Tag Archives: Quartiers

No, Please don’t let me play DIFOOL, but DOC

J’ai eu tout à coup 14 ans, les cheveux gras, un appareil dentaire, et j’écoutais Lovin’Fun sur Fun Radio, émission naguère animée par le très classieux Difool et le gentil Doc dans les années 90. Heure du lancer de bouteille à la mer 22h11, pile poil dans le créneau du Doc dis donc ! Ce qu’il y a de bien avec internet, c’est qu’au hasard d’une recherche, on peut passer du coq à l’âne et digresser aussi sévèrement que dans des conversations de filles, au point de ne plus savoir quel était le sujet initial. (Heeeuuu…. Qu’est-ce que je disais déjà ? est une phrase que je n’ai jamais entendu sortir de la bouche d’un homme). C’est ainsi que l’on se retrouve dans un forum sur les fosses septiques en pleine quête des dernières astuces pour bien manger de Jean-Pierre Coffe, ou sur un site de livraison de charcuterie corse alors qu’on effectuait des recherches sur DSK. C’est ce qui m’est malheureusement arrivé en ce dimanche pluvieux et grippal. J’étais en train de coucher des idées sur mon clavier lorsque soudain j’eus ce doute affreux: Est-ce que l’expression argotique « ça daube » s’écrit de la même façon que « la Daube », le plat en sauce quoi !??

En un clic je lançai la recherche en l’état – ça daube – sur Google, je choisis le deuxième lien proposé, et là JE LE VIS : Sur un forum, le message d’un homme à terre, une sorte de SOS d’un terrien en détresse version « Wesh Wesh sur les griffes de ma soeur, guette le boule d’la meuf, elle a pété le joint de culasse ou quoi ? »

Un homme parmi tant d’autres, dans l’urgence, mais beau et digne dans sa souffrance. Un homme d’autant plus valeureux que le lecteur ne peut ignorer, après une lecture attentive de ce qui va suivre (attention âmes sensibles s’abstenir) qu’il est clairement sorti de son périmètre de sécurité, de sa zone de confort, pour aller demander de l’aide en Terra Incognita. Frédéric Lopez –Rendez-vous en Terre Inconnue- appréciera le dépaysement.

 

 Le titre:  Help, quand je pête ça daube le cadavre, c’est a vomir,

 Posté par S….. à 22h11.

Help, quand je pête ça daube le cadavre, c'est a vomir,  envoyé par S….. à 22h11. « salut, voila ca fais une semaine que j’ai un gros blème, j’ai mal au bide et puis j’arrêtte pas de péter, et ca daube un truc de fou. Je lache une caisse presque toute les 2 minutes, quand sa passe j’ai l’inpression que j’ai le bide qui va éclaté et aussi, ca me brule le fiond horrible. Aprés ca sors tout chaud et la putain sa daube trop grave, genre la dreum mais en fait s’est pas seullement la dreum, ca pue aussi comme le souffre, style le cadavre. Tiens la je viens d’en lachez une, et voila sa daube énorme, tellemand que j’ai envie de bégere. (…)hier j en est lachée une dans le bus et je me suis taper une réflection d une vielle a coté, je peut pas me retenire. Normallement quand s’est toi qui pêtes, tu suportes el la je peut meme pas suporter. Ca pue longtems, aprés tout put ma caisse, c’est trop la honte. Si sa daube le cadavre comme ca, S que sa peut étre un bouts de mes tripes qui commence à pourrire? faut que j’aïe a l’osto ou un truc comme ca? et puis le truc s’est que j’ai vraiment gavé trop honte car j’ai une copine et j’oze+ lui demandé de me faire une pipe, car si je lui lache une caisse à la geulle pendent qu’elle me suces elle va carément crever! Aider moi svp merci. »

Et là, malgré le terrible effroi qu’a suscité en moi la lecture de ce SOS, je me suis sentie rajeunir. J’ai eu tout à coup 14 ans, les cheveux gras, un appareil dentaire, et j’écoutais Lovin’Fun sur Fun Radio, émission naguère animée par le très classieux Difool et le gentil Doc dans les années 90. Heure du lancer de bouteille à la mer 22h11, pile poil dans le créneau du Doc dis donc !

Et là, malgré le terrible effroi qu’a suscité en moi la lecture de ce SOS, je me suis sentie rajeunir. J’ai eu tout à coup 14 ans, les cheveux gras, un appareil dentaire, et j’écoutais Lovin’Fun sur Fun Radio, émission naguère animée par le très classieux Difool et le gentil Doc dans les années 90. Heure du lancer de bouteille à la mer 22h11, pile poil dans le créneau du Doc dis donc !

Forte de mon expérience, je me suis dit que l’occasion pour moi de vivre mon rêve d’être LE DOC était arrivée, et qu’enfin j’allais pouvoir venir en aide à mon prochain, et l’aiguiller dans sa quête de lui même dans un monde où l’hostilité fait rage :

« Cher S….. ,

J’entends, je devine, je sens – surtout – ta détresse. Ton corps change, et ce n’est pas sale.

Le souci dont tu me fais part m’amène à penser que tu as une envie inconsciente de t’ouvrir au Monde pareil à la fleur de lotus sous le soleil levant, mais qu’un blocage, émanant je pense d’un sentiment de honte, t’en empêche et émousse ainsi ton élan explorateur. Sache qu’il n’y a pas de fumée sans feu, et que tu ne peux pas garder au plus profond de toi des idées si nauséabondes qu’elles finissent par polluer ton univers au point de t’éloigner de ton entourage qui ne peut que ressentir ta confusion. Si tu ne tiens pas compte de tes propres besoins, tu finiras par faire le vide autour de toi. Contenir ses envies ou les refreiner est le meilleur moyen pour qu’elles s’accumulent dans une longue frustration, et finissent par exploser avec la même violence que celle d’un volcan en éruption. Je te propose donc de faire le point sur ton sentiment de honte en essayant d’en connaître la source, si tu ne veux pas te retrouver à 10 sur l’échelle de Richter. Je suis sûre que tu mettras bien assez vite le doigt Le souci dont tu me fais part m’amène à penser que tu as une envie inconsciente de t’ouvrir au Monde pareil à la fleur de lotus sous le soleil levant, mais qu’un blocage, émanant je pense d’un sentiment de honte, t’en empêche et émousse ainsi ton élan explorateur. dessus. En outre, il me semble judicieux que tu tiennes ta douce amie éloignée de l’épicentre pour un temps, il serait dommage qu’elle soit une victime collatérale de ta quête intime et existentielle. Courage S…., et n’hésites pas à nous tenir informés de ton ouverture spirituelle et intellectuelle. Bisous. »

 

LE DOC

 

Voilà, à mon sens, tout l’intérêt de faire exploser enfin toutes les horribles barres HLM, ghettos bien pensés d’une époque révolue, pour que des gens condescendants comme moi n’aient plus l’occasion de se gausser des gens comme lui, que l’exclusion ne permet pas de sortir de l’illétrisme mais conforte chaque jour dans sa misère intellectuelle.

Je rêve d’un monde où les villes n’auraient pas de banlieues ni de périphéries, pas d’immeubles d’habitations de plus de 5 étages, où Bakari et Jean-Charles habiteraient la même rue et auraient les mêmes profs. Ce n’est pas de la démagogie, c’est de l’instinct de survie. Les pôles n’ont jamais été aussi éloignés l’un de l’autre alors qu’une société pérenne est une entité à part entière. Cette scission s’apparente drôlement au principe de la fission des atomes, principe à partir duquel on a créé la première bombe atomique.

Je rêve d’un monde où les villes n’auraient pas de banlieues ni de périphéries, pas d’immeubles d’habitations de plus de 5 étages, où Bakari et Jean-Charles habiteraient la même rue et auraient les mêmes profs. Ce n’est pas de la démagogie, c’est de l’instinct de survie. Les pôles n’ont jamais été aussi loin l’un de l’autre alors qu’une société pérenne est une entité à part entière. Cette scission s’apparente drôlement au principe de la fission des atomes, principe à partir duquel on a créé la première bombe atomique.

A méditer,

 

Estelle Bee.

Génération Lovin’Fun, 1992-1998.