Quand on y pense, l’ordre entier du Monde pourrait être remis en question…

 

.

On peut donc légitimement se demander s’il est vraiment sain de donner le pouvoir à quelqu’un qui le demande, parce qu’il y a neuf chances sur dix pour que le candidat désire gouverner pour de mauvaises raisons. Parce qu’il a une revanche à prendre sur la vie. Parce qu’il souhaite connaître le vertige de celui qui ne peut pas grimper plus haut… Parce qu’il ambitionne d’être quelqu’un. Neuf chances sur dix est une forte probabilité. Ne pas faire entendre sa voix, c’est la certitude de ne pas être écouté. Et respecté. Votez!

.

.

Yes we can, yes YOU can!

.

.

Estelle Bee.

 

 

 

 

 

Macron, ou le jeune puceau qui ambitionne de grimper sur notre bonne vieille France.

macron, ou le jeune puceau qui ambitionne de grimper sur notre bonne vieille France

Depuis quelque temps, les médias n’ont d’yeux que pour lui.

Il a échoué au gouvernement en se bouchant le nez devant le désespoir des salariés,

Expliquant tantôt à un malheureux que l’apogée d’un homme se traduisait par le port d’un costard Armani,

Exprimant ensuite son amour inconditionnel aux multinationales qui payent dix fois moins d’impôts que les PME,

Et surtout, il n’a pas encore de vrai programme…

Alors, étant donné que Manu fait salle comble lors de son premier meeting, une question simple me brûle les lèvres:

WHAT THE FUCK?

.

L’effet Nespresso

L’explication s’est dernièrement imposée à moi le jour où j’ai dû me racheter une cafetière, puisque mon ex avait tenu à garder sa classieuse machine Nespresso.

Je déambulais donc dans les rayons d’Alinéa, lorsque mon coeur s’accéléra à la vue d’une mignonne cafetière design et vintage à la fois, capable de moudre des vrais grains de vrai bon café, récolté par des vrais gens payés pour de vrai.

Émue devant cette simplicité pourtant éclatante de modernité, je me suis soudain demandé comment naguère, j’avais pu en arriver à pousser la porte d’une pareille esbroufe… D’ailleurs, pousser la porte est un bien grand mot… Car le client Nespresso ne pousse pas la porte de chez Nespresso. C’est le beau portier Nespresso en costard sur mesure qui s’en charge, dès lors que votre regard caresse la devanture de la boutique. À la suite de quoi, l’on vous salue sur un ton de quasi prosternation comme si vous vous apprêtiez à acheter une bague 800 carats de chez Tiffany’s, pendant que vous pénétrez dans le temple sacré. Là, un nombre incommensurable d’hôtesses aux cheveux aussi lisses qu’une cérémonie d’élection de Miss France se succèdent en salutations distinguées, et l’on vous propose de vous assoir dans le petit salon afin de déguster THE nouvelle capsule made in Quart Monde, accompagnée de son mignon petit chocolat au double emballage. Ambiance feutrée. Voix douces et rassurantes. Sentiment – injustifié- de traitement de faveur. Beauté. Volupté. Chaleur. Et l’on ressort avec ses 30 ou 40 balles de capsules polluantes que l’on partagera avec d’autres adeptes de la même secte en se masturbant intellectuellement sur les notes grillées et boisées du Roma et les saveurs de musc et de bois du Keepala d’Ethiopie alors que personne ne s’y connait vraiment en café.

Et en installant ma toute mignonne cafetière dans ma cuisine, en humant les effluves des grains fraîchement broyés et crépitant sous le joug du moulin électrique, j’ai compris que jusqu’alors, on m’avait vendu des coquilles vides. J’ai alors imaginé une table gigantesque au beau milieu d’une salle de réunion autour de laquelle une tripotée d’industriels, financiers et publicitaires malicieux auraient tenu à peu près ce langage:

« Bon, alors, on est bien tous d’accord! On va vendre du vent en misant TOUT sur le packaging de luxe et l’image de marque qui flattera l’ego du consommateur, qui par définition, a besoin de se sentir reconnu, mais ne sait pas distinguer son cul de son coude. On part donc là-dessus! »

Emmanuel Macron n’est ni plus ni moins qu’une capsule Nespresso. Il se réclame de la Modernité alors qu’il est l’héritier d’une politique de vieille droite qui a fait son temps. Pire, il se dit même Révolutionnaire! Pourtant, la clôture de son meeting a légèrement fissuré cette coquille vide de sens, mais néanmoins ardente – et bruyante!- d’un désir personnel bien patent dans cette vidéo.

Trop plein d’hormones:

Car à en croire ce triste spectacle de vociférations glaireuses, le vrai Macron, n’est autre que le petit Manu boutonneux et en pleine mue qui se vante de « l’avoir déjà fait » avec des filles que personne ne connait, toujours pendant les vacances. Mais il fantasme frénétiquement sur France, la grande soeur de son pote Kevin, en s’imaginant toutes les dégueulasseries qu’il pourrait lui faire si jamais elle… Arf mince, trop tard… C’est ce qu’on appelle la jubilation précoce… Et la France n’a pas vocation à déniaiser des ados malhabiles, même si, à en croire les sondages d’intentions de votes, ses habitants semblent plutôt prompts à se faire baiser honorer à la régulière.

.

Parce qu’il vaut mieux en rire qu’en mourir…

.

.

Estelle Bee.