Tag Archives: Télé Réalité

Qui veut épouser Oedipe ?

la saison 2 rediffusée sur la très cheap NT1, et mon cœur de battre s’est arrêté. Car à côté, les hystéros de la première saison semblaient tous droit sortis d’un casting de Derrick. Ceux qui avaient déjà eu l’occasion de voir quelques extraits de « Qui veut épouser mon fils ? » lorsqu’il faisait les choux gras de M6 pensaient certainement que l’on ne pourrait pas faire plus perturbant. On se rappelle ce doux parfum d’inceste qui se mêlait à la jalousie animale, aux phéromones et au massacre à la tronçonneuse de la langue française.

Eh bien figurez-vous que j’ai testé un épisode de la saison 2 rediffusée sur la très cheap NT1, et mon cœur de battre s’est arrêté. Car à côté, les hystéros de la première saison semblaient tous droit sortis d’un casting de Une famille formidable. Depuis, je me considère comme une Bloggeuse de l’extrême, et je crois aux extra-terrestres. Attention, Expérience.

.

La présélection

Rappelons brièvement le principe : 5 garçons de 30 à 40 ans vivant encore chez leur domestique de mère cherchent une fille bonne à marier/ à tout faire/ tout court. Les mères sont là pour les y aider avec plus ou moins (ou plus) d’ascendant.

Lors de la  première étape, fils et mère sont confortablement installés sur un sofa Dali en forme de bouche (déco entièrement molletonnée rose et rouge, pas très Feng Chui tout çà) et font entrer les pouliches pour la présélection.

Ainsi, se dessinent les 5 relations mère-fils :

.

La filiation Marquis de Sade

J’arrive justement sur la chaine lorsque Pascale, la marâtre aristo prof de lettres – maquillée au Paint Ball et coiffée d’un nid de cigogne roux – pose LA question test à la jeune Lana: quel est le dernier livre que vous ayez lu? Réponse : « Le petit Prince ». Well. Le thon est donné. La marâtre exige une belle fille digne du rang de son souffre-douleur de fils, pianiste virtuose depuis ses 3 ans, début de calvitie mais cheveux longs. Ambiance sado-masochiste.

J’arrive justement sur la chaine lorsque Pascale, la marâtre aristocrate prof de lettres - maquillée au Paint Ball et coiffée d’un nid de cigogne roux - demande à la jeune Lana, comme aux suivantes d’ailleurs, le titre du dernier livre qu’elle ait lu

.

Les Groseille

Des effluves de campagne se dégagent de l’accent de Chantal, femme robuste, et Frédéric, 37 ans, pompier dans le bâtiment ( ?) pas très gâté par la nature, que sa maman poule a inscrit pour qu’il connaisse l’Amour : Tu vas faire comme moi, tu vas sentir le truc qui passe.  Admettons. Ce couple mère fils n’a pas de critère physique concernant la demoiselle, puisque, selon Frédo-Galinette  :  N’importe qui peut se mettre dans n’importe qui.  Encore un qui a trop joué aux Lego, mais en effet, on confirme. Deux questions importantes à leurs yeux : 1) Vous travaillez ? 2) Vous dansez la Guinguette ?

Frédéric est pompier dans le bâtiment (Késako?)

.

Les VRP

Surprise, Julien, qui vient accompagné … de son père et accessoirement patron, Serge. On sent d’emblée que Julien, 30 ans, est à canaliser et recadrer en permanence :  » Vas-y, mets-toi dans la peau du mec qui veut se marier. Demande si elles veulent des enfants etc… » Juju s’éxecute alors, en demandant à Lilou, sur un ton des plus sérieux : Tu cherches un amour plutôt sincère ou … pas ?  (Heuu, non non, je préfèrerais un gros salopard qui va me la faire à l’envers …)  Peine perdue pour Serge, son fils n’a rien dans le citron, si ce n’est mimer des roploplos pour illustrer ses propos quand il parle d’une donzelle. Bref, il est en rut.

.

La mère crocodile (grande gueule et bras courts)

« Mon fils, il est pas vulgaire, il est mince, il est wonderful et il prend pas de drogue » est le slogan de Linda, mère gueularde, intrusive et bonniche d’Alexandre. Le fiston ne se gêne pas pour draguer ouvertement d’un très classe « J’vais me noyer dans tes yeux » (marrons) avec sa mère à côté qui prend des photos et commente l’ambiance caliente par des onomatopées (Aïe aïe aïe!!!). Quand elle interroge une candidate cela donne : Pourquoi tu veux te marier toi, belle comme tié ??? T’as pas besoin !!!  (Les femmes mariées apprécieront…) Il te plait lui ? C’est ton style ? ». Et conclut : Elle est sexy, donc pour s’amuser ok, mais pas pour se marier. 

.

La mère incestueuse Look at the ring

Il y a Daviiiiid et Rachel, mère dont les boucles blondes angéliques tranchent résolument sur son visage injecté, recousu au point de croix, et qui essaie de se faire croire qu’elle cherche une princesse pour son petit prince. Elle a clairement les brunes rivales dans le collimateur puisque qu’elle cherche un sosie d’elle-mêmeOui, il y a pire, il y a Daviiiiid et Rachel, mère dont les boucles blondes angéliques tranchent résolument sur son visage injecté, recousu au point de croix, et qui essaie de se faire croire qu’elle cherche une princesse pour son petit prince. Elle a clairement les brunes rivales dans le collimateur puisque qu’elle cherche un sosie d’elle-même –et ne s’en cache pas- pour la mettre dans le lit de son Daviiid. Elle tombe donc littéralement en pamoison devant une gentille blondinette à qui elle demande : TU AIMES BARBIE??? Réponse : Vous savez je ne suis pas superficielle. Pas de bol, Rachel se décrit comme le clone de Barbie, son icône, qu’elle collectionne d’ailleurs. Bienvenue chez les psychopathes. LA question test :  Tu le trouves beau mon fiiils ? 

.

Les épreuves

Parmi les diverses étapes, les filles présélectionnées doivent se coltiner la belle-mère toute une après-midi, à leur grande surprise, puisqu’elles s’attendaient à retrouver le fils, et s’étaient donc presque toutes sapées comme des call girls.

C’est ainsi qu’une candidate en mini jupe pailletée se retrouve à changer une couche pleine de caca dans une crèche, pendant que Maman Chantal lui tient le crachoir.

C’est ainsi qu’une candidate en mini jupe pailletée se retrouve à changer une couche pleine de caca dans une crèche, pendant que Maman Chantal lui tient le crachoir.

De la même façon, Cynthia, pro du Lap dance, se retrouve dans un atelier poterie avec des ongles d’actrice de X.

D’autres se voient obligées de faire une dictée (sur un bateau mouche !) que Pascale l’aristo sadique corrige dans la foulée.

Et, comble d’horreur, les prétendantes de Daviiid doivent accompagner Rachel dans une boutique de lingerie. Ambiance glauquissime ponctuée des 14 « j’adooore… » de Barbie Rachel, qui de nouveau, jette son dévolu sur la petite blonde à qui elle fait essayer des nuisettes :  David il a les même goûts que moi, il aimerait çà!  Puis finit par confier à la caméra : C’est une petite poupée, je peux la prendre, l’habiller, lui mettre des petites tenues, elle se laisserait faire, j’adore !  . On a quand même un peu peur pour la demoiselle.

comble d’horreur, les prétendantes de Daviiid doivent accompagner Rachel dans une boutique de lingerie. Ambiance glauquissime ponctuée des 14 « j’adooore » de Barbie Rachel, qui de nouveau, jette son dévolu sur la petite blonde à qui elle fait essayer des nuisettes : « David il a les même goûts que moi, il aimerait çà ».

.

Les phrases culte

.

C’est une fois que vous êtes mort que le cœur s’arrête de battre. Imparable.

Pourquoi faire une dictée ?! Aujourd’hui on a des I phones ! Nan mais allô quoi !?!

Pompier dans le bâtiment ? Donc vous avez alors ce …  gros tuyau ? No comment.

Moi, si t’es une personne qui se donne, je vous prends ta famille et toi. Demande-leur quand même la permission hein…

Je suis un peu bancale du côté cérébral. Une tumeur peut-être…

A l’heure d’aujourd’hui ça me fait rêver. Et au jour de minuit tu en fais des cauchemars ?

Chui capable à m’adapter à beaucoup de choses. On dit capable de faire, et bonne à rien, Patate.

Vous êtes de quelle origine ? Italienne ? Ah les spaghettis… ?!  Non, le manioc.

Toi tu m’plais. J’sais pas pourquoi, mais tu m’plais!  Sympa…

« Maman, je te préviens, tu m’appelles pas Mon Bébé, faut que tu me laisses mon côté viril, ok?

D’accord mon fiiils… (silence)… Dis ? Tu m’aimes ??? »

.

Moralité

Je suis maman depuis trois ans. Lorsque mon petit garçon est né, j’ai passé la nuit à le regarder en pleurant, submergée d’émotion (et d’hormones) devant ma petite merveille. Puis il y a eu ces instants suspendus, où il m’a dit « Maman t’es belle » en entourant mon visage de ses petites mains, ou  le classique et efficace  « Maman je t’aime », secondes ou minutes durant lesquelles j’ai cru que mon cœur allait exploser. Et cet amour devenait si fort qu’il en était presque douloureux. C’est pourquoi vous imaginerez aisément mon traumatisme après avoir vu cette émission vomitive qui, pour longtemps, m’a pourri ces moments de vrai Bonheur. Evitez deux ans de psychanalyse. Zappez ! Et faites passer aux jeunes mamans!Ceux qui avaient déjà eu l’occasion de voir quelques extraits de « Qui veut épouser mon fils ? » lorsqu’il faisait les choux gras de M6 pensaient certainement que l’on ne pourrait pas faire plus perturbant. On se rappelle ce doux parfum d’inceste qui se mêlait à la jalousie animale, aux phéromones et au massacre à la tronçonneuse de la langue française.

.

Estelle Bee.

La Télé Réalité faiseuse d’anges

Car pouvait-on sincèrement parler de reality show avant ces deux tragédies mortelles entremêlées, la mort d’un jeune candidat et le suicide du médecin de l’émission ? La télévision y a mis le temps, mais elle y est enfin parvenu : montrer la vie telle qu’elle est. Retour sur ce cheminement laborieux que fut la quête de la Réalité.

 

Big Brother n’avait pas osé l’imaginer,

Loft Story s’en est approché, en mettant à disposition des candidats sans grand discernement des ustensiles ménagers électriques type grille-pain (première cause de mortalité domestique) ou séchoirs à cheveux,

L’île de la tentation en avait rêvé, en ne faisant pas systématiquement pratiquer de tests de dépistages du VIH en temps et en heure aux candidats « tentateurs/trices »,

Secret Story l’a frôlé en hésitant à poser de pièges à loups dans la Maison des Secrets (ou entre les jambes des candidates),

Les Anges de la Téléréalité n’en sont qu’une pâle copie,

Et enfin, ENFIN, KOH LANTA L’A FAIT.  De la VRAIE TELE REALITE.

Car pouvait-on sincèrement parler de Reality Show avant ces deux tragédies mortelles entremêlées, la mort d’un jeune candidat et le suicide du médecin de l’émission ? La télévision y a mis le temps, mais elle y est enfin parvenu : montrer la vie telle qu’elle est. Retour sur ce cheminement laborieux que fut la quête de la Réalité.

.

Deux blonds, une piscine : les gentils débuts 

C’est en souriant que je me rappelle encore la dernière soirée en direct du tout premier Loft Story : la prod, se sentant responsable de ses enfants, avait poussé la fiction jusqu’à trouver du boulot à chaque candidat après sa sortie, et ce dans un pays qui comptait 3 millions de chômeurs.C’est en souriant que je me rappelle encore la dernière soirée en direct du tout premier Loft Story. La prod, se sentant responsable de ses enfants (mouais), avait poussé la fiction jusqu’à trouver du boulot à chaque candidat après sa sortie, et ce dans un pays qui comptait 3 millions de chômeurs. Ainsi, la bourgeoise fashion victime devenait chroniqueuse mode, le gros baba cool  décrochait un poste de baroudeur pour Le Guide du Routard, la Bimbo s’improvisait styliste, et le D.J se voyait offrir des contrats pour des soirées prestigieuses, si tenté bien sûr qu’il soit prestigieux de se retrouver à guincher aux côtés de Frigide Barjot, Mareva Galanter et autres pique-assiettes ou ambassadeurs de marques, attendant leur enveloppe ou leur filet garni de fin de soirée, avec les dents qui rayent le dancefloor.

.

Casting de Fiction-Reality Show 

Jusque là, la fiction dépassait encore la réalité. Car il s’agissait d’une réalité préfabriquée, montée de toutes pièces. En gros, on se foutait la gueule du téléspectateur. Le casting ressemblait à une pub pour la Vache qui Rit : des candidats TROP TYPES que tout opposait pour être bien sûr que ça explose entre eux : un militant Lutte Ouvrière, une grosse bourgeoise cul de poule, une jeune naïve, un serial fucker rusé, un bouffon, des sexualités ambigües… Pour le coup, on se serait cru dans le jeu « Qui est-ce » – ou la chanson Le Zizi de Pierre Perret pour les mélomanes – tant les sujets étaient profilés.

Le casting ressemblait à une pub pour la Vache qui Rit : des candidats TROP TYPES que tout opposait pour être bien sûr que ça explose entre eux : un militant Lutte Ouvrière, une grosse bourgeoise cul de poule, une jeune naïve, un serial fucker rusé, un bouffon, des sexualités ambigües… Pour le coup, on se serait cru dans le jeu « Qui est-ce » - ou la chanson Le Zizi de Pierre Perret pour les mélomanes - tant les sujets étaient profilés.

Les dommages  « fortuits »

Jusque là, les producteurs frileux faisaient en sorte de maintenir leurs candidats en vie ou en assez bonne santé physique – si l’on exclue la prise de Coke (light) – jusqu’à leur sortie. Car  c’est un fait, même les candidats les plus borderline avaient encore des pulsations cardiaques lors de leur dernier Prime Time, et ce, malgré un encéphalogramme plus proche de la Belgique que de l’Himalaya en terme de relief.

C’est timidement qu’on avait évoqué la descente aux enfers de certains anciens candidats : tentatives de suicide et autodestruction physique de Loana, plongeon mortel sous une voiture de François-Xavier, pétages de plombs en règle de Leslie (actuelle Afida Turner), destruction de l’avenir des couples en devenir… On prenait évidemment bien soin de préciser que rien ne démontrait formellement que leur participation aux divers programmes de reality shows les avait conduits à ces extrêmes.

tentatives de suicide et autodestruction physique de Loana, plongeon mortel sous une voiture de François-Xavier, pétages de plombs en règle de Leslie (actuelle Afida Turner), destruction de l’avenir des couples en devenir… On prenait bien soin de préciser que rien ne démontrait que leur participation aux divers programmes de reality shows les avait conduits à ces extrêmes.

Car les prod jouent sur le concept d’abstrait, et les dommages psychologiques ne peuvent être prouvés par l’image. Non, Endemol n’a pas délivré à la Bimbo son ordonnance de Stilnox. Non Benjamin Castaldi n’a pas poussé le Malheureux au milieu d’une départementale en pleine nuit. Et non, il n’y avait aucun calcul derrière le fait que les candidats avaient été choisis pour le simple fait d’être des enfants non désirés, battus, anciens SDF, ayant vu de leurs yeux d’enfants le paternel se faire flinguer par la mère, ayant accouché sous X etc… Les patrons desdites boîtes de prod auraient pu avoir un rôle dans un remake d’Intouchables.

Le tournant de l’histoire 

On avait ensuite frôlé la perfection lorsque Stéphane Rotenberg, le présentateur de Pékin Express –le seul programme que je tolère par ailleurs, et c’est déjà trop – s’était pris une camionnette folle furieuse de plein fouet au Philippines, manquant de justesse de se faire arracher la tête façon film de Zombies par l’extremité du Side-Car qu’il conduisait en sifflotant.

.

Le dénouement par la Preuve 

la mort faisant partie de la vie, il est évident qu’un programme qui dépeint la réalité NE DOIT PAS EN FAIRE L’ECONOMIE. Un ou deux macchabées, après tout, ça ne mange pas de pain. Au sens propre comme au figuré d’ailleurs. Financièrement, c’est gérable. L’ère de l’hypocrisie et du « pas vu, pas pris » touche à sa fin, et enfin, la téléréalité s’octroie une dimension artistique par la Tragédie, la vraie.Avec les deux décès successifs qui ont touché feu l’émission Koh Lanta, la téléréalité atteint la divine perfection. Car la mort faisant partie de la vie, il est évident qu’un programme qui dépeint la réalité NE DOIT PAS EN FAIRE L’ECONOMIE. Un ou deux macchabées, après tout, ça ne mange pas de pain. Au sens propre comme au figuré d’ailleurs. Financièrement, c’est gérable. L’ère de l’hypocrisie et du « pas vu, pas pris » touche à sa fin, et enfin, la Télé Réalité s’octroie une dimension artistique par la Tragédie, la vraie, avec diffusion publique tous azimuts de la lettre du suicidé.

.

Maintenant, la vraie question est de se demander combien de décès a indirectement générés le monde de la téléréalité :

.

Des dizaines?

Des centaines?

Des milliers?

.

Combien de jeunes ont décroché l’école en croyant qu’ils seraient l’exception ?

.

Combien d’adolescents passent TOUT leur temps si précieux à s’abrutir devant ces programmes destructeurs d’identité?

.

Combien d’entre eux se sont prostitués pour la célébrité ?

Combien d’entre eux se sont prostitués pour la célébrité ?

Combien ont fini par céder aux paradis artificiels en tombant de haut?

.

Combien sont morts de cela ?

.

Combien ont fini en taule ?

.

Combien ne font plus la différence entre fiction et réalité et se retrouvent, comme dans leurs jeux vidéo si réalistes, à braquer un train, ou un fourgon blindé à 13 ans ?

.

Combien de gentilles vieilles dames se sont faites traîner à terre en s’accrochant à leur sac à main que leur arrachait un de ces jeunes lobotomisés, TUES DANS L’OEUF ?

.

Combien de ces petits mecs ont filmé une tournante avec leur téléphone portable en espérant faire leur propre Reality Show ?

.

Combien de victimes ?

.

Combien d’anges?

.

Pour combien d’étoiles ?

.

COMBIEN ???

.Combien de victimes ? Pour combien d’étoiles ? COMBIEN ??? Par le choix de nos programmes, INDIGNONS-NOUS !

Par le choix de nos programmes,

INDIGNONS-NOUS !

.

Estelle Bee