Tag Archives: Scandale

Chasse au burkini: LA technique infaillible pour mater sur la plage

Burkini

Voilà. Cela fait presque deux mois. Et aujourd’hui, je commence à avoir mal aux oreilles, aux lobes temporaux, mais aussi à ma feuille d’impôts. Car si j’ai bien compris, une partie non négligeable de mes revenus durement gagnés consiste à payer de hauts fonctionnaires en mal de notoriété pour qu’ils nous donnent,  le jour comme la nuit, et en continu, leur misérable point de vue sur le port du burkini sur nos bonnes vieilles côtes françaises. Et ce, pendant que les plus petits fonctionnaires, ceux qui portent l’uniforme bleu, vivent d’insoutenables journées de labeur qui consistent à ratisser nos plages dans le seul but de mater des culs et des nichons toute la sainte journée aux frais de l’Etat s’enquérir de la bonne tenue des citoyennes venues se rafraîchir en ces temps caniculaires. On se croirait pour le coup dans un épisode des gendarmes de Saint Tropez…

 

Bourse(s) au mérite

Force est d’admettre en ces temps troublés que les policiers n’avaient pas démérité. Depuis les boucheries successives perpétrées au nom d’un dieu que personne n’a jamais vu, une pression grandissante pesait sur leurs carcasses, et leur temps de loisirs s’était vu peu à peu élimé par les réunions à la chaîne, conférences et autres formations sur les nouvelles directives du Ministère de l’Intérieur en matière de sécurité nationale. Beaucoup de cas de burn out furent d’ailleurs dénombrés depuis. C’est pourquoi, je ne suis pas mécontente de les savoir à ce jour récompensés pour leur bravoure. En temps de guerre, il faut savoir remonter le moral des troupes afin que chaque combattant ait à coeur de puiser au plus profond de lui-même le courage de tenir bon… pour la France, of course.

 

Le travail c’est la santé

À en croire des sources parfaitement aléatoires, nombre d’agents de police auraient écourté leurs traditionnelles vacances en famille afin de prêter main forte aux malheureux collègues qui n’avaient pas eu la chance de bénéficier de quelque pause estivale pour souffler, et s’étaient vus confier cette lourde mission de surveillance de haut vol. Une preuve d’altruisme inouïe qui, une fois de plus, nous démontre que la Police est une grande famille. Il se murmure même que les propositions d’heures supplémentaires abondent à un niveau record depuis la mi-juillet, et que les volontaires, si déterminés qu’ils sont dans cette lutte acharnée pour la sécurité et la défense des libertés de notre pays,  ne réclament même plus de majoration horaire.

Il demeure néanmoins une ombre au tableau puisqu’à ce jour, une bonne centaine d’épouses d’agents se seraient plaintes des répercussions de cette mission sur la santé de leurs compagnons. Nombres d’entre eux seraient à ce point investis dans leur tâche qu’ils seraient dans l’incapacité totale de décrocher durant leurs journées de repos. Ainsi, Viviane F, compagne d’un agent basé sur une grande plage varoise aurait révélé que son fiancé ne serait plus le même depuis la polémique: « Je ne le reconnais plus. Dès qu’il foule un sol sableux, il se met instinctivement à l’affût et ne peut s’empêcher de s’infliger de constants allers et venues sur la plage. Il est désormais incapable de se détendre. » Marie-Christine B enfonce le clou, scindée entre fierté et inquiétude lorsqu’elle témoigne à son tour:  » Quand j’ai demandé à Gérard de décrocher le temps d’un week-end, il m’a répondu qu’il fallait que je comprenne qu’il faisait tout cela pour la France. Et pourtant, nous nous trouvions sur une plage du Cap d’Agde, c’est dire s’il prend sa mission à coeur. »

 

Une journée type

L’agent chargé de veiller à la bonne tenue des citoyennes sur la plage n’est pas choisi au hasard. Il est recruté pour son grand discernement, puisqu’il doit être en capacité visuelle de faire la différence entre un bikini, un trikini, un burkini ou un tanga dès le premier coup d’oeil, c’est dire s’il doit être affuté. Mais, dureté du climat méditerranéen oblige, son oeil de faucon serait mis à dure épreuve ces derniers temps en raison des vagues de brume de chaleur qui font rage sur nos plages. Ainsi, afin d’éviter toute confusion ou omission, chaque policier passerait en moyenne une vingtaine de secondes par paire de fesses/ nibards citoyenne afin d’être certain de se trouver face à un sujet en string ficelle, et non à une facétieuse porteuse de burkini couleur chair. Pour faire passer le temps qui s’égraine au compte-gouttes, les agents de police des plages échangeraient sur le temps qu’il fait, la mondialisation, les différentes marques de glacières, et la faune sous-marine… C’est un des avantages de l’être humain sur les animaux: lorsqu’une situation devient insoutenable, il est capable de détourner sciemment l’attention de son prochain afin de le protéger d’une dure réalité. Et c’est ce que fait le gouvernement français via ses putassiers médias: détourner notre attention de l’échec et la corruption politique en nous faisant tourner les mêmes images de burkini en boucle depuis deux mois. Et le pire, c’est que ça fonctionne toujours aussi bien!

 

Contre le détournement de l’actualité à des fins de dissimulation politicienne

 

Inidignons-nous!!!

 

 

Estelle Bee.